Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Le décès d'El Comandante - Fidel CASTRO

4 Décembre 2016, 22:20pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Fidel Castro: plus de 600 attentats à son encontre, commandés par la CIA américaineFidel Castro: plus de 600 attentats à son encontre, commandés par la CIA américaine

Fidel Castro: plus de 600 attentats à son encontre, commandés par la CIA américaine

Après la mort de Fidel Castro et ses funérailles, la classe française « d’en haut » s’offusque des paroles de Ségolène Royale mettant de côté la main de fer d’el Comandante !

Notre ministre des Affaires Etrangères actuel, aurait mieux fait de tourner la langue dix fois dans la bouche avant de proclamer haut et fort que « Castro était un dictateur ». Il ne sait peut-être pas ce qui attend les Français en 2017 – Si son parti venait à disparaître de la scène politique …

Mais, cette classe « d’en haut » s’est-elle offusquée un jour et cela pendant plus d’un demi siècle du diktat américain imposé à un peuple cubain privé de toutes aides occidentales par la décision unilatérale de l’embargo US de Kennedy, des interventions de la CIA pour l’assassinat de celui qui à libéré Cuba du dictateur Fulgencio Batista, sergent autoproclamé colonel puis général, à la botte des USA dont son pays Cuba servait de défouloir  aux « puritains » américains afin d’y assouvir leurs vices sexuels.

Cette classe « d’en haut »s’est-elle offusquée de l’assassinat du président Salvador Allende lors du coup d’Etat du dictateur Pinochet soutenu par les Etats-Unis et la CIA, ainsi que des nombreux disparus, assassinés et torturés sous le régime de ce dictateur ?

Le 26 septembre 1960, un discours qui dura 4 h 29, va permettre à Fidel Castro depuis la tribune de l’ONU va lui permettre de dénoncer l’attitude des USA et de donner un sens à la révolution cubaine. « Socialiste et Internationaliste. »

« Le capital financier impérialiste est un catin qui ne parviendra pas à nous séduire »

L’invasion de la « baie des cochons » montée de toutes pièce par la CIA et les sbires de Batista a été un échec cuisant pour Kennedy, comme les 600 projets d’assassinats contre le leader castristes l’ont été par l’ensemble des président américains en place pendant ce demi siècle.

Il est utile de voir aujourd’hui le rapprochement du président Obama du régime castriste, décision prise un peu tard en fin de mandat et qui, avec un abruti arrivant en 2017 aux commandes de la « démocratie américaine » risque fort de faire long feu, appuyé en cela par les peuples européens aux mains de gouvernements de droite ou d’extrême droite.

Ne pensons pas que les Fillon, Juppé, en passant par Wauquiez, Woerth, NKM  et les Le pen,  Philippo, Boutin et les autres ne seront pas les derniers à suivre ce malade nouvellement élu président de la « plus grande  démocratie » 

l'assassinat de Salvador Allende par Pinochet et la CIA, et le débarquement de la baie des Cochons toujours aux soins de al CIA
l'assassinat de Salvador Allende par Pinochet et la CIA, et le débarquement de la baie des Cochons toujours aux soins de al CIA

l'assassinat de Salvador Allende par Pinochet et la CIA, et le débarquement de la baie des Cochons toujours aux soins de al CIA

Il faut lire, dans l’Humanité et l’Humanité Dimanche

« ce qui a été omis à la mort de Fidel Castro »

Par Noam Chomsky , linguiste et philosophe grande figure du paysage intellectuel américain

 

- Les réactions à la mort de Fidel Castro diffèrent selon l’endroit du monde ou vous vous trouvez. Par exemple, en Haïti ou en Afrique du Sud , c’était une figure très respectée, une icône et sa disparition a suscité une grande émotion.

Aux USA, l’ambiance générale a été résumée par la "Une" du « New York Times », lequel indiquait en substance ; « le dictateur cubain est mort »  Par curiosité, j’ai jeté un œil aux archives de ce journal pour voir combien de fois ils avaient qualifié le roi d’Arabie saoudite de « dictateur ». Sans surprise, il n’y avait aucune occurrence… Il y a également un silence absolu sur le rôle joué par les Etats-Unis à Cuba, la manière dont Washington a œuvré pour nuire aux velléités d’indépendance de l’île et de son, développement, dès la révolution survenue en janvier 1959

L’administration Eisenhower a tenté de renverser Castro, puis, c’est celle de Kennedy, il y a eu l’invasion de la baie des Cochons , suivie d’une campagne terroriste majeure.

Des centaines, voir des milliers de personnes ont été assassinées avec la complicité de l’administration américaine et une guerre économique d'une sauvagerie extrême a été déclarée contre le régime de Fidel Castro.

Cette opération  « mangouste » a culminé en octobre 1962 et devait aboutir à un soulèvement  à Cuba, auquel Washington aurait apporté son appui.  Mais en octobre 1962, Khrouchtchev a installé des missiles à Cuba, sans doute en partie pour contrecarrer l’opération « Mangouste » mais aussi pour compenser l’avantage militaire dont disposait l’armée américaine dans la guerre froide conséquence du refus par Washington de l’offre de désarmement mutuel émise par Moscou.

Ce fut sans doute le moment le plus dangereux de l’histoire de l’humanité. Dès la fin de la crise des missiles, Kennedy a relancé les opérations terroristes contre Cuba ainsi que la guerre économique , ce qui a eu des implications majeures sur les capacités de développement de l’île.

Imaginez ce que serait la situation aux Etats-Unis si, dans la foulée de son indépendance, une superpuissance avait infligé pareil traitement ?                         Jamais  des institutions démocratiques n’auraient pu y prospérer.

Tout cela a été omis lors de la mort de Fidel Castro.

Autres omissions, pourquoi une personnalité aussi respectueuse que Nelson Mandela, à peine libérée de prison, a-t-elle rendu hommage à Fidel Castro en le remerciant de son aide pour la libération de son pays du joug de l’apartheid ?

Pourquoi la Havane  a-t-elle envoyé  tant de médecins au chevet de Haïti après le séisme de 2010 ? Le rayonnement et l’activisme international de cette petite île ont été stupéfiants, notamment lorsque l’Afrique du Sud a envahi l’Angola avec le soutien des Etats-Unis.

Les soldats cubains y ont combattu les troupes de Pretoria quand les Etats-Unis faisaient partie des derniers pays à soutenir l’apartheid.

Sur le plan interne, à Cuba, il y avait certes une combinaison de répression , de violations des droits de l’homme, mais à quels niveaux ces abus étaient-ils liés aux attaques répétées venues de l’extérieur ?

Il est difficile d’avoir un jugement clair sur cette question. Il faut également noter que le système de santé à Cuba s’est imposé comme l’un des plus efficaces de la planète, bien supérieur, par exemple, à celui que nous avons aux Etats-Unis.

Et concernant les violations des droits de l’homme, ce qui s’y est produit de pire ces quinze dernières années a eu lieu à Guantanamo, dans la partie  de l’île occupée par l’armée américaine, qui y a torturé des centaines de personnes dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » 

Commenter cet article