Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Publié depuis Overblog et Twitter

15 Janvier 2020, 13:24pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Cirelli le patron BlackRock France, élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur par Macron, pour services rendus au multi milliardaire américain.               A quand la même médaille à Delevoye pour son aide à la disparition des retraites par répartition et peut-être même un jour à la Sécurité Sociale au bénéfice des grands groupes d'assureurs ?Cirelli le patron BlackRock France, élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur par Macron, pour services rendus au multi milliardaire américain.               A quand la même médaille à Delevoye pour son aide à la disparition des retraites par répartition et peut-être même un jour à la Sécurité Sociale au bénéfice des grands groupes d'assureurs ?
Cirelli le patron BlackRock France, élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur par Macron, pour services rendus au multi milliardaire américain.               A quand la même médaille à Delevoye pour son aide à la disparition des retraites par répartition et peut-être même un jour à la Sécurité Sociale au bénéfice des grands groupes d'assureurs ?Cirelli le patron BlackRock France, élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur par Macron, pour services rendus au multi milliardaire américain.               A quand la même médaille à Delevoye pour son aide à la disparition des retraites par répartition et peut-être même un jour à la Sécurité Sociale au bénéfice des grands groupes d'assureurs ?

Cirelli le patron BlackRock France, élevé au grade d'officier de la Légion d'Honneur par Macron, pour services rendus au multi milliardaire américain. A quand la même médaille à Delevoye pour son aide à la disparition des retraites par répartition et peut-être même un jour à la Sécurité Sociale au bénéfice des grands groupes d'assureurs ?

Moins de cotisations pour les très hauts revenus

Au-delà du principe de l’épargne retraite, dans le projet de loi, une mesure pourrait bien amener certains (riches) Français à recourir à la capitalisation. Car le gouvernement veut que les cadres qui gagnent plus de 10.000 euros par mois ne cotisent plus pour la retraite pour les revenus dépassant ce seuil.


Dans le futur système, tous les salariés cotiseront à 28,1 % pour les revenus jusque 10.000 euros (soit trois plafonds de Sécurité sociale). Au-delà, est prévue une cotisation solidaire de 2,81%, sur laquelle on ne crée pas de droit à la retraite supplémentaire.


Or dans le système actuel, les super-cadres pouvaient cotiser jusqu’à huit plafonds de Sécurité sociale, soit sur des revenus allant jusqu’à 324.000 euros par an. Après la réforme, ils y gagneront en salaire net, mais y perdront en pension de retraite. De quoi les pousser vers l’épargne retraite.

Marc Fesneau : « L’épargne retraite existe déjà, qu’elle puisse être favorisée, ce n’est pas une nouveauté »

La gauche en est convaincue et multiplie les attaques sur ce thème. Lundi soir, lors de l’émission Audition publique, sur Public Sénat/LCP, le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a été interrogé sur cet article 64 par le député de La France insoumise, Eric Coquerel. Il a plutôt cherché à minimiser.


« Le système d’épargne retraite existe en France. (…) La retraite par capitalisation existe, il n’est pas de question de généralisation en tant que tel » répond d’abord le ministre Modem. « Ce n’est pas nous qui avons ouvert la voie aux plans d’épargne retraite. On ne crée pas de nouveauté » répète-t-il. Devant l’insistance du député LFI de Seine-Saint-Denis, Marc Fesneau, un peu dans les cordes, en vient à lâcher : « L’épargne retraite qui existe déjà, qu’elle puisse être favorisée, ce n’est pas une nouveauté sous le soleil ».

 

« Le gouvernement avance masqué »

Que la gauche attaque le gouvernement sur ce sujet, rien d’étonnant.

Plus surprenant, la droite s’y met à son tour. Dans une tribune à l’initiative du député LR Julien Aubert et publiée lundi 13 janvier dans Le Monde, 26 députés et sénateurs LR dénoncent l’abaissement des cotisations sur les très hauts revenus et l’affaiblissement du système par répartition.

 

Titrée, « le gouvernement avance vers un système de retraite par capitalisation pour tous », la tribune affirme que « le gouvernement avance masqué, et tout ceci n’est qu’une prémisse vers la mise en place d’un système de retraite par capitalisation pour tous »…


Quelle mouche a piqué la droite ? « Les hauts revenus participeront moins à la solidarité nationale. C’est un vrai un manque à gagner, ce qui n’est pas sans poser problème. Ce n’est pas forcément le système le plus solidaire qu’on peut imaginer » explique le sénateur LR René-Paul Savary, signataire de la tribune. « Et parallèlement à ça, derrière, il y a les grandes entreprises qui seront gagnantes sur les cotisations » ajoute le Monsieur retraites du groupe LR. De quoi créer du déficit dans le système, « à hauteur de 4 milliards d’euros, ce qui n’est pas sans poser problème » souligne le sénateur de la Marne.

Il tire la même conclusion :

Automatiquement, il faudra que les hauts revenus se retournent vers un système de retraite par capitalisation (René-Paul Savary, sénateur LR)

 

Cette tribune de parlementaires LR ne manque pas de sel, quand on sait que la droite est habituellement plutôt favorable à l’épargne retraite. « On n’est pas contre une retraite par capitalisation, en complémentarité du système par répartition. Mais c’est cette différenciation de traitement qu’on interpelle » répond René-Paul Savary.

De son côté, Jean-François Cirelli, ne cache pas ses objectifs. « Je crois que c'est l'intérêt du nouveau texte de loi du gouvernement, c'est de permettre aux Français de s'approprier enfin l'épargne retraite » affirmait en juin 2019 sur France Info le patron de BlackRock France, parlant autant de la loi Pacte que de la future réforme.

 

PS: « Cadeaux supplémentaires »  Aujourd'hui, ils parlent de « plafonner » les cotisations des footballeurs professionnels, ceux qui gagnent plusieurs millions d'euros par mois, afin de réduire leurs charges et celles de patrons des stades professionnelles. 

                                                                                                               Partager cet article

 

Commenter cet article