Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Encore des vœux du 31 décembre pour endormir le peuple...

2 Janvier 2019, 19:16pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

La grande finance d'abord et le bidouillage avec certains services de l'Elysée ou de la Place  Bauveau  pour discréditer les manifestations sociales.La grande finance d'abord et le bidouillage avec certains services de l'Elysée ou de la Place  Bauveau  pour discréditer les manifestations sociales.
La grande finance d'abord et le bidouillage avec certains services de l'Elysée ou de la Place  Bauveau  pour discréditer les manifestations sociales.

La grande finance d'abord et le bidouillage avec certains services de l'Elysée ou de la Place Bauveau pour discréditer les manifestations sociales.

Aux lecteurs du blog, à ceux qui suivent sur Facebook, Twitter, Linkedin et autres, la cellule Plantive de Saint-Saulve vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019. Bonne santé à tous, réussite dans les vie, du travail et une lutte continue pour défendre les intérêts des salariés, étudiants, retraités et de tous ceux qui souffrent de l’indifférence d'un Etat gouverné par la finance.  

la Paix dans le monde pour tousla Paix dans le monde pour tous

la Paix dans le monde pour tous

Le CICE, appliqué depuis janvier 2013, est un crédit d’impôt accordé aux entreprises en fonction de leur masse salariale. A sa création, il s'élevait à 6% des rémunérations versées, dans la limite d'un salaire ne dépassant pas 2,5 fois le SMIC. Son coût sur le budget national en 2016 était de 13,9 milliards d'euros.

Pour 2017, ce dernier est passé à 7% coûtant cette année là, 16,5 milliards d'euros. Le pic attendu pour 2018 malgré l'abaissement à 6% passera pour les finances publiques de 21 milliards, paradoxe dû à ce que le CICE est un crédit d’impôt.

C'est à dire, sur les 3 dernières années, plus de 51 milliards d'euros qui devaient servir logiquement à l'aide à l'emploi, n'ont pas été de grande utilité contre le chômage bien loin de là, mais ont servi surtout pour régler les dividendes aux gros actionnaires, même d'entreprises déficitaires…

Le CICE disparaîtra totalement pour l'année 2019, il sera remplacé par une baisse de cotisations patronales. Baisse n'en doutons pas qui mettra une fois de plus en péril les différentes caisses de retraites et leurs complémentaires, la Sécurité Sociale etc, au seul profit des grandes entreprises, multinationales et autres; sans pour cela aider les petits commerces, les PME, encore moins l'artisanat qui continueront eux de payer plein pot.

Ajoutons à ce cadeau de 51 milliards d'€, les 40 milliards annuel de l'ISF dont il ne parle plus.

Quant à l'embauche, augmentation de salaires et autres, c'est une affaire conclue entre Macron, son gouvernement et le Medef. De 70 à 80% des Français sont en plein accord avec les revendications des Gilets jaunes. Faut-il demander sur ces 80%, combien se sont abstenus aux deux tours de la présidentielle ? Il y en a encore pour 42 mois à attendre un changement réel, si toutefois les Gilets jaunes et les abstentionnistes d'aujourd'hui, comprennent enfin qu'ils se sont fait berner et se rendront aux urnes.

Encore ce 31 décembre, son « allocution de fin d'année » devant une affiche « Fraternité » le prouve. Pas un mot pour les chômeurs, smicards, retraités, les élèves et étudiants, qui ont la chance inouïe « d'avoir l'école gratuite »...

Jupiter, dans son allocution a eu comme seule approche pour éviter le mot « Gilets jaunes » de fustiger les « porte-paroles' d'une foule haineuse...» Ce personnage n'a rien compris depuis dix-neuf mois qu'il nous fiche la m…. en France, il en est resté à « tu n'as qu'à traverser la rue pour trouver du travail ».

Chez lui, c'est une mentalité de d'enfant gâté qui en ressort et à qui il manque une sacrée dose de maturité, celle qu'il ne trouvera pas ni sur le marché, ni chez « Amazone. »

Il faut se rappeler que dans la mythologie que seul « Bacchus était sorti de la cuisse de Jupiter »

Les responsables politiques, ceux qu'il accuse de souffler sur les braises et qui ont l'audace de parler au nom du peuple français, sont pour beaucoup d'entre eux, des élus du peuple qui ont eu plus de 22 % de voix des inscrits pour leur élection.

La haine portée par certains aux forces de l'ordre, ces sont les casseurs que ses services élyséens et de la place Beauvau laissent passer par ordre afin de casser les manifestations et de semer le désordre, faisant intervenir les grenades lacrymogènes, les tires à balles caoutchouc et autres canons à eau.

Quant à la haine envers les élus de son clan, ceux qui ne sont que les béni-oui-oui du régime, il en restera de moins en moins car à la vitesse des démissions dans le groupe ou des « éjectés » que Ferrand ordonne à l'encontre de ceux qui ne respectent pas le ligne imposée par le « chef » ça finira par casser.

Les journalistes d'aujourd'hui, n'ont pour la plupart d'entre-eux plus la possibilité d'écrire ce qu'ils pensent des situations actuelles. Censurés avant même la mise en page du journal, ils sont pour beaucoup dans les mains des magnats milliardaires de la presse écrite ou radio-diffusé qui ont la main mise sur l'ensemble des rédactions.

De ces milliardaires, certains d'entre-eux détiennent des chaînes au service de l’État, de la droite et de l'extrême droite et sont installés dans des palais ultra modernes, tous à la botte de Lrem, du Rn, du Lr, le LP de Philippot etc. et qui informent en boucles à longueur de journée, tous mensonges qui leurs sont dictés.

Il parle pour finir qu'il « écrira aux Français dans quelques jours » afin de préciser les

contours d'un « débat national » promis pour répondre à la crise des « Gilets jaunes ».

Que va-t-il dire de la chasse aux chômeurs qui devront accepter un poste n'importe lequel à tarif réduit par rapport à leur ancien job ?

Que va-t-il dire des « tricheurs » aux allocations diverses alors qu'ils ne représentent qu’un petit pourcentage de ces mêmes allocataires ?

Parlera-t-il de la disparition des services publics dans nos villes et campagnes, de la dégradation du service postal, de la disparation des services fiscaux, des commissariats de police nationale dont la conformité de l’état des lieux date des années 1950 ou plus, du manque de gendarmerie dans les communes rurales, de la fermeture des petites gares et de leur ligne, de la liquidation pour centralisation des services de justice ; (Magistrats, Juges, Avocats etc. tous concernés) et la suite .

Que va-t-il dire de ses amis milliardaires qui déposent leur argent dans les paradis fiscaux qu'il connaît bien, sortant lui-même du monde de la banque ?

Que va-t-il dire des gens très riches de sa connaissance, y compris dans son équipe gouvernementale, qui ne paient plus l'ISF, la perte d'argent étant compensée par les taxes diverses qu'ils reportent sur la réduction des APL, l'augmentation des inscriptions dans les universités, la perte sèche des revenus de retraites ponctionnés de 1,7 % avec une augmentation de ces dernières de 0,3 % au 1er janvier alors que l’inflation annoncée par l’État lui-même approche les 2 % sur les calculs de prix des manches à balais et autres.

Il en est de même pour les smicards, malgré les diminutions de charges, qu'arrivera-t-il lorsqu'ils se trouveront en congés intempéries, chômage partiel et autres… Seront-ils une fois de plus à la charge des PME et des artisans ?

Dans son exposé de « bonne et heureuse année au Français » une seule chose est à retenir du 31 décembre, c'est le lancement Lrem « des futures élections européennes » en proposant pour le futur de tous, un projet européen « macronien. »

 

 


 


 

Commenter cet article