Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Cette peste: le fascisme, qui revient à grand pas en France et en Europe.

16 Mai 2017, 16:24pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Ce en sont pas les seuls danger pour notre Démocratie.
Ce en sont pas les seuls danger pour notre Démocratie.

Ce en sont pas les seuls danger pour notre Démocratie.

Le fascisme de souche
 
 
En France, ce contexte européen et international offre un espace nouveau à l’extrême droite. Mais il n’explique pas totalement le succès du FN. Si cet air du temps rencontre un tel écho, c’est qu’il s’enracine dans l’histoire du pays.

 

Le communisme en France n’a jamais été la simple transposition nationale du souffle de la Révolution russe. Il puisa sa force de l’alliage entre une tradition issue de la Révolution française et l’inspiration de la Révolution d’octobre.

 

Il en va de même pour l’extrême droite. Sa place dans la vie française est ancrée depuis le XIXe siècle. Car la France n’est pas seulement le pays de la Révolution française et du Front populaire, mais aussi celui de l’affaire Dreyfus et du régime de Vichy.

 

Contrairement aux thèses de René Rémond sur la quasi-immunité de la France au fascisme, réduit à un produit d’importation passager, l’historien israélien Zeev Sternhell a vu en la France le berceau européen des idées fascistes.

 

Dans sa préface à Ni droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France, il souligne « le poids du processus de fascisation de la droite intellectuelle dans la création d’un climat qui a permis l’emprise du fascisme »

 

Sans même aborder le rôle d’un Taine ou d’un Renan, de Barrès et Drumont dès la fin du XIXe siècle, Maurras, Céline, Brasillach ou Drieu La Rochelle inventent au cours de la première partie du XXe siècle les mots et le corps d’un fascisme de souche, qu’il s’appuie ou non sur la vieille tradition de l’anti libéralisme catholique.

 

Battus, marginalisés politiquement après la seconde guerre mondiale, ces courants n’ont pas pour autant disparu. Tapis dans l’ombre, ils ont attendu leur heure. Pendant plusieurs décennies, les réseaux catholiques intégristes ont ainsi caché le milicien Paul Touvier en France ou Marcel Déat en Italie

Dans la période récente, il y a encore peu de temps, ces courants, considérés comme la queue de comète d’un catholicisme à bout de souffle, ont trouvé les moyens de ressurgir avec les intégristes de Mgr Lefebvre et la Manif pour tous a su mobiliser et entraîner certaines couches de la jeunesse.

Ces nouveaux militants sont là pour de nombreuses années et seront des groupuscules aussi dangereux pour notre société laïque et républicaine que les néo-nazis, les Nomad 88 (le 8 faisant référence à la huitième lettre de l'alphabet, le H, symbolisant les initiales de "Heil Hitler") ou encore la mouvance identitaire dont le courant politique est antisémite.

Pierre Lévy, spécialiste des questions européennes, s'alarme que le Parlement européen ait pu financer une fondation qui serait liée à des mouvements néonazis.

Selon le journal suédois Expo, le Parlement européen aurait financé, pour plusieurs centaines de milliers d’euros, une fondation, Europa Terra Nostra, qui serait liée à l’Alliance paneuropéenne pour la paix et la liberté (APF)

L’APF est un mouvement ouvertement fascisant, qui compte par exemple dans ses rangs le parti néonazi grec Aube Dorée, et le parti allemand NPD qui cache mal sa nostalgie du IIIe Reich.

Daét et Laval
Daét et Laval
Daét et Laval

Daét et Laval

 

Marcel Déat

 

Le modèle du collaborateur fasciste-raciste-anti-sémite et anti-communiste du siècle dernier.

 

Homme politique français de la 3e République, né à Guérigny 1894 il adhère à la SFIO en 1914, plus par idéalisme philosophique que par matérialisme.

En 1933, il est exclu du parti pour ses doctrines de plus en plus autoritarismes, et devient le chef de file des néo-socialistes, séduits de plus en plus par les modèles fascistes.

Ministre de l’air en 1936, dans le cabinet Sarraut, député « rassemblement anticommuniste » Allié à la politique de Laval et du nazisme allemand en 1939, il devient le fondateur en 1941 du Rassemblement national populaire, (RNP) un parti collaborationniste, totalement allié à l’idéologie nationale socialiste. Nommé secrétaire d'État au Travail et aux Affaires sociales dans ans le gouvernement de Vichy (mars 1944), il se réfugie bientôt en Allemagne (où il participe à la commission gouvernementale de Sigmaringen.)

Il est condamné à mort par contumace, mais vivra caché dans un monastère intégriste italien à San Vito près de Turin ou il y finira sa vie de fasciste en 1955.

Stsaulve-pcf

La bande à Le Pen, er Anne Lorme, intégriste sur la liste de Laurent Wauquiez aux dernières Régionales.La bande à Le Pen, er Anne Lorme, intégriste sur la liste de Laurent Wauquiez aux dernières Régionales.
La bande à Le Pen, er Anne Lorme, intégriste sur la liste de Laurent Wauquiez aux dernières Régionales.

La bande à Le Pen, er Anne Lorme, intégriste sur la liste de Laurent Wauquiez aux dernières Régionales.

Nicolas DUPONT-AIGNAN
Le DEAT du 21e siècle ?

Il était une fois un homme prétentieux qui s'était enveloppé dans la toge d'un gaullisme défunt. Ce personnage créa son parti politique qu'il baptisa : « Debout la France », très opposé au fascisme du FN... logique quand cet homme fait étalage d'un gaullisme sincère...

Or, en lisant l'histoire de la collaboration en France -durant les années noires de la Seconde Guerre mondiale, j'ai découvert qu'un certain Marcel Déat, encenseur du nazisme et chef du Rassemblement National Populaire (RNP) avait, le 18 juillet 1941, fait apparaître un slogan « Contre le bolchevisme : Debout la France ! » lors d'un rassemblement de son parti.

Le 27 août 1941, en compagnie de Pierre Laval, président d'un conseil collabo, Marcel Déat remet le drapeau au 1er contingent de la LVF (Légion des Volontaires Français) créé pour aller combattre en URSS le judéo-bolchevisme...au nom de Debout la France.

76 ans après ce triste épisode, faut-il s'étonner qu'un certain "Dupont Déat", après avoir jeté son pseudo gaullisme aux orties, s'en aille se coucher aux pieds de la candidate du fascisme ? Quel cabot...

Les urnes viennent de rendre leur verdict. La candidate du fascisme est largement battue... Quant à "Dupont Déat", son rêve incongru de devenir 1er Ministre d'un gouvernement raciste lui passe sous le nez tel un pet sur une toile cirée. Un cabot est toujours un piètre acteur.

Marcel Trépagne PCF.

 

Commenter cet article