Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Policiers en colère: attention grand danger !

3 Novembre 2016, 17:42pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Mais à qui la faute?Mais à qui la faute?
Mais à qui la faute?

Mais à qui la faute?

Le ras-le-bol de la police nationale est compris par nombre de Français.

Après les divers attentats que notre pays a subi par des dijhadistes en sommeil dans nos régions ou par ceux débarquant des nids terroristes de la région de Bruxelles , des cadences infernales ont été imposées aux forces de l’ordre afin de répondre à la surenchère sécuritaire.

Ne nous trompons pas ; si la grève est un droit constitutionnel, la police a un « droit de réserve » : c’est aux syndicats de prendre place autour de la table de discussions. Il est aujourd’hui difficile de remplacer 10 000 personnels en quelques semaines, sachant que les écoles de la Gendarmerie ou de Police ne lâchent pas un personnel formé en quelques jours de préparation. Le temps où la France envoyait ses appelés à la guerre en Algérie après 15 jours ou moins de « manœuvres » en caserne est révolu. 

Aujourd’hui, les syndicats de police sont dépassés par leurs troupes, souvent attisés par des meneurs qui ne font plus partie des effectifs.       A l’exemple de Rodolphe Schwartz (faux porte-parole  devant les médias) ancien adjoint de sécurité (ADS) au commissariat du XIXarrondissement de Paris, qui a quitté ses fonctions en novembre 2012 après avoir échoué plusieurs fois au concours de gardien de la paix. Ce dernier ayant figuré en 37ème position d’une liste FN menée par Philippe Martel (alors chef de cabinet de Marine Le Pen) lors des municipales de 2014 dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

Il faut dire que l’extrême droite s’avance en terrain largement conquis : « 56,2% des policiers et militaires se disent prêts à voter FN à la présidentielle de 2017 » selon l'étude du CEVIPOF de mai dernier. Soit 2 fois plus que la moyenne des Français.

Le discours de « fermeté soit disant républicaine » de la candidate Le pen, couplé à sa traditionnelle dénonciation de laxisme juridique, trouve un écho favorable parmi ces policiers.

La droite n’est pas en reste et Sarkozy, après avoir sapé le corps de la sécurité nationale pendant son passage au ministère de l’intérieur et à l’Elysée, n’a pas hésité à s’en prendre à Bernard Cazeneuve, en disant de lui : « ce qui nous sert de ministre de l’Intérieur » avant de dénoncer « l’anarchie » qui règne en France.

Mais lui: Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bosca,    qui se présente aux Français sous son nom d'emprunt de Nicolas Sarkosy : qu'a-t-il fait pendant son passage au gouvernement pour la sécurité de Français ?  

A part la disparition des emplois de policiers, gendarmes, douaniers ainsi que celles des casernes de notre armée française dans nos régions militaires et de mettre ainsi nos militaires aux ordres de l'OTAN. 

 

Commenter cet article