Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Après le pénélopegate ou, lorsque les "affaires" continuent de tourner aussi RONDEMENT chez les Républicains

8 Mai 2017, 11:15am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Quand tout s'arrange avec Bruno Retailleau le coordinateur de campagne de Fillon, pour faire rembourser les salaires indûment payés par l'Etat au nom des Frais de Campagne!
Quand tout s'arrange avec Bruno Retailleau le coordinateur de campagne de Fillon, pour faire rembourser les salaires indûment payés par l'Etat au nom des Frais de Campagne!

Quand tout s'arrange avec Bruno Retailleau le coordinateur de campagne de Fillon, pour faire rembourser les salaires indûment payés par l'Etat au nom des Frais de Campagne!

Tiré dans le journal L’EXPRESS

 

Ils ont quitté Fillon après le Pénélopegate, mais ont continué à être payés. Ils ont quitté Fillon après le Pénélopegate, mais ont continué à être payés

 

« On devait gérer la campagne, on n'avait pas le temps de s'occuper de ça » a expliqué un membre de l'équipe de campagne de François Fillon à Marianne.

Décidément chez François Fillon, les délicatesses avec les fiches de paie frisent la phobie administrative. Marianne révèle ce mardi qu'une partie de l'équipe de campagne, qui avait abandonné le navire en mars à la suite du Pénélopegate, a été payée jusqu'au second tour, le 7 mai.

Ironie de l'histoire, cette dizaine de permanents juppéistes et lemairistes démissionnaires avaient précisément décidé de se mettre en retrait en raison... des soupçons d'emploi fictif qui pesaient sur la famille du candidat.

« C'est écœurant »

Ils sont partis mais ont continué à percevoir leur salaire, la faute à des CDD calibrés pour durer jusqu'au début du mois de mai. Il a donc fallu trouver une solution - légale - pour s'épargner ces tracasseries administratives en pleine tempête du Pénélopegate, raconte Marianne.

"Un accord couvert par une clause de confidentialité est alors trouvé avec le parti: celui-ci leur octroie une dispense d'activité jusqu'à la fin de leur contrat", écrit le site de l'hebdomadaire, qui précise que cet arrangement n'a concerné qu'une partie de la dizaine de déserteurs, dont un qui percevait un salaire coquet plus de 5 000 euros mensuels.

Contacté par L'Express, le responsable LR en charge des négociations n'a pas souhaité faire de commentaires, précisant que la « tout a été fait de plus stricte légalité » Bruno Retailleau, coordinateur de la campagne de François Fillon, assure de son côté « complètement découvrir » ces informations. « Si c'est vrai, c'est écœurant », juge-t-il, toujours auprès de L'Express.

Magie des remboursements de frais de campagne, note Marianne, les finances fillonistes ne devraient pas trop souffrir de cette comptabilité plutôt généreuse.

Ces salaires - bien qu'avancés par le parti Les Républicains - ont bel et bien été versé aux frais de la campagne et seront donc remboursés par les finances publiques.

 

Commenter cet article