Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Lorsque l’industrie agroalimentaire et les grandes surfaces ruinent les paysans depuis des décennies !

12 Septembre 2017, 09:52am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Depuis dix ans, un homme sait y faire pour ruiner les paysans.
Depuis dix ans, un homme sait y faire pour ruiner les paysans.

Depuis dix ans, un homme sait y faire pour ruiner les paysans.

 

Gérard Le PUILL - HD du 7 septembre 2017

 

Alors que l’on débattra de l’avenir des paysans français et du contenu de notre assiette jusqu’en décembre dans les 14 ateliers des « états généraux de l’alimentation »  les organisateurs n’ont pas prévu d’évoquer la mondialisation libérale de l’agriculture, ni les accords de libre-échange que ne cesse de négocier la Commission européenne… avec l’aval de la France.

 

Comment alors « rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs » comme le suggère un atelier ! si demain, comme aujourd’hui, il suffisait d’importer un peu plus de tomates du Maroc, un peu plus de melons d’Espagne pour faire chuter les prix de ces mêmes produits cultivés en France

           

PLUS DE TOMATE DU MAROC.

 

Comment pourra-t-on « améliorer les relations commerciales et contractuelles entre producteurs, transformateurs, et distributeurs » comme l’annonce un autre atelier, s’il va suffire aux derniers nommés d’importer plus du lait de vache, plus d’animaux  de boucherie, plus de viande de porc et de charcuterie pour obliger leurs fournisseurs hexagonaux- que sont les industriels de l’agroalimentaire- à baisser leurs prix de vente et à moins payer la matière première aux paysans ?

 

Aux bonnes volontés retenues pour travailler dans ces ateliers, nous conseillons de lire et de relire le rapport de la commission Attali.

 

           

Asphyxié par la loi du marché, le monde paysan victime des pratiques abusives de la grande distribution et de l'industrie agroalimentaire.Asphyxié par la loi du marché, le monde paysan victime des pratiques abusives de la grande distribution et de l'industrie agroalimentaire.
Asphyxié par la loi du marché, le monde paysan victime des pratiques abusives de la grande distribution et de l'industrie agroalimentaire.Asphyxié par la loi du marché, le monde paysan victime des pratiques abusives de la grande distribution et de l'industrie agroalimentaire.

Asphyxié par la loi du marché, le monde paysan victime des pratiques abusives de la grande distribution et de l'industrie agroalimentaire.

Ce rapport date de l’année 2008 et a inspiré la loi de modernisation économique (LME) que souhaitait le président Sarkozy pour faire plaisir à Michel-Edouard Leclerc, le champion autoproclamé des prix bas… dès lors qu’ils sont obtenus en ruinant les paysans.

 

Parlant du rôle positif qu’il attribuait à Leclerc, Carrefour,

Casino et quelques autres prédateurs, le rapporteur de la commission Attali voulait leur donner plus de pouvoir en écrivant ceci " Les réglementations actuelles réduisent considérablement le potentiel de ce secteur en termes de pouvoir d’achat, de croissance et d’emploi " 

 

Plus précisément, les lois Galland et Royer-Raffarin ont eu pour effet d’empêcher ou de rendre plus coûteuse l’implantation de nouvelles entreprises de distribution et ont considérablement réduit la concurrence entre les enseignes existantes.

 

LARBIN DU PATRONAT.

 

Bref, plus de concurrence et toujours plus de mètres carrés de surface de vente devaient – on se demande comment – réduire les prix de revient du panier de la ménagère, selon le rapporteur qui avait mis beaucoup de zèle à rendre logiques les revendications égoïstes avancées par les grands patrons et des économistes libéraux au sein de la commission Attali.

 

Dans un autre passage du même rapport, il écrivait aussi qu’il fallait « réduire le coût du travail pour toutes les entreprises en transférant  une partie des cotisations sociales vers la contribution sociale généralisée (CSG) et la TVA »

Ce qui nous est annoncé aujourd’hui en légiférant par ordonnances sur exigence du président de la République.

Signalons enfin que le rapporteur qui servit de larbin au patronat en rédigeant un texte esclavagiste de 250 pages pour Nicolas Sarkozy en 2008 était moins connu à l’époque qu’il ne l’est aujourd’hui…

Mais c’était déjà Emmanuel Macron.  

           

     

Le représentant français à l'UE y met aussi son grain de sel !

Le représentant français à l'UE y met aussi son grain de sel !

Commenter cet article