Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Aujourd'hui, la répression contre les Gilets jaunes nous remettent en esprit les morts des 17 octobre 1961 et du métro Charonne, le 8 février 1962,

5 Février 2019, 23:10pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Rappelez-vous les morts contre les assassins de l'OAS et pour l'indépendance pour l'Algérie ...
Rappelez-vous les morts contre les assassins de l'OAS et pour l'indépendance pour l'Algérie ...Rappelez-vous les morts contre les assassins de l'OAS et pour l'indépendance pour l'Algérie ...
Rappelez-vous les morts contre les assassins de l'OAS et pour l'indépendance pour l'Algérie ...Rappelez-vous les morts contre les assassins de l'OAS et pour l'indépendance pour l'Algérie ...

Rappelez-vous les morts contre les assassins de l'OAS et pour l'indépendance pour l'Algérie ...

Est-ce que certains des dirigeants actuels veulent faire mieux que les assassins d'Etat

qu'étaient Frey et Papon?

 

Avec les discours de haine contre les manifestants Gilets jaunes, il y a lieu de se demander si le gouvernement de Macron, Philippe, Castaner, Nunez Griveaux et les autres, ne cherche pas à concurrencer leurs prédécesseurs Roger Frey et Maurice Papon qui se sont fait les assassins du peuple Français et Algérien, il y a aujourd'hui 57 ans ?

En ces temps de massacres, les « Flash Ball et grenades de dispersion » etc ; n'étaient pas encore d'actualité, mais les policiers, sur ordres du ministre de l’intérieur et du préfet de la Seine,comme aujourd'hui, frappaient les manifestants à coups de matraques et crosses de fusils. Faisant de nombreux morts au nom de l’État français !

Il est honteux d'entendre un ancien ministre de l’Éducation de la cinquième République, tel Luc Ferry d'appeler le gouvernement, Castaner et les autres de donner le ordre de tirer à vue sur les manifestants, pour un philosophe comme ce personnage, sa philosophie et d'appeler à la guerre civile !

 

Rappelez-vous le 8 février 1962,

La police du ministre de l'Intérieur Roger Frey et du préfet de la Seine Papon ont fait tuer par les forces de l'ordre neuf militants qui manifestaient pacifiquement contre l'OAS des généraux félons.

Neuf pacifistes assassinés au métro Charonne par la police d’État, sur les ordres du ministre de l'Intérieur Frey et du préfet de la Seine, Papon, lui même condamné bien plus tard, dont l'affaire « Papon » qui avait éclaté le 6 ami 1981.

Papon fut condamné pour crime contre l’humanité pour avoir envoyé en déportation 1690 Juifs de Bordeaux à Drancy et de là vers Auschwitz, entre 1942 et 1944.

Le 2 avril 1998, condamné à 10 ans de réclusion criminelle et au versement de l'équivalent de 700.000 euros aux parties civiles.

Le 21 octobre 1999, la Cour de cassation refuse d'examiner son pourvoi parce qu'il s'est enfui en Suisse au lieu de se constituer prisonnier la veille de l'audience. La condamnation devient dès lors définitive. Arrête en Suisse et extradé, il est interné à la prison de Fresnes La justice française le remettra en liberté le 18 septembre 2002, pour raison de santé, il meurt le 17 janvier 2007es

Le 2 avril 1998, condamné à 10 ans de réclusion criminelle et au versement de l'équivalent de 700.000 euros aux parties civiles.

Ce massacre de s neufs militants pacifistes fait suite aussi à celui du 7 octobre 1961 : « massacre occulté de la mémoire collective »

L'exécution de plusieurs centaines de manifestants algériens réclamant l'indépendance de leur pays à Paris le 17 octobre 1961 reste méconnue.

Par quels moyens le pouvoir a-t-il réussi à imposer le silence, et donc cette amnésie ?

Sur le moment, il y a eu censure de la presse, avec l'empêchement des journalistes à se rendre sur les lieux de détention des Algériens, par exemple. Et puis très vite, les instructions judiciaires ont été closes sans aboutir.

Il y en a eu une soixantaine, elles ont toutes débouché sur des non-lieux. Une volonté d'oubli judiciaire, qui s'est combinée avec les décrets d'amnistie, qui couvraient les faits de maintien de l'ordre en France, une difficulté à accéder aux archives, l'épuration d'un certain nombre de fonds... tout cela a contribué à ce phénomène d'occultation jusqu'à la fin des années 1970.

Cinq mois de la fin de la guerre d'Algérie, le 17 octobre 1961,  Paris a été le lieu d'un des plus grands massacres de gens du peuple de l(histoire contemporaine de l'Europe occidentale. Ce jour-là, des dizaines de milliers d'Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui les vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, toujours le même Papon et son ministre de l'Intérieur Frey. La réponse policière sera terrible. Des centaines d'Algériens, sont exécutés. Certains corps sont retrouvés dans la Seine. Pendant plusieurs décennies, la mémoire de cet épisode majeur de la guerre d'Algérie sera occultée.

Cinquante sept ans plus tard, il existe encore une confusion entre le 17 octobre 1961 et la manifestation de Charonne, le 8 février 1962, au terme de laquelle neuf personnes ont trouvé la mort... 


Tirs de flashball à Bastille: un policier avoue, Castaner en difficulté 1er fév 2019 par Karl Laske

Un rapport de police transmis au ministère de l’intérieur confirme qu’un policier membre d’une compagnie de sécurisation a bien fait usage de son lanceur de balles de défense « au moment de la blessure » de Jérôme Rodrigues, place de la Bastille. Le ministre de l’intérieur et son secrétaire d’État ont contesté les faits durant plusieurs jours.


 

Commenter cet article