Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Ces dirigeants le la macronnie pour la la haute finance, n’ont vraiment rien à envier à Jair Bolsonaro, le dictateur brésilien qui fait abattre des milliers d'hectares en forêt amazonienne contre les peuples autochtones, la faune et la flore, pour une culture intensive du palme.

22 Janvier 2020, 11:55am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

 Ces dirigeants le la macronnie pour la la haute finance, n’ont vraiment rien à envier à Jair Bolsonaro, le dictateur brésilien qui fait abattre des milliers d'hectares en forêt amazonienne contre les peuples autochtones, la faune et la flore, pour une culture intensive du palme. Ces dirigeants le la macronnie pour la la haute finance, n’ont vraiment rien à envier à Jair Bolsonaro, le dictateur brésilien qui fait abattre des milliers d'hectares en forêt amazonienne contre les peuples autochtones, la faune et la flore, pour une culture intensive du palme.
 Ces dirigeants le la macronnie pour la la haute finance, n’ont vraiment rien à envier à Jair Bolsonaro, le dictateur brésilien qui fait abattre des milliers d'hectares en forêt amazonienne contre les peuples autochtones, la faune et la flore, pour une culture intensive du palme.
HUILE DE PALME : LE GOUVERNEMENT VOLE UNE

NOUVELLE FOIS AU SECOURS DE TOTAL.

 

Communiqué de presse commun de Canopée, des Amis de la Terre France et du WWF France. Paris, le 18 décembre 2019 – Après le camouflet infligé par les députés le 15 novembre 2019, le gouvernement tente une nouvelle manœuvre pour sauver Total et sa bio-raffinerie d’huile de palme de La Mède.

Il y a un an, jour pour jour, les députés ont voté l’exclusion des produits à base d’huile de palme de la liste des biocarburants à partir du 1er janvier 2020. Une décision que le gouvernement, sous la pression de Total, tente une nouvelle fois de remettre en cause à quelques jours de son entrée en vigueur.

Le gouvernement a prévu de modifier un arrête de 2011, relatif à la durabilité des biocarburants qui permettrait de classifier en « résidus » l’un des principaux produits à base d’huile de palme que Total prévoit d’utiliser pour sa « bio-raffinerie e » de La Mède : les PFAD (Palm Fatty Acid Distillate). Cette modification pourrait avoir lieu à l’abri des regards pendant la période des fêtes de fin d’année, vers le 28 décembre 2019.

 

Cette classification permettrait à Total de pouvoir considérer ses biocarburants à base d’huile de palme comme des « biocarburants avancés » et donc de bénéficier d’avantages fiscaux encore plus importants.

Les PFAD ne sont pas des « résidus » d’huile de palme mais des produits techniquement très proches de l’huile de palme brute. Il ne s’agit donc pas d’un déchet mais d’un produit déjà valorisé pour de nombreuses utilisations, notamment dans l’alimentation animale, la cosmétique ou l’industrie chimique.

Une hausse de leur utilisation se traduirait inévitablement par une hausse de la déforestation.

La macronie et son grand cinéma « écologique » contre la déforestation dans le monde (Sauf pour Total)

La macronie et son grand cinéma « écologique » contre la déforestation dans le monde (Sauf pour Total)

* En 2017, le gouvernement a reconnu ce risque dans le cadre de la Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée. Cette stratégie prévoit explicitement que les PFAD ne sont pas des « biocarburants avancés ». Une décision qui a même fait l’objet d’un arbitrage interministériel.

 

Arnaud Gauffier du WWF estime que:

« Par cette qualification pour le moins douteuse , le gouvernement tente de  contourner le vote de l’Assemblée qui s’est pourtant prononcé à une très large majorité (58 votes pour vs. 2 contre) pour la fin de l’utilisation de l’huile de palme dans les agrocarburants il y a à peine 1 mois. »

Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour Canopée et porte-parole des Amis de la Terre conclut: « Après l'échec de la COP 25 à Madrid, jamais l'écart n'a semblé aussi grand entre l’inaction des gouvernements et l’urgence climatique. »

Avec cette nouvelle manœuvre, il ne s’agit plus seulement d’inaction mais bien d’une régression scandaleuse. Une fois de plus, le gouvernement prouve qu’il est prêt à renier ses engagements environnementaux pour plier devant les intérêts économiques des industriels comme Total. »

 

Contexte :

Depuis le vote des députés en 2018, Total a multiplié les manœuvres pour essayer de saboter cette loi sans succès : le Conseil constitutionnel a débouté la multinationale le 11 octobre 2019 et les députés ont rejeté le 15 novembre 2019, après un deuxième vote, un amendement qui avait été introduit en catimini pour cette exclusion à 2026.

L’exclusion des produits à repousser base d’huile de palme de la liste des biocarburants entraîne la perte d’un avantage fiscal de 70 à 80 millions d’euros par an pour Total et remet en cause la viabilité économique de la « bio-raffinerie » de La Mède.

La « bio-raffinerie » a été conçue pour fonctionner avec un approvisionnement de l’ordre de 500 à 550 000 tonnes de produits à base d’huile de palme (huile de palme brute et PFAD). L’exclusion de l’huile de palme brute pourrait entraîner un report vers les PFAD comme nous l'expliquons dans cet article.

 

Contrairement à ce qu'affirme Total et le gouvernement, l'approvisionnement en huile de palme pour la « bio-raffinerie » de La Mède ne se limitera pas à 300 000 tonnes . D'après nos calculs, il est plus proche de 550 000t tonnes et l'utilisation d'huiles usagées est anecdotique.

* l’arrête préfectoral d'ouverture permet à Total d'importer jusqu'à 450 000 tonnes d'huile de palme brute !

 

Dans une opération de communication bien rodée, le 16 mai 2018, Nicolas Hulot annonce, en direct de l’émission de Jean-Jacques Bourdin, qu’il va délivrer l'autorisation d'ouverture de la bio-raffinerie de La Mède et qu’il a trouvé un accord avec Total :

« Limiter l’approvisionnement en huile de palme à 300 000 tonnes. Un message, appuyé par Total qui publie simultanément un communiqué de presse.

 

PROBLÈME :

L’arrête préfectoral publié le même jour, ne mentionne à aucun moment cette limite et au contraire, autorise Total à importer 450 000 t/an « d’huiles végétales brutes de toutes natures » (extrait de la page 20).

Par cette requalification pour le moins douteuse le gouvernement tente de contourner le vote de l’Assemblée qui s’est pourtant prononcé à une très large majorité (58 votes pour vs. 2 contre) pour la fin de l’utilisation de l’huile de palme dans les agrocarburants il y a à peine 1 mois. »

Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour Canopée et porte-parole des Amis de la Terre conclut: « Après l'échec de la COP 25 à Madrid, jamais l'écart n'a semblésemblé aussi grand entre l’inaction des gouvernements et l’urgence climatique. »

Avec cette nouvelle manœuvre, il ne s’agit plus seulement d’inaction mais bien d’une régression scandaleuse. Une fois de plus, le gouvernement prouve qu’il est prêt à renier ses engagements environnementaux pour plier devant les intérêts économiques des industriels comme Total. »

CHAPITRE 1 .8 LA PLAN D'APPROVISIONNEMENT DES HUILES ET BIO-CARBURANTS.

 

Article 1.8.1. Plan d'approvisionnement des huiles

Dans le cadre présente autorisation environnementale, le plan d'approvisionnement de l'établissement dans la limite de 650 000 t/an est ainsi composé : * au maximum 450 000 t/an d'huiles végétales brutes de toutes natures. * au minimum, chaque année de 25 % de distillats d'acide gras, d'huiles alimentaires usagées ou graisse animale de catégorie 2.

 

« Ce qui se cache derrière les huiles de distillats d'acide gras, d'est l'huile de palme » Au-delà des 450 000 tonnes « d’huiles végétales brutes », l’arrêté mentionne que Total complétera son approvisionnement avec « 25% de distillats d’acide gras, d’huiles alimentaires usagées ou graisse animale de catégorie 3 ».

Mais qu’est ce qui se cache derrière ses fameux « acides gras » ? Pour le savoir, il faut aller lire un autre document : le rapport de l’inspection de l’environnement chargée des installations classées (extrait de la page 12).

Pour les finances de Total et de la macronie, la COP 21 de Paris est vite oubliée. Il faut dire que Jupiter n'en était pas l'organisateur ... Trop occupé en ce 12 décembre 2015 de préparer sa soirée à Las Végas avec « Business France, alors présidée par Muriel Pénicaud, son actuelle ministre du Travail »
Pour les finances de Total et de la macronie, la COP 21 de Paris est vite oubliée. Il faut dire que Jupiter n'en était pas l'organisateur ... Trop occupé en ce 12 décembre 2015 de préparer sa soirée à Las Végas avec « Business France, alors présidée par Muriel Pénicaud, son actuelle ministre du Travail »

Pour les finances de Total et de la macronie, la COP 21 de Paris est vite oubliée. Il faut dire que Jupiter n'en était pas l'organisateur ... Trop occupé en ce 12 décembre 2015 de préparer sa soirée à Las Végas avec « Business France, alors présidée par Muriel Pénicaud, son actuelle ministre du Travail »

Ce document montre que les 450 000 tonnes d’huiles végétales sont bien, en réalité, de l’huile de palme brute mais il montre également que les « distillats d’acide gras » préfectoral publié le même jour, et sont aussi des produits à base d’huile de palme : les Palm Fatty Acid Distillate (PFAD). Et ne mentionne à aucun moment cette limite et au contraire, autorise Total à importer 450 000 t/an « d’huiles végétales brutes de toutes natures » (extrait de la page 20).

Les PFAD (Palm Fatty Acid Distillate) sont un co-produit de la production d’huile de palme brute. Lors de l’opération de raffinage, les acides gras libres sont séparés de l’huile de palme brute par distillation. Une fois récoltés, les fruits du palmier à huile se dégradent rapidement sous l’action d’enzymes : au bout de quelques heures, le taux d’acide gras libres augmente fortement. Il s’agit donc plutôt d’une huile de qualité secondaire mais son prix est très proche de l’huile de palme brute. De nombreux industriels comme Nesté Oil ou Total essayent de les faire passer les PFAD pour des « déchets » ce qui leur permettrait de les classer comme des « biocarburants avancés » et de les compter doublement dans le cadre du mécanisme de soutien aux biocarburants.

Mais, en France, le gouvernement a tranché dans le cadre de la « Stratégie nationale de lutte contre la Déforestation importée…

Les PFAD sont classés, au même titre que l’huile de palme brute, dans la catégorie des « biocarburants de première génération ». Précisément, ceux qui posent problème.

#3 – Total bluffe sur l’utilisation d’huiles usagées

En essayant de faire passer les PFAD comme des « résidus » ou des « déchets », Total tente de faire croire que la bio-raffinerie de La Mède fonctionnera en grande partie avec des « huiles usagées ».

En réalité, le gisement d’huile usagée est très limité en France : de l’ordre de 100 000 t/an comme le reconnaît d’ailleurs Total. Dans un communiqué de presse commun avec SUEZ, Total annonce la signature d’un partenariat de 10 ans pour approvisionner La Mède avec 20 000 t/an. Une goutte d’eau comparée à l’approvisionnement global de 650 000 tonnes.

 

#4 – Total refuse de publier son plan d’approvisionnement

 

Ce débat autour de l’approvisionnement de la « bio-raffinerie » de La Mède serait beaucoup plus transparent si Total acceptait de publier son plan d’approvisionnement. Malgré nos demandes répétées, l’entreprise s’y refuse et se limite à publier sur son site internet un camembert sans aucune donnée quantitative.

Si l’on considère un approvisionnement de 20 000 tonnes d’huiles usagées, 50 000 tonnes d’huile de colza, il reste encore 580 000 tonnes à trouver.

Or, les seuls documents disponibles (dossier d’enquête publique, rapport de l’inspection de l’environnement) montrent que les produits à base d’huile de palme pourraient représenter 550 000 tonnes (sous forme d’huile de palme brute ou de PFAD).

Partager l'article :

Commenter cet article
C
We’re the best option for Dubai households interested in outsource ones own weekly, fortnightly, or all other periodic home cleaning needs. Positive point prides once more on delivering a reliable, meticulous, consistent and even thorough loved ones clean which will exceeds ones own expectations on every occasion.
Répondre