Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Rien n'empêche Jupiter d'insulter les Français, même lorsqu'il se trouve à l'étranger

16 Janvier 2019, 16:32pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

 
Malgré les insultes à répétition le peuple ne lâche RIEN. Ces gens font partis de ceux qui lancent des flatulences plus haut qu'ils n'ont le trou et font croire au peuple qu'ils ont "mauvaise haleine"

Malgré les insultes à répétition le peuple ne lâche RIEN. Ces gens font partis de ceux qui lancent des flatulences plus haut qu'ils n'ont le trou et font croire au peuple qu'ils ont "mauvaise haleine"

* Le 17 septembre 2014, alors qu'il occupait le poste de ministre de l’Économie et de l'Industrie,Il a pris pour exemple les employées de Gad, une entreprise d'abattoirs bretons en grande difficulté financière. «Il y a dans cette société une majorité de femmes et il y en a qui sont pour beaucoup illettrées. On leur explique "vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours, allez travailler à 50 ou 60 kilomètres". Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire ! On va leur dire quoi ?», avait-il lancé. Un peu plus tard, il s’était excusé d’avoir tenu de tels propos.

* Le 27 mai 2016: Vous n'allez pas me faire peur avec votre t-shirt, la meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler. » (Ecole numérique de Lunel dans l’Hérault,

* Le 13 janvier 2017,Alors candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron ne polissait déjà pas ses interventions en région. En visite à Nœux-les-Mines (Pas-de-Calais), il a établi un terrible constat sur la population : «Dans ce bassin minier, [...] il y a beaucoup de tabagisme et d'alcoolisme.» A l'époque, ancien ministre de François Hollande, il s'était attiré les foudres de plusieurs élus après ses commentaires jugés méprisants lors de sa visite dans la région.

* Le 1er juin 2017 : ajoutons sur les « migrants » : « Le Kwassa-kwassas pêche peu, il amène du comorien » (Ethel, Morbihan)

* Le 29 juin 2017)« Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et 
les gens qui ne sont rien »
(Halle Freyssinet Paris.

* Le 8 septembre 2017 (Ecole française d’Athènes) N’appréciant pas ceux qui s’opposent à ses réformes, qu’il compte mener à bien coûte que coûte. Il l'a fait savoir lors d’un discours à Athènes le « Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes »

* (Corrèze, 4 oct. 2017)
« Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller 
regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas »

  * Le 18 avril 2018, en déplacement à Saint-Dié-des-Vosges, Emmanuel Macron a été accueilli par les sifflets      d'un petit groupe d'opposants à la réforme de la SNCF. Le président a décidé d'aller à leur rencontre. Au      cours de ce bref échange, le chef de l'Etat a de nouveau cédé à la tentation de la phrase choc : «Ce sont des    gens qui décident d'être contre tout, qui sont contre la République, [...], ils veulent rien, ils veulent bloquer,    ils veulent contester.»

* Le 16 sept 2018) « Je traverse la rue et je vous en trouve » (à propos du travail, adressé à un chômeur, jardin de l’Élysée. 

* ou encore; Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord. »

* « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires. »Au terme de son long entretien avec le pape François, le 26 juin 2018, Emmanuel Macron a présenté son ministre des Affaires européennes Jean-Yves Le Drian de la façon suivante : «Il est breton.» «Ils sont partout, c'est la mafia française» : l'étrange blague sur les Bretons de Macron au pape

* « Bien souvent, la vie d'un entrepreneur est bien plus dure que celle d'un salarié, il ne faut pas l'oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties. »

* « Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires sont d'accord. »

* « Je n'aime pas ce terme de modèle social. »

* « Être élu est un cursus d'un ancien temps. »

* « Je suis pour une société sans statuts »

* « Le chômage de masse en France c’est parce que les travailleurs sont trop protégés »

* Il qualifie ceux qui, au sein du PS, s’opposent à sa loi (308 articles réactionnaires dont le travail le dimanche, de nuit, ou la privatisation du don du sang) de « foyer infectieux »

 

 

 

 

Commenter cet article