Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

La mort programmée du transport SNCF par Macron et ses complices.

2 Novembre 2019, 11:34am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

TER et lignes secondaires en voie de disparition du service public, Disparition mise en place savamment par leurs dirigeants et le macronisme ....  Avec 426 kilomètres de ligne à l'écartement métrique, le Réseau Breton (RB) était l'un des plus importants réseaux ferroviaires secondaires de France. Il a été construit à la fin du XIXe siècle et  au début du XXe siècle pour desservir le centre de la Bretagne. Il était composé de cinq lignes déclarées d'intérêt général qui, à partir de Carhaix, centre du réseau, reliaient les villes de Paimpol, Morlaix, Camaret-sur-Mern Rosporden et la Brohinière. Son exploitation a fait appel en particulier à de puissantes locomotives Malelt. Ce réseau a contribué au développement économique des communes du centre de la Bretagne jusqu'alors isolées, « Création du Réseau Breton ». En 1967, les lignes ont été fermées à l'exception des lignes Carhaix-Guingamp et Guingamp-Paimpol, qui ont été converties à l'écartement standard. En 2008, il ne subsiste que ces lignes et quelques vestiges répartis sur les lignes déferrées. Une partie du matériel a été préservée par des particuliers et des associations.
TER et lignes secondaires en voie de disparition du service public, Disparition mise en place savamment par leurs dirigeants et le macronisme ....  Avec 426 kilomètres de ligne à l'écartement métrique, le Réseau Breton (RB) était l'un des plus importants réseaux ferroviaires secondaires de France. Il a été construit à la fin du XIXe siècle et  au début du XXe siècle pour desservir le centre de la Bretagne. Il était composé de cinq lignes déclarées d'intérêt général qui, à partir de Carhaix, centre du réseau, reliaient les villes de Paimpol, Morlaix, Camaret-sur-Mern Rosporden et la Brohinière. Son exploitation a fait appel en particulier à de puissantes locomotives Malelt. Ce réseau a contribué au développement économique des communes du centre de la Bretagne jusqu'alors isolées, « Création du Réseau Breton ». En 1967, les lignes ont été fermées à l'exception des lignes Carhaix-Guingamp et Guingamp-Paimpol, qui ont été converties à l'écartement standard. En 2008, il ne subsiste que ces lignes et quelques vestiges répartis sur les lignes déferrées. Une partie du matériel a été préservée par des particuliers et des associations.                        TER et lignes secondaires en voie de disparition du service public, Disparition mise en place savamment par leurs dirigeants et le macronisme ....  Avec 426 kilomètres de ligne à l'écartement métrique, le Réseau Breton (RB) était l'un des plus importants réseaux ferroviaires secondaires de France. Il a été construit à la fin du XIXe siècle et  au début du XXe siècle pour desservir le centre de la Bretagne. Il était composé de cinq lignes déclarées d'intérêt général qui, à partir de Carhaix, centre du réseau, reliaient les villes de Paimpol, Morlaix, Camaret-sur-Mern Rosporden et la Brohinière. Son exploitation a fait appel en particulier à de puissantes locomotives Malelt. Ce réseau a contribué au développement économique des communes du centre de la Bretagne jusqu'alors isolées, « Création du Réseau Breton ». En 1967, les lignes ont été fermées à l'exception des lignes Carhaix-Guingamp et Guingamp-Paimpol, qui ont été converties à l'écartement standard. En 2008, il ne subsiste que ces lignes et quelques vestiges répartis sur les lignes déferrées. Une partie du matériel a été préservée par des particuliers et des associations.
TER et lignes secondaires en voie de disparition du service public, Disparition mise en place savamment par leurs dirigeants et le macronisme ....  Avec 426 kilomètres de ligne à l'écartement métrique, le Réseau Breton (RB) était l'un des plus importants réseaux ferroviaires secondaires de France. Il a été construit à la fin du XIXe siècle et  au début du XXe siècle pour desservir le centre de la Bretagne. Il était composé de cinq lignes déclarées d'intérêt général qui, à partir de Carhaix, centre du réseau, reliaient les villes de Paimpol, Morlaix, Camaret-sur-Mern Rosporden et la Brohinière. Son exploitation a fait appel en particulier à de puissantes locomotives Malelt. Ce réseau a contribué au développement économique des communes du centre de la Bretagne jusqu'alors isolées, « Création du Réseau Breton ». En 1967, les lignes ont été fermées à l'exception des lignes Carhaix-Guingamp et Guingamp-Paimpol, qui ont été converties à l'écartement standard. En 2008, il ne subsiste que ces lignes et quelques vestiges répartis sur les lignes déferrées. Une partie du matériel a été préservée par des particuliers et des associations.

TER et lignes secondaires en voie de disparition du service public, Disparition mise en place savamment par leurs dirigeants et le macronisme .... Avec 426 kilomètres de ligne à l'écartement métrique, le Réseau Breton (RB) était l'un des plus importants réseaux ferroviaires secondaires de France. Il a été construit à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle pour desservir le centre de la Bretagne. Il était composé de cinq lignes déclarées d'intérêt général qui, à partir de Carhaix, centre du réseau, reliaient les villes de Paimpol, Morlaix, Camaret-sur-Mern Rosporden et la Brohinière. Son exploitation a fait appel en particulier à de puissantes locomotives Malelt. Ce réseau a contribué au développement économique des communes du centre de la Bretagne jusqu'alors isolées, « Création du Réseau Breton ». En 1967, les lignes ont été fermées à l'exception des lignes Carhaix-Guingamp et Guingamp-Paimpol, qui ont été converties à l'écartement standard. En 2008, il ne subsiste que ces lignes et quelques vestiges répartis sur les lignes déferrées. Une partie du matériel a été préservée par des particuliers et des associations.

Editorial de Patrick Le Hyaric « L'Humanité Dimanche » du 31 octobre 2019 

 

QUAND ON VEUT TUER SON CHIEN …

 

Quelle déferlante ! L'activation du « droit e » retrait » par les cheminots après un nouvel accident dans les Ardennes a donné lieu à une incroyable campagne des milieux gouvernementaux et de la droite contre les travailleurs du rail et leur entreprise publique.

Fort opportunément, la Cour des comptes publie quelques jours plus tard un rapport mettant en cause l'activité, l'utilité, la fonction, les coûts des trains express régionaux. S'érigeant en spécialiste de la question ferroviaire, elle avait déjà produit un rapport à charge conte le TGV le 23 octobre 2014 pour déjà conclure qu'il fallait «  lever les restrictions à la concurrence des modes de transport longue distance » étaler à « la réduction significative des dessertes sur lignes classiques ainsi que des arrêts intermédiaires sur lignes existantes »

 

La régionalisation des TER a eu lieu en 2002, sous l'égide du ministre Jean-Claude Gayssot, comme une innovation démocratique, afin de permettre la gestion du transport ferroviaire régional au plus près des besoins des habitants.

Il se trouve que, dans la plupart des régions, ce sont des vice-présidents communistes qui ont eu à mettre en œuvre cette transformation avec un certain succès, dans une coopération avec l’État et la SNCF.

 

Le nombre d'usagers des TER, qui sont aujourd'hui un million quotidiennement avec 7000 trains et 1300 autocars, n'a cessé d'augmenter. Cette décentralisation a permis de rénover nombre de gares, des petites lignes ont été maintenues et modernisées ?. La quasi totalité du parc des trains hors région parisienne a été renouvelée.

L'implication des régions a conduit à contenir les prix des voyages lorsqu’elle ont dû prendre en charge les rémunérations des cheminots, les contributions aux caisses de retraite et le coût des péages à Réseau ferré.

 

La cour des comptes l'ignore superbement. Son rôle de procureur a priori la conduit à mélanger allègrement tous ces facteurs pour condamner les TER. Les enjeux d'aménagement du territoire que permet le train lui son totalement étrangers, comme ceux de la sécurité routière. Que veut cette cour des petits comptables de la République.

Transporter les voyageurs sur la route (Bus macron et autres) ? A-t-elle calculé un jour ce que coûtent les factures territoriales, l’entretien des routes et des ponts, l'asphyxie des communes jusqu’aux anciens chefs-lieux d’arrondissement, les accidents de la route, les factures à venir des pollutions multiples et des problèmes de santé induits ?

 

Il y a beaucoup de critiques à remettre à l'encontre de la SNCF ; dégradations des services public, fermetures des lignes secondaires, abandons des trains de banlieue, refus du développement du fret, politique tarifaire opaque, prix des billets sur grandes distances trop élevés, sous-investissement…

Ces traits négatifs, dont souffrent usagers et cheminots, combattus de longue date par les organisations syndicales , sont à restituer dans le contexte général de l'austérité, de la pression des institutions européennes pour ouvrir l'entreprise à la concurrence et, de la ponction inadmissible des banques et des marchés financiers grâce aux taux d'intérêt prohibitifs prélevés sur la dette de l'Etat s'est refusé à assumer. Véritable boulet pour l'entreprise, elle est une rente pour ces banques que paient les salariés et les usagers.

 

La cour des comptes développe une vision comptable et unilatérale du service public (afin que le gouvernement le casse plus facilement) Son réquisitoire «  à charge » contre ce dernier n'a l'objectif que de justifier l'ouverture à la concurrence te à la privatisation.

Ceci se fait évidemment en collusion total avec le pouvoir en place, qui appuie sur cette caution de « prétendus sages » pour justifier d'attaquer un à un tous les socles républicains et peut être l'effondrement des institutions.

 

Les rencontres de Tour que 'l'Humanité » organise le 21 novembre prochain sur le transport ferroviaire, seront un lieu de l'expertise citoyenne et populaire, un lien avec la vie.

Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ? Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ?
Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ? Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ? Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ?
Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ? Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ?
Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ? Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ? Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ?

Les cars Macron : Secteur réduit à deux acteurs après le rachat d'Eurolines par Flixbus. N'y a-t-il pas encore assez d’accidents, de blessées et morts sur les routes; pour encore supprimer des lignes de chemin de fer, alors que l'on est encore en début d'automne ?

Accident du car Flixbus sur l’A1: un car de substitution en route sur le lieu de l’accident

La circulation est de nouveau fluide sur l’A1. La compagnie a mis en place un numéro d’urgence pour les passagers et leurs proches. Le bilan est le suivant : 29 personnes blessées légèrement et quatre plus gravement.

Neuf blessés dont deux graves. Tel serait le bilan d’un accident de bus survenu ce jeudi matin, peu avant 9 h, sur l’autoroute A1 dans le sens Paris-province, sous les pistes de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Trente passagers, d’origine anglaise, se trouvaient dans le véhicule au moment de l’incident dont l’origine reste à déterminer.

D’ importants moyens ont été dépêchés par les secours alors qu’une voie de circulation a été fermée au cours de l’intervention. Les 21 passagers sortis indemnes de l’accident ont été pris en charge et installés dans un autre bus.

Le sous préfet du Val-d’Oise s’est rendu sur place.


Terrible accident de la route ce matin dans le centre ville de Rochefort. Un car scolaire de la compagnie "Les Mouettes" qui reliait l'Île d'Oléron à Surgères a été percuté par un camion. Un bilan provisoire fait état de 6 adolescents tués.


 

Commenter cet article