Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

La loi travail, vue par Jean-Claude MAILLY secrétaire général de Force Ouvrière.

2 Décembre 2016, 18:12pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Le code du travail exécuté par le trio anti social sous les ordres d'un président "normal"
Le code du travail exécuté par le trio anti social sous les ordres d'un président "normal"
Le code du travail exécuté par le trio anti social sous les ordres d'un président "normal"

Le code du travail exécuté par le trio anti social sous les ordres d'un président "normal"

article paru dans l'Humanité Dimanche du 1er décembre 2016

article paru dans l'Humanité Dimanche du 1er décembre 2016

"Ce que Hollande et Valls ont osé..."

Par Jean--Claude Mailly secrétaire général Force Ouvrière

Le secrétaire général de FO, publie

« Les Apprentis sorciers, l’invraisemblable histoire de la loi travail » aux éditions "les liens qui libèrent" nov.2016

Un récit sans langue de bois qui démontre comment le gouvernement a délibérément privilégié l’affrontement afin d’imposer « son projet multi minoritaire » et tenter de recomposer le paysage syndical. 

Il faut attendre l’épilogue du livre de Jean-Claude Mailly sur le conflit contre le loi travail pour saisir tout le sens du titre qu’il a choisi.

 

Ceux qui contribuent à détruire le Code du Travail en France!Ceux qui contribuent à détruire le Code du Travail en France!Ceux qui contribuent à détruire le Code du Travail en France!
Ceux qui contribuent à détruire le Code du Travail en France!

Ceux qui contribuent à détruire le Code du Travail en France!

Dans « les Apprentis sorciers »  le secrétaire général de FO ne se contente pas de raconter le mobilisation et les coulisses de ce combat social. Ill souligne comment en « imposant par la force un projet multi minoritaire » car rejeté par une majorité de salariés , de syndicats et enfin de députés, le président de la République et son premier ministre ont pris le risque d’ajouter  « la goutte d’eau qui peut faire déborder le vase ».

Alimenter les « incompréhensions et la colère »  des salariés, gommer les différences entre la gauche et la droite, auront des conséquences électorales pour 2017, prévient l’auteur, qui ne cache rien de ses craintes de voir l’extrême droite récolter les fruits d’une crise politique et démocratique que le passage en force sur la loi travail contribue à exacerber.

« Quand les politiques économiques et sociales sont de la même veine, quand on explique qu’il n’y a pas d’autres choix que ceux qui sont mis en œuvre, cela relève d’une certaine forme de totalitarisme ou y conduit » alerte-t-il.

A l’appui de cette affirmation, il rappelle que la loi travail découle du « traité de stabilité, de coordination et la gouvernance »  que François Hollande candidat s’était  engagé à renégocier et a finalement avalisé sans coup férir.   

Plusieurs anecdotes montrent comment les tenants du néo- libéralisme accaparent tous les leviers du pouvoir. Jean-Claude Mailly relate ainsi l’itinéraire de Jean Grosset .

Selon lui, cet ancien « lambertiste » alias « Saigon » passé par FO et Unsa, a aidé le dirigeant du Médef, Patrick Bernasconi, à devenir président su Conseil économique, social et environnemental, avant de devenir l’actuel conseiller social  du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadelis.

« COUP DE MAIN » A LA CFDT

 

La loi travail, vue par Jean-Claude MAILLY secrétaire général de Force Ouvrière.

Son récit du conflit confirme que le gouvernement à aucun moment n’a voulu négocier avec les sept organisations syndicales opposées à la loi travail.  Courrier au président de la République, sans réponse, dialogue de sourds lors des rencontres , tentative d’interdiction de manifester … le « dialogue social » à la sauce Hollande  et Valls n’est que manœuvres pour tenter de limiter ou d’enrayer la mobilisation.

Un simulacre de négociations auquel se prête la CFDT, accuse le syndicaliste.« Autogestionnaire hier, cogestionnaire aujourd’hui » écrit-il, affirmant que la centrale de Laurent Berger n’est pas un syndicat réformiste, mais « un syndicat réformateur impliqué dans la gestion de l’entreprise et de l’Etat »

Plus grave encore, il accuse le premier ministre de « donner un coup de main «  à la CFDT dans sa tentative de ravir la première place de la représentation syndicale dans le privé à la CGT « sa tête de Turc »

Le livre de Jean-Claude Mailly n’est pas que critiques et dénonciations. Le syndicaliste y expose aussi les propositions de FO et celles de la Confédération européenne des syndicats pour rompre avec la politique d’austérité.

Il y défend enfin la conception  d’un syndicalisme réformiste : « On croit à la négociation mais on ne signe pas n’importe quoi ! »

 

 

 

 

 

Commenter cet article