Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

L'avenir nous impose de changer dès à présent.

11 Février 2018, 22:56pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Changer les choses, serait la catastrophe pour la grande finance mondiale!

Changer les choses, serait la catastrophe pour la grande finance mondiale!

Notre planète est petite. Nous connaissons toutes les limites. Aujourd'hui, plus de trois-quarts des 7,6 milliards de terriens vivent en Asie ou en Afrique ? La Chine et l'Inde représentent déjà à eux deux plus de 2,7 milliards d'individus, soit plus que la population du monde en 1950...

Dans les régions les plus frappées par le réchauffement climatique, la récession économique, les guerres, vivent la plus grande partie de la population mondiale. Le Nigeria notamment compte une population estimée à près de 191 millions de personnes.

Les industriels et les financiers voient là une manne sensationnelle pour accumuler les profits, faire baisser le coût de la main-d’œuvre et couvrir le monde de leurs voitures, téléphones et autres aspirateurs fabriqués en Inde par des ouvriers travaillant dans les conditions pires que les ouvrières textiles anglaises au XIXème siècle.

Le progrès technique a fait place à la course aux profits. Chaque jour des porte-conteneurs géants emmènent d'un bout du monde à l'autre des produits manufacturés à bas prix dans des conditions inhumaines pour les vendre au prix le plus élevé possible aux habitants des pays déjà saturés de biens de consommation.

Cette course au profit est suicidaire ? Yann Arthus-Bertrand la redit sur un plateau de télévision récemment : « Le capitalisme est entrain de ruiner la planète » Nos vies valent plus que les profits. Nous avons tous le devoir vital d'inverser nos échelles de valeurs. L'homme et la planète doivent être la préoccupations principale principale des gouvernants et de chaque citoyen.

Les conquêtes et les découvertes, la révolution industrielle, la colonisation, les guerres mondiales ont ouvert des plaies dans chaque région du monde. L'homme a prouvé qu'il pouvait s'adapter à un écosystème dégradé mais il a sacrifié la biodiversité.

Nous sommes désormais condamnés à changer, pour pouvoir continuer de vivre et d'évoluer. Faire vivre le futur à nos enfants, c'est construire dès maintenant un autre monde de pensée pour le genre humain, plus coopérateur, plus solidaire, plus social. Ce sont nos vœux pour 2018.

Commenter cet article