Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Lorsque la France est laissée aux mains du patronat, des banques et des liquidateurs du savoir français

4 Juin 2017, 13:28pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

OUI, il nous a bien endormi au temps qu'il était ministre: avec les abattoirs GAD en Bretagne chez les "illettrés" aux aciéries Valourec à saint-Saulve dans le Nord, pays d’alcooliques et de fumeurs. et aujourd'hui avec sa nouvelle équipe toute propre, il veut continuer à faire payer les charges aux travailleurs et petits retraités pour faire 20 milliards de plus en cadeau au Medef !OUI, il nous a bien endormi au temps qu'il était ministre: avec les abattoirs GAD en Bretagne chez les "illettrés" aux aciéries Valourec à saint-Saulve dans le Nord, pays d’alcooliques et de fumeurs. et aujourd'hui avec sa nouvelle équipe toute propre, il veut continuer à faire payer les charges aux travailleurs et petits retraités pour faire 20 milliards de plus en cadeau au Medef !
OUI, il nous a bien endormi au temps qu'il était ministre: avec les abattoirs GAD en Bretagne chez les "illettrés" aux aciéries Valourec à saint-Saulve dans le Nord, pays d’alcooliques et de fumeurs. et aujourd'hui avec sa nouvelle équipe toute propre, il veut continuer à faire payer les charges aux travailleurs et petits retraités pour faire 20 milliards de plus en cadeau au Medef !

OUI, il nous a bien endormi au temps qu'il était ministre: avec les abattoirs GAD en Bretagne chez les "illettrés" aux aciéries Valourec à saint-Saulve dans le Nord, pays d’alcooliques et de fumeurs. et aujourd'hui avec sa nouvelle équipe toute propre, il veut continuer à faire payer les charges aux travailleurs et petits retraités pour faire 20 milliards de plus en cadeau au Medef !

Revenons à la réalité avec les prochains gouvernements du président Macron et ses députés ni gauche-ni gauche.

 

Aujourd’hui, Monsieur Macron afin d’assurer sa majorité est dans l’obligation de « pêcher » dans les rangs de la droite parlementaire: le Lr, l'Udi, le Modem, les  Radicaux valvoisiens, allant même chercher des gens de l’extrême, tels les fondateurs du mouvement fasciste « Occident »

En janvier 1967, une équipe de ce groupe fasciste attaque les comités Viêt-Nam (comités prônant le NON à la guerre coloniale) sur le campus de Rouen, l’un d’eux étant laissé dans le coma.

Cette agression entraîna l’interpellation de 20 membres du groupuscule, dont Gérard Longuet, Alain Madelin et Patrick Devedjian. Treize d’entre eux sont condamnés en juillet 1967 pour « violence et voies de fait avec armes et préméditations » (CASIER JUDICIAIRE VIERGE, demandé aujourd’hui par le nouveau président !!!)

 

Soupçonner de « balance », Devedjian fut convoqué sous prétexte de réunion et fut soumis à un interrogatoire musclé avec passage à la « baignoire »: complètement nu, il enjamba le châssis, se laissant suspendre dans le vide, avant d’être récupérer par une ronde de police.

Début du mois de mai 1968, les militants d'Occident multiplièrent les provocations contre les militants d'extrême gauche, à tel point que, selon Joseph Algazy « il est vraisemblable que ces violences dans les campus ont contribué, elles aussi, au déclenchement de l'explosion de mai 68 »

Le décret du 12 juin 1968, dissolvant plusieurs mouvements extrémistes en application de la loi de janvier 1936, épargne Occident. René Capitant, ministre de la Justice, argue : « Le mouvement Occident a employé la violence, parfois, mais il ne s'est pas dévoilé comme un mouvement subversif. »

La préfecture de police de Paris avait pourtant demandé sa dissolution en juillet 1964, de même que le directeur central des R.G en décembre 1966.

En octobre 1968, c’est le saccage par les militants d'Occident du local du Snesup (Syndicat national de l’enseignement supérieur) puis du journal « Action »

Le 31 octobre, c’est le ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, devant les risques d'engrenage, qui fait adopter par le Conseil des ministres la dissolution d'Occident, par application de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées,

Certains membres, souvent les plus américanophiles, rejoignirent par la suite les mouvements libéraux ou conservateurs de droite, à l'instar d’Alain Madelin, de Patrick Devedjian, de Claude Goasguen. D'autres choisirent de continuer à l'extrême droite, avant de rejoindre le RPR, le Centre national des indépendants et paysans ou l’UDF, comme Alain Robert, François Haut ou Hervé Novelli. De son côté, Michel de Rostolan rejoint le CNIP, avant de se rallier au FN.

 

En décembre 2009, l’UNI décide de se réorganiser au sein d'une nouvelle organisation appelée le Mouvement des étudiants.

 

Le « MET » est composé de « l'UNI » et de 25 organisations indépendantes de l’UMP. L'organisation se donne pour objectif d'être une vraie alternative à l’UNEF. Une autre ambition affichée est de prendre de la distance avec l'UMP notamment financièrement.

 

Toutefois « la création de ce syndicat est quelque chose que l’UMP a regardé d’un œil bienveillant ». Rémi Martial, alors président du MET, a affirmé la volonté d'indépendance du MET mais a confirmé que les jeunes adhérents à l'UMP constituent « à peu près la moitié » du Bureau national du Mouvement des étudiants.

 

Selon l'ancienne section UNI de Tours, la nouvelle entité serait au contraire plus dépendante de l'UMP que l'UNI et les négociations pour la fondation du MET auraient même eu lieu à l’Elysée sous Sarkozy. La dénonciation de cette dépendance par ceux-ci est à l'origine de la création d'une organisation dissidente, l'UNI-SU.

 

Pour plus de cohérence et pour bien faire comprendre que le MET est une partie intégrante de la fédération UNI, le mouvement des étudiants se nomme depuis 2011 UNI-MET

Rappelons l’investiture d’une ancienne dirigeant de l’UNI en la personne de Marie Guevenoux, qui avait rejoint Madelin, puis soutenu Juppé à la primaire avec un retour vers Fillon pour le 2e tour ; elle est aujourd’hui représentante de LREM de Macron pour les législatives…

Un exemple de joli saut de gazelle !

Aujourd’hui, Monsieur Macron accroche à son wagon   « les tout frais tout clair de la République » les déserteurs du moribond « Parti Socialiste » Enfin, ceux qui l’ont coulé en accord avec l’ancien président, Valls, Cazeneuve, Moscovici, (casé à Bruxelles) Sapin, Le Drian, Collomb, (celui qui a retrouvé la partie de salaire qu’il avait perdu au Sénat pour ses absences constantes dans l’hémicycle) Ferrand et tous ceux dont la liste serait trop longue à évoquer sur une page.

 

Encore heureux que J-P Delevoye, ancien président du Cese et à ce jour, président de la commission nationale d'investiture d'En Marche, ait indiqué sur BFMTV également que « Nous allons être extrêmement attentifs à ce qui est une sincérité de soutien ou une opération de calculs stratégique que nous n'acceptons pas ». Version diplomatique de ce que confiait à « Marianne »: « Nous n’avons pas envie de marcher en se méfiant constamment de ce qu'ils nous feront dans notre dos »

Avec le macronisme en route et un tel « mélange des genres » le renversement des « cabinets » comme au bon vieux temps de la 4e république il y a une soixantaine d’années.

Ceci, est avenir qui n’est vraiment à prendre à la légère, avec cette nouvelle vie politique en France !

Avec Macron, ou vont-ils nous entraîner ceux-là, d'ici l'an 2022 ???Avec Macron, ou vont-ils nous entraîner ceux-là, d'ici l'an 2022 ???

Avec Macron, ou vont-ils nous entraîner ceux-là, d'ici l'an 2022 ???

Au cours de son quinquennat,Sarkozy remporte le "Jackpot" de al dette publique avec plus de 600 milliards, son successeur Hollande ne fait guerre mieux.

Sarkosy a augmenté la dette de 330 millions/jour, Hollande en a rajouté une "couche" avec 255 millions tous les matin. Que va nous coûter le gouvernement ni gauche - ni gauche, mais à droite toute de Monsieur Macron d'ici 2022.

Aujourd'hui cette dette frôle les 96,5%, sachant que l'alerte rouge est à 100%. Ne croyons pas que le FMI dirigée par Madame Lagarde, nous apportera son "aide" comme pour Tapie, mais nous mettra plutôt au tapis!      

Commenter cet article