Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Le billet de Robert

29 Novembre 2019, 12:18pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

A Amiens, pour venir narguer les jeune, les chômeurs de Whirpool et ceux des ex-Continental toujousr au chômage ou au RSA.   A Amiens, pour venir narguer les jeune, les chômeurs de Whirpool et ceux des ex-Continental toujousr au chômage ou au RSA.
A Amiens, pour venir narguer les jeune, les chômeurs de Whirpool et ceux des ex-Continental toujousr au chômage ou au RSA.

A Amiens, pour venir narguer les jeune, les chômeurs de Whirpool et ceux des ex-Continental toujousr au chômage ou au RSA.

Le mensonge éhonté  de Macron à Amiens, critiquant la mobilisation du 5 décembre prochain, « contre la fin des régimes spéciaux » ! Alors que le problème est la mise au RSA des chômeurs quinquagénaire et plus, dont Pôle-Emploi ne s'occupera plus et seront radiés des listes pour améliorer la baisse du chômage. La baisse des pensions sera au minimum de 30 % de celles actuelles pour tout le monde, encore moin spour ls chômeurs longues durées en fin de carrire, mais surtout pour les femmes qui ne pourront prétendre à une carrière complète.

 

Le 5 décembre pour défendre nos retraites.

 

Pour la plupart d'entre nous, sauf les plus jeunes, notre début dans le vie active avait été marqué par un principe. Nos droits de retraite étaient ouverts après 37,5 annuités complètes et le calcul de notre taux de remplacement, notre retraite serait donc, calculé sur les revenus des dix meilleurs années .

 

Voilà ce qui était valable pour tous les salariés du privé ? Les salariés du secteur public s’appuyaient sur leurs salaire de fin de carrière, leurs six derniers mois.

 

Depuis que notre système de retraite par répartition à été mis en place, pas un gouvernement de droite n'a pas essaye de la démanteler ? Sous Balladur, Chirac, Raffarin ou avant avec Giscard au pouvoir, Jean-Paul Delevoye, drapé dans le redingote du « brave et honnête homme » nous clame sur tous les plateaux, sur touts les radios qu'il a trouvé , enfin, le Saint-Graal, la réforme juste.


En réalité, le saint-homme avait déjà manœuvré à plusieurs reprises pour réduire à néant l'espoir des travailleurs de pouvoir enfin souffler un peu, après des années de labeur. Son costume de Monsieur Loyal s’effiloche à force de démonstration .

 

Il n’apparaît plus, « le pauvre », que comme l'homme-lige d’Emmanuel Macron. Un chargé de mission rompu à la communication et aux convictions solidement ancrées à droite, pour pouvoir convaincre une armée de militants que sa solution est la seule. Certes, il a aussi, depuis, appris à pédaler à l'envers. Il se rend bien compte que l’œuvre qui va rester dans l'histoire ne sera pas à sa gloire.

Un peu berné comme Borloo, et plus du tout sûr de vouloir assurer la paternité d'un système à rebours du progrès, du bonheur et du bien social .

 

Nous avons déjà été spolié depuis 2003 de nombreux droits sur nos retraites. Il ne s'agit pas, contrairement à ce que clament les marionnettes télévisuelles de défendre des régimes spéciaux, « des privilégiés ». Vous en connaissez beaucoup des privilégies à 1400 euros par mois ?

 

NON, les privilégiés sont ceux dont on ne dévoile pas les salaires. A tous ceux qui défendent le projet de réforme, demandez-leur d'afficher leurs revenus ! Le combat pour la retraite ne devrait pas avoir lieu. Il faudra le mener. La seule solution est d'être tous ensemble dans les manifestations, les rassemblements, la grève, là ou les salariés,l'ont décidé.

 

Tous les salariés, cadres ou employés, sont pris en otage. La seule solution pour s'affranchir de ce nouveau carcan et de refuser en bloc cette réforme.

 

Le 5 décembre et les jours suivants si c’est nécessaire, un seul objectif doit animer nos actions : faire retirer ce projet de réforme. Il n'en est pas un. Il est le pur produit des idées néolibérales.

 

Le billet de Robert
Le billet de Robert

Pour lui aussi, le cumul n'est pas encadré par la loi: et alors qu'il est haut commissaire aux retraites, il attend d'être nommé « superman » au gouvernement pour les retraités « grands patrons,» par Macron ! s'est-il préoccupé de sa retraite « agricole » : faut-il lui demander s'il a ses 42 annuités ?

A 72 ans, il va commencer à percevoir sa retraite du régime général ainsi que celle d'ancien élu local. À cela, s'ajoute sa rémunération de 10 135 euros bruts mensuels. Une information confirmée par le cabinet du haut commissaire aux retraites. L'intéressé a toutefois a renoncé aux montants auxquels il a le droit en tant qu'ancien parlementaire.

 

 

 
Commenter cet article