Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

"DES ELUS MUNICIPAUX QUI CONTINUENT DE DEPENSER COMME SI LA CRISE N'EXISTAIT PAS DEPUIS PLUS DE DIX ANS"

6 Février 2015, 19:35pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Lorsqu'un ménage n'a pas d'argent, il ne dépense pas, même pendant des soldes à moins 70%!

Lorsqu'un ménage n'a pas d'argent, il ne dépense pas, même pendant des soldes à moins 70%!

Un Débat de politique nationale au Dernier Conseil Municipal de Saint-Saulve

 

 

Lors du débat d'orientation budgétaire du dernier Conseil municipal, les adjoints de la majorité Ump de Saint-Saulve ont eu l'occasion de s'attaquer au lance-flammes contre un président de la République  et de son gouvernement actuellement aux affaires.

 

Bien sûr, les finances de la France sont «en berne» depuis trop longtemps et cela date du début de la crise commencé en 2004 sous J. Chirac et N. sarkozy. Les pouvoirs de droite n'ont jamais, tant au niveau national qu'au niveau municipal de Saint-Saulve, réduit les frais inutiles en ces temps de crise.

Et ce n'est pas les dépenses pour travaux somptueux et crédits que la Ville a contractés depuis 2008 qui ont arrangé les finances de la commune.

Alors il est bien aisé pour nos «très chers-adjoints» de casser du sucre sur les gouvernants actuels, qui se débattent avec des Accords européens que Sarkozy a fait passer en force dans ses Assemblées majoritairement à droite de 2007 à 2012; accords que le référendum proposé aux Français avaient majoritairement rejeté.

A Saint-Saulve, les millions dépensés pour les remises en état des salles de sport, des courts de tennis couverts ou du futur «club house» et autres travaux financés ou non par des subventions supposées; avant même que l'Etat, la Région ou du Département n'aient débloquées les fonds, les dits travaux sont bel et bien terminés à ce jour. A l'exemple du terrain de foot en revêtement synthétique pour une équipe dans l'espoir d'un classement en "district". Les travaux sont terminés, les subventions, Elles sont toujours en attente. (Si elles arrivent un jour) Par contre, le crédit bancaire 1 100 000 €, lui, est déjà signé et accordé.

A NOUS DE PAYER!

Et combien d'autres travaux, règlés rubis sur l'ongle avec en plus les crédits, la "manne de millions de revenu" qui ont été règlés par Vallourec et la Clinique du Parc?

La fabrication de la rampe d'Accès handicapés à l'église de Saint-Saulve est un exemple flagrant de frais non métrisés, où la question compte tenu du prix annoncé dans "l'Ordre du Jour" du Conseil, fut: est-elle construite en marbre rose?

Sachant, qu'une plate-forme élévatrice médicalisée pour 300 kg de charge utile a un coût en fourniture et pose de moins de 16 000 euros chez les spécialistes en matériels médicaux, Il a été decidé de poser cette rampe qui coûta deux fois plus cher et qui a supprimé par la même occasion des surfaces de stationnement, pouvant être attribuées parkings handicapés!

Voilà les économies qu'une Ville telle Saint-Saulve pouvait faire s'il y avait eu concertations entre le service "dépenses travaux" et les élus!

 

En 2008, la question fut posée afin d'étudier les économies possibles pour un allumage réduit la nuit des lampadaires publics. Cette étude avait été faite en dehors de toute intervention de la Ville et pouvait faire économiser un montant substantiel à l'année sur le coût de la consommation en éclairage public.

L'affaire fut classée "sans suite", tout comme l'installation de panneaux solaires sur les Immeubles municipaux, écoles et autres, alors que EDF faisait des promotions d'avantages importants à l'installation. Combien d'autres sujets semblables ont été laissés sur le côté, car il y avait d'autres dépenses pour la grandeur (et décadence) de notre Ville de 11 000 habitants.

 

Alors que nos chers conseillers et adjoints de la majorité ont introduit lors du Conseil municipal des attaques politiques sur le Chef de l'état et ses dirigeants gouvernementaux, bien que dans nos petits bulletins municipaux ces paroles et écrits sont «Strictement interdits» et qu'il en est de même pour les Conseils municipaux; la Présidente de ce conseil (Madame la Maire), n'a pas jugé utile d'interompre ce débat et a laissé poursuivre ce pugilat politique pendent plusieurs dizaines de minutes, bien trop heureuse de lancer sa campagne électorale à sa façon!.

 

Ces Messieurs et Dames, d'une majorité élue en mars 2014 avec 50% d'abstention et avec les votes d'extrême droite, (si on prend en compte le résultat des européennes sur Saint-Saulve) mettent en avant l'augmentation irréductible pour les prochaines annéess de nos impôts locaux de 2 à 10 ou 15% l'an.

Mais où vont-ils, sont-ils dans l'incapacité de mettre un frein aux dépenses de prestiges comme évoquées ci-dessus?

 

Aujourd'hui, après ces attaques hargneuses des élus majoritaires, il faut rappeler, simplement les centaines de milliers d'euros dépensés pour le bien être «bling-bling» de Monsieur Sarkozy lors de son mandat 2007/2012. Il ne faut pas ici faire allusion à la Rolex, ou au Fouquet's, encore moins de ses vacances à bord d'un yacht ou dans les palaces du bout du monde.

Ou encore de l'aménagement de son avion officiel pour ses déplacements «Professionnels», d'une salle de bain ou d'un four de cuisine ultra super-sophistiqué; le personnage a toujours aimé ce qui brille pour la frime.

 

Il faut évoquer (selon les dires du Journal L'Express de L'époque) un candidat à l'élection présidentielle de 2012 qui a largement multiplié des dépenses somptuaires et inutiles durant ses réunions. Des centaines de milliers d'euros dépensés en musique de films, en drapeaux tricolores, en location de jet privé Falcon, chez son ami Dassault pour la somme modique de 386 000 euros entre le 16 avril et le 6 mai ou en publicités et en sondages divers.

 

Lors de ses entrées triomphales an meeting, Nicolas Sarkozy voulait de la "musique martiale" à la Bonaparte. Des milliers de drapeaux tricolores étaient distribués à ses fans réunion lors  du meeting, tel la réunion de Villepinte du 11 mars 2012, pouvant être récupérés pour les réunions suivantes. Et bien NON, ses "admirateurs" avaient droit à de nouveaux drapeaux et "Flon-flons" aux suivantes.

 

Faisant appel à des sociétés de conseil grassement rémunérées, il n'hésite pas à rémunérer des professionnels dont les feuilles de paie apparaissent la dans ses comptes:

16 911 euros par mois pour le directeur de campagne, 17 700 euros par mois pour les conseillers ou 6 510 pour une attachéede presse. Il a ainsi multiplié les dépenses faramineuses avec l'argent des autres.

 

Un rappel nécessaire au moment où la droite fait la leçon à la gauche sur la manière de faire des économies et présente N. Sarkozy comme le futur sauveur de la nation. Mais un «sauveur» qui continuera de faire la «manche» auprès de ses amis (voir le fameux Sarkothon). 

 

Ses comptes "retoqués" par le Conseil Constitutionnel, suivi par l'affaire du «Bygmalion» et les bygmagouilles des comptes truqués de COPE et de l'Ump, qui l'ont exposé au refus de remboursement de ses comptes de la campagnes.

 

N'oublions pas que le Sarkothon de 11 Millions d'euros, lancé par l'Ump pour renflouer à nouveau les caisses vides du dit parti a été fait aux frais des contribuables Français.

 

Ces millions d'euros versés par les «Généreux bienfaiteurs» étaient remboursés par le fisc (en avoir fiscal) à chacun des dits Donateurs à hauteur de 66% du montant versé. Donc ce sont bien les caisses de l'Etat et les impôts de l'ensemble des français qui ont payé ses frasques comptables!

 

Il n'est pas utile d'Insister sur le côté "matamore" du personnage et ses sorties envers les manifestants en opposition avec ses idées. Ni sur ses confidences balancées sous forme de cartes postales complaisamment relayées par les médias, pour nous glisser à l'oreille qu'il se prépare afin que nous puissions compter sur lui le moment venu.

 

Que forcement, Il fera mieux qu'un président de gauche et même du gouvernement qu'i désignera à l'exemple du parti grec Syriza et du gouvernement d'Alexis Tsipras; car là n'est pas la question du jour.

Un rappel nécessaire au moment où la droite fait la leçon à la gauche sur la manière de faire des économies et nous présente Sarkozy comme le futur sauveur de la nation. Il n'y a pas de doute, s'il revient comme "le Messie sauveur de la Nation", il est bien loin de nous faire croire qu'il serait un recours fiable pour la France de 2017-2022!

 

Commenter cet article