Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

55% des personnes interrogées jugent le président de la République « trop présent dans les médias »

15 Février 2019, 19:21pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

« les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être, à quelque niveau que ce soit, coorganisateurs » . « les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être, à quelque niveau que ce soit, coorganisateurs » .
« les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être, à quelque niveau que ce soit, coorganisateurs » .

« les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être, à quelque niveau que ce soit, coorganisateurs » .

Grand débat national : une campagne déguisée pour Emmanuel Macron, selon les Français
Orange avec AFP-Services,
 

Emmanuel Macron a rencontré une trentaine de maires à Gargilesse-Dampierre, dans l'Indre, dans le cadre du septième acte du grand débat national, jeudi 14 février.

Un nouveau déplacement mal perçu par les Français qui sont plus de deux tiers (66%) à estimer que le chef de l'État profite du grand débat pour faire campagne pour les élections européennes, d'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et le Figaro. 

Un reproche particulièrement important chez les Insoumis et les électeurs RN (81%), également partagé par les électeurs socialistes et Républicains (55%). Les sympathisants La République en Marche (67%) pensent le contraire.

Emmanuel Macron « pas convaincant sur le fond sur la plupart des sujets »

55% des Français interrogés pensent par ailleurs qu'Emmanuel Macron « en fait trop » et qu'il « est trop présent dans les médias ». Un reproche avant tout formulé par les sympathisants socialistes (62%), du Rassemblement national (61%) et de La France insoumise (57%)

Malgré cette omniprésence, seuls 18% des Français imaginent qu'Emmanuel Macron parviendra à retrouver la confiance des citoyens. 68% des personnes interrogées considèrent qu'il n'a pas été « convaincant sur le fond sur la plupart des sujets ».

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1002 Français interrogés par internet les 13 et 14 février 2019, représentatif de la population française.

Grand débat : près d'un Français sur deux n'y croit pas

Pour répondre à la crise des « gilets jaunes », Emmanuel Macron lance en ce début d'année 2019 un grand débat national. Pour l'heure, l'idée peine à convaincre les Français.

Le grand débat national voulu par le chef de l'État pour répondre aux «  Gilets jaunes » laisse les Français sceptiques.Seul 50 % d'entre eux pensent que le gouvernement tiendra au moins partiellement compte des avis émis lors du grand débat lancé par l'exécutif, selon un sondage Harris interactive publié mercredi 2 janvier. Pour 47 % des personnes interrogées en revanche, il n'en tiendra « pas du tout » compte. Et seuls les proches de La République en marche considèrent majoritairement que le gouvernement en tiendra compte (82 %), selon ce baromètre annuel réalisé pour M6 et RTL.

Le RIC largement majoritaire

47 % des Français veulent par ailleurs voir le mouvement des « Gilets jaunes » se structurer et présenter une liste aux élections européennes de mai 2019. Un souhait nettement majoritaire chez les sympathisants de La France insoumise et du PCF (64 %), du Rassemblement national (58 %) et du PS (56 %). Les Français interrogés se disent en outre très majoritairement favorables à des Référendums d'initiative citoyenne (RIC) pour proposer une loi (80 %), en abroger une (72 %) ou mettre fin au mandat d'un élu (63 %).

Globalement, moins d'un Français sur deux (47 %) se dit « optimiste » pour l'année à venir, soit une chute de 12 points par rapport à la même enquête il y a un an, contre 51 % (+13) de « pessimistes ».

Une confiance très limitée envers le gouvernement

Le pouvoir d'achat gagne 9 points et avec 73 % des votes devient la première priorité attribuée au gouvernement pour 2019, devant la lutte contre le terrorisme, stable avec 71 % et contre le chômage (70 %). La confiance dans le gouvernement pour mener différentes réformes est également limitée : 33 % lui font ainsi confiance pour « agir dans le bon sens » en ce qui concerne la réforme des institutions, 32 % pour la réforme de l'assurance maladie et 29% pour celle des retraites.

Deux Français sur trois (67 %) pensent enfin que le gouvernement doit « avant tout aider le pouvoir d'achat des Français », quitte à ne pas maîtriser l'endettement et le déficit de la France. 27 % des personnes interrogées pensent au contraire que la maîtrise de l'endettement et du déficit reste la priorité.

(Cette enquête a été réalisée en ligne du 27 au 28 décembre auprès de 1.967 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,3 points.)

Commenter cet article