Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

œufs contaminés; une vingtaine de l'éleveurs "bio" concernés aux Pays-Bas

13 Août 2017, 16:43pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Une affaire qui en cache une autre au nom de l'argent roi !Une affaire qui en cache une autre au nom de l'argent roi !

Une affaire qui en cache une autre au nom de l'argent roi !

A ce jour "l’omelette hollandaise" fait la une de nos informations alors que ce problème  avait déjà été révélé fin 2016.

Nous en revenons au 26 avril 1986 lorsque nos gouvernants nous expliquaient que les frontières existaient et que le "nuage de Tchernobyl ne passerait pas"

En prenant déjà en ce temps les Français pour "des gens qui ne sont rien" et à qui il était possible de les rassurer et d'éviter la fourniture par l'urgence du problème de pastille "Iodure de potassium" utile à l'ensemble de la population touchée.

(Une "économie sur la santé" qui a engendrée bons nombres de cancers par la suite!)  

C'est le tour aujourd’hui, aux œufs contaminés par 6000 litres d’insecticides « Fripronil » produit interdit sur le marché de faire la Une.

Tricherie sur la marchandise, mais qui au nom de la rentabilité et du profit, n’a pas empêché certains producteurs néerlandais d’empoisonner une partie de l’Europe et même de l’Asie du sud-est. 

Produits vendus, n’en doutons pas étiquetés « Bio » pour le prix de l’étiquette dans nos grandes surfaces !

Mais, soyons rassurés, notre ministre de l’Agriculture, ainsi que l‘Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et du travail, se veulent tous deux rassurants, en expliquant au le « risque est minime »  Paroles et écrits lancés par ces organismes dans le seul sens de ne pas nuire aux grandes entreprises agroalimentaires.

Ces milliardaires de la transformation des produits agricoles, qui font leurs fortunes sur le dos de tous, en vendant leurs propres poules et grains et en faisant crever les petits et moyens agriculteurs, tirants les prix toujours plus, mais par le bas.

Ceci jusqu’au jour plus ou moins éloigné ou on assistera à l’apparition  de maladies « inconnues » sur les secteurs ravitaillés l’apparition en œufs néerlandais !

Nous en revenons en 1986 lorsque nos gouvernants expliquaient qu’ils existaient des frontières et que le nuage  de Tchernobyl ne « passait pas » Il est un fait que le libre échange n’était pas encore engagé et que nos douaniers faisaient leur travail aux frontières.

La santé des employés et des riverains n'a aucune valeur par rapport à l'argent !La santé des employés et des riverains n'a aucune valeur par rapport à l'argent !

La santé des employés et des riverains n'a aucune valeur par rapport à l'argent !

Mais encore, cette histoire qui fait la une de nos journaux et des médias télévisés nous occulte totalement un autre scandale dont  les médias ont fait à ce jour le Black-out.

Un mystérieux mal a frappé les salariés d’une usine du groupe « Clarebout Potatoes » située à Neuve-Eglise, ville frontalière de Belgique.

La question est: Est-ce l'étiquette qui fait le prix du Bio pour les grands groupe agroalimentaires et dans les rayons de nos grandes surfaces ? 

 

Ce problème a débuté le  27 juillet dernier avec quelques cas seulement. Mais au fil des jours, ce sont jusqu’à 90 employés, dont beaucoup de Français, qui ont été hospitalisés pour des maux de têtes, fièvres, courbatures et symptômes respiratoires. Y compris les quelques techniciens dépêchés sur les lieux pour vérifier le matériel de fabrication.

Symptômes supposés dans un premier temps une épidémie de « grippe »  c’est un mystère qui reste total,  face au mutisme de la direction l'entreprise.

Un ouvrier qui s’est exprimé « anonymement » a précisé avoir subi jusqu’à 28 prises de sang et 11 jours d’arrêt de travail.                                                                    L'Agence régionale de Santé s'est penchée sur l'affaire mais elle n'est pas compétente pour agir Outre-Quiévrain ! Mais l'est-elle pour l'environnement et les risques encourus de l'autre côté de la LYS, commune de Deûlémont en France ???  

 

Or, il s'agit là d'un vecteur d'infection de légionelles, ces  bactéries responsables de la légionellose et qui affectionnent les tours de refroidissement, climatiseurs, jacuzzi ou canalisations d’eau chaude. Les symptômes que provoque cette maladie (fièvre, douleurs, infection pulmonaire, nausées) sont en effet comparables à ceux qu'ont connu les salariés de Clarebout. Les analyses devront confirmer ou infirmer cette hypothèse. Mais bien que potentiellement mortelle, cette infection se soigne dans 91% des cas, a fortiori si le malade n'est pas particulièrement fragile.

En attendant les conclusions de l'enquête belge, l’usine continue sa fabrication de frites congelées.

 

La commune de Comines-Warneton a reçu un courrier du fonctionnaire délégué de la Région wallonne relatif à la demande de permis d’urbanisme de la société Clarebout Potatoes souhaitant construire un nouveau frigo à l’arrière de l’entreprise, le long de la Lys, à Warneton. Et c’est un refus !

Le refus de l’administration wallonne, qui n’a donc même pas à se positionner sur le fond du dossier, se base sur d’autres avis, négatifs, d’organismes consultés dans le cadre de la demande de permis d’urbanisme.

À noter que la commune française de Deûlémont, située de l’autre côté de la Lys, venait de remettre un avis défavorable et de le transmettre à la commune de Comines-Warneton

En refusant le congélateur, les élus affirment leur intention de ne plus faire le moindre cadeau à Clarebout tant que des nuisances sont avérées.

Fin juillet, le collège a refusé le congélateur de 65 520 palettes.

Une décision prise à l’unanimité, avec un absent: Didier Vandeskelde l’Echevin de Comines-Warneton. Au préalable, le fonctionnaire délégué de la Région wallonne a émis un avis défavorable.

Des arguments environnementaux auxquels il faut ajouter le tableau de la situation actuelle, page 77. « Il a été constaté que les activités de l’entreprise provoquent des nuisances (olfactives, sonores, etc.)

Il lui appartient d’adopter des mesures nécessaires afin d’assurer le strict respect des normes fixées dans les différentes autorisations qui lui ont été délivrées. Les normes du permis unique octroyé par le conseil communal en sa séance du 3 février 2012 ne sont pas respectées. »

Des phrases écrites noir sur blanc qui vont résonner agréablement dans les oreilles des riverains… 

Commenter cet article