Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

LES MENSONGES D’ÉTAT COUVERTS PAR L’ÉLYSÉE ET LE SERVICE DE SA « PORTE MENSONGES »

6 Septembre 2019, 22:24pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Moi. Le plus grand menteur de cette Ve république qui à inventé une "Grande Débâcle"  de 12 millions d'euros, afin d'étouffer les revendications des salariés et des Gilets jaunes...

Moi. Le plus grand menteur de cette Ve république qui à inventé une "Grande Débâcle" de 12 millions d'euros, afin d'étouffer les revendications des salariés et des Gilets jaunes...

Pas d'argent public pour faire la pub du Grand débat ?

L'intox de Sibeth Ndiaye

Par Louis Nadau (Marianne du 5 septembre 2019)

Prise à partie ce jeudi 5 septembre sur l'absence de moyens publics pour promouvoir le referendum (RIP) sur la privatisation d'ADP, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a répondu qu'il n'y en avait pas eu davantage pour faire la « pub » du Grand débat national.

Une affirmation démentie par les faits.

** TEXTE DE LA RÉPONSE

Le coût total prévisionnel du « Grand débat national » est estimé à 12 millions d'euros. Les principaux postes de dépenses sont les suivants :

Plate-forme numérique : 1,1 M€ - Stands de proximité : 600 k€ - Conférences nationale thématiques : 125 k€ - Conférences citoyennes régionales en métropole (13 + 1 conférence jeunesse) : 2,6 M€, dont 500 k€ pour la génération et le contact des participants tirés au sort –

Conception, organisation et articulation des différents dispositifs : 2,8 M€ - Plan de communication pour faire connaître de grand débat à son lancement : 1,6 M€ - Traitement et analyse des données : 3,25 M€, don : Numérotation, indexation et archivage des contributions en format libre par la Bibliothèque Nationale de France et son sous-traitant : 330 k€ de transcription : 620 k€traitement et analyse des données issues des contributions libres : environ 900 k€ traitement et analyse des données de la plate-forme numérique : environ 1,4 M€ -

Rémunération et frais de fonctionnement de l’équipe de la mission du grand débat : 300 k€ - Budget de fonctionnement du collège des garants et rémunération de l'attachée de presse mise à disposition : 28 k€. Les chiffres définitifs seront connus fin mai.

 

Ces dépenses sont couvertes par le budget de l’État . Elles ne constituent en aucun cas des dépenses de campagne et ne seront en conséquent pas imputées au compte de campagne de la liste présidentielle !!!

* Sibeth Ndiaye avait prévenu : « J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président » (propos rapportés par L'Express en juillet 2017). Promesse tenue ce jeudi 5 septembre sur France Inter, où la porte-parole du gouvernement a soutenu que celui-ci n'avait pas engagé de deniers de l'Etat pour faire la promotion du Grand débat national voulu par Emmanuel Macron pour sortir de la crise des gilets jaunes.

C''est tout simplement faux, puisque le gouvernement a mis en place un plan de communication de plus d'un million d'euros, notamment sur Facebook et YouTube.

La porte-parole répondait au député de La France insoumise (LFI) Alexis Corbière, qui s'est ému la veille, au même micro, que « beaucoup de moyens publics [aient] été mis pour le grand débat national » et « aucun » pour promouvoir la pétition réclamant l'organisation d'un référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroport de Paris (ADP).

« Est-ce que le gouvernement a engagé matériellement de l'argent pour faire la promotion, en tant qu'événement, de ce Grand débat national ? Non… »

« Alors là, c'est vraiment être d'une triste mauvaise foi, parce que vous avez vu une pub à la télé pour dire qu'il y avait le Grand débat national ? Une seule fois ? (…)  Est-ce que le gouvernement a engagé matériellement de l'argent pour faire la promotion, en tant qu'événement, de ce Grand débat national ? Non, donc je récuse totalement le parallèle », s'agace en retour Sibeth Ndiaye.

 

EN FAIT, SI.

Sauf que le Premier ministre a affirmé exactement l'inverse, dans sa réponse à une question écrite de la députée des Alpes-Maritimes, Laurence Trastour-Isnart, publiée le 21 mai dernier au Journal officiel. Parmi les 12 millions d'euros de coût total prévisionnel du Grand débat figuraient en effet, avait-il indiqué, 1,6 million d'euros de « plan de communication pour faire connaître le grand débat à son lancement ». « Ces dépenses sont couvertes par le budget de l'Etat », précise même la réponse de Matignon.

Sibeth Ndiaye ne dit vrai que sur son premier argument : aucun spot télévisé n'a été diffusé pour promouvoir la consultation lancée par Emmanuel Macron. Alors, à quoi a servi le 1,6 million d'euros du plan de com' ? Notamment, comme l'a relevé sur Twitter le journaliste Vincent Glad, capture d'écran Facebook à l'appui, à payer des publicités sur les réseaux sociaux.

Question N° 17859 de Mme Laurence Trastour-Isnart… Question écrite.

Ministère attributaire < Premier mi,istre

Rubrique > élections et référendums - Titre > Coût du grand débat national et respect du co ... Question publiée au JO le : 19/03/2019 page : (2492)  Réponse publiée au JO le : 21/05/2019 page :  (4666 )

Texte de la question

Mme Laurence Trastour-Isnart interroge M. le Premier ministre sur le coût pour les finances de l'État du grand débat national et sur le respect des règles de la communication de l'État en période préélectorale dans le cadre de ce débat. Lors de son intervention télévisée du 10 décembre 2018, le Président de la République avait annoncé l'organisation d'un « grand débat » sur tout le territoire. La mission d'organisation et de coordination du grand débat national a été alors instituée par le Premier ministre par le décret n° 2019-23 du 14 janvier 2019. Cependant, huit semaines après le lancement de ce débat, de nombreux Français pensent qu'il permet au parti de la majorité présidentielle de faire campagne à l'approche des élections européennes. Ces appréciations sont notamment fondées par l'interdiction faite aux collectivités publiques de mener des actions de propagande pendant les six mois qui précèdent une élection (article L52-1 du code électoral) et l'interdiction du financement par l'État de la campagne d'un ou plusieurs candidats (article L52-8 du code électoral). Bien que la thématique de l'Europe ait été soigneusement évitée, il n'en demeure pas moins qu'elle ne peut être occultée des sujets évoqués à l'occasion du grand débat national. C'est pourquoi elle lui demande de bien vouloir préciser, de manière exhaustive, le coût du grand débat pour les finances de l'État et, en particulier, le coût des réunions auxquelles participent les membres du Gouvernement et le Président de la République et quelle proportion sera imputée aux comptes de campagne de la liste de la majorité présidentielle.

Texte de la Réponse du Premier ministre ;

Le coût total prévisionnel du grand débat national est estimé à environ 12 millions d'euros. Les principaux postes de dépense sont les suivants : - Plate-forme numérique : 1,1 M€ - Stands de proximité : 600 k€ - Conférences nationales thématiques : 125 k€ - Conférences citoyennes régionales en métropole (13 + 1 conférence Jeunesse) : 2,6 M€, dont 500 k€ pour la génération et le contact des participants tirés au sort - Stands de proximité et conférences citoyennes régionales en Outre-mer : 210 k€ - Numéro vert assuré par Télé-performance : 142 k€ - Conception, organisation et articulation des différents dispositifs : 2,8 M€ - Plan de communication pour faire connaître le grand débat à son lancement : 1,6 M€ - Traitement et analyse des données : 3,25 M€, dont :Numérisation, indexation et archivage des contributions en format libre par la Bibliothèque nationale de France et son sous-traitant : 330 k€Transcription : 620 k€Traitement et analyse des des données issues des contributions libres : environ 900 K€ Traitement et analyse des données de la plate-forme numérique : environ 1,4 M€ - Rémunération et frais de fonctionnement de l'équipe de la mission du grand débat : 300 k€ - Budget de fonctionnement du collège des garants et rémunération de l'attachée de presse mise à leur disposition : 28 k€ Les chiffres définitifs seront connus fin mai. Ces dépenses sont couvertes par le budget de l'Etat.  Elles ne constituent en aucun cas des dépenses de campagne et ne seront par conséquent pas imputées au compte de campagne de la liste présidentielle.


 

Commenter cet article