Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Lorsque l'Etat LREM "sucre" les dotations et indemnités devant servir à l'aide des travaux et aménagements communaux...

7 Août 2017, 16:32pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

En plus, ils veulent réduire les élus locaux qui pour 80 % sont des BÉNÉVOLES.En plus, ils veulent réduire les élus locaux qui pour 80 % sont des BÉNÉVOLES.
En plus, ils veulent réduire les élus locaux qui pour 80 % sont des BÉNÉVOLES.

En plus, ils veulent réduire les élus locaux qui pour 80 % sont des BÉNÉVOLES.


Pour les communes rurales qui ont vu en Emmanuel Macron l’arrivée du « Messie »  en France, les voici de plus en plus englués dans la mélasse macronienne.

En effet, depuis plusieurs années de suite, les dotations d’Etat aux communes sont en  baisse continuelle et « l’affaire » n’est pas terminée, loin de là !

Aujourd’hui, ce sont les réserves parlementaires des sénateurs et des députés qui disparaissent : 153 046 € par sénateur pour leur département et 130 000 € par députés pour leur circonscription ;  la raison n’étant pas l’enrichissement personnel des élus "car depuis des décennies l’Etat et la justice française sont dans l’incapacité de poursuivre la tricherie et les délinquants élus sans l’autorisation des ministres de Bercy" ( ministère ou le Président Macron en a tiré les ficelles ) mais pour « éviter le clientélisme »

Belle excuse lorsque l’on sait que beaucoup d’aides sur les réserves parlementaires servaient aux communes pour le financement d’améliorations diverses, travaux de mises aux normes handicapés des locaux municipaux, réfection des églises à charge des communes, gymnases, terrains de sports, la rénovation des écoles, du réseau routier communal ainsi que beaucoup d’autres projets : qui ne recevront plus un kopeck de ce côté ! 

Encore faut-il savoir si la dotation de 3 millions d’ €, gérée de façon « collégiale » par le président et ses vices présidents du Sénat sera aussi impactée elle aussi, savoir ou va-t-elle actuellement et ou ira-t-elle ???        

A ce jour, l'État a décidé d'annuler par décret plus de 300 millions € de dotations aux collectivités locales rurales, selon une information du journal « Libération » information confirmée par franceinfo.

Emmanuel Macron avait pourtant promis le 17 juillet dernier, lors de « la Conférence nationale des territoires »  au Sénat, de ne pas toucher aux crédits alloués aux collectivités locales… 3 jours après cette déclaration, le décret été publié, (le 20 juillet.)

Ces 300 millions d'euros étaient destinés à financer notamment des investissements dans les communes rurales et des actions de politique de la ville dans les quartiers en difficulté.

La mesure concerne les finances de 2017, Emmanuel Macron n'a donc pas parjuré sa promesse qui porte sur 2018. L'objectif pour le chef de l'État est de respecter la fameuse règle du déficit des 3% du PIB.

« C'est une trahison »

Invité de franceinfo mercredi matin, Olivier Dussopt, député PS de l’Ardèche et président de l’Association des petites villes de France (APVF), a déploré "une trahison et une déception". « Les dotations ont beaucoup baissé et c’est trop brutal, a-t-il expliqué. Le président demande 13 milliards d’efforts, c’est considérable. Et quelques jours après on découvre un décret supprimant des moyens pour des collectivités. »

« Les élus n’ont jamais refusé de faire des efforts, mais ce qui est demandé est disproportionné par rapport à notre poids dans les dépenses publiques. »

« Les entreprises locales et les associations vont être touchées, a-t-il ajouté. Cela peut concerner l’aide au devoir, la lutte contre les discriminations, de la prévention contre les addictions ou encore la mise en place se système de sécurité. »                                                          

                                        Dussopt à Olivier franceinfo

Il ne faut pas oublier la défaillance supplémentaire d’un Etat qui se dit proche de ses citoyens et qui impose aux communes, en lieu et place de l’administration préfectorale, l’obligation de délivrer elles-mêmes les cartes d’identités nationales, jusqu’ici à charge des services de l’Etat. Imposant à ces communes moyennes qui sont soumissent à cette obligation, l’emploi de personnel supplémentaire.

Reste à la charge des usagers, le déplacement de plusieurs km pour se rendre dans les communes « outillées » pour la fourniture de cette pièce d’identité.

Pour l’administration et surtout pour les municipalités, l’Etat demande à corps et à cri des « économies ! » Mais ne regarde en aucune façon à  imposer ses « desiderata » par de nouvelles charges, qui seront à régler sur les taxes municipales, les tarifs sportifs, les cantines et le reste.

Ce sont encore les salariés, retraités, sans travail, étudiants, fonctionnaires, associations, les communes, communautés de communes, les Départements et les Régions qui se « serreront la ceinture »        

A quand pour nos communes et nos ruraux des dotations d'Etat pour l'achat de quelques brouettes de sable et des sacs de ciment qui vont avec ???

A quand pour nos communes et nos ruraux des dotations d'Etat pour l'achat de quelques brouettes de sable et des sacs de ciment qui vont avec ???

Commenter cet article