Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Publié depuis Overblog et Twitter

17 Janvier 2020, 16:11pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Les croche-pieds, coups de bottes contre des manifestantes, emprisonnement d'Amélie 21 ans pour avoir pris des photos,mise en joue au flash-ball des reporters, tabassages au sol et amputations par dizaines de manifestants, par armes de guerre fournies par l'Intérieur.Trop c’est trop ! Voilà la nouvelle "démocratie " de Macron  !!
Les croche-pieds, coups de bottes contre des manifestantes, emprisonnement d'Amélie 21 ans pour avoir pris des photos,mise en joue au flash-ball des reporters, tabassages au sol et amputations par dizaines de manifestants, par armes de guerre fournies par l'Intérieur.Trop c’est trop ! Voilà la nouvelle "démocratie " de Macron  !!Les croche-pieds, coups de bottes contre des manifestantes, emprisonnement d'Amélie 21 ans pour avoir pris des photos,mise en joue au flash-ball des reporters, tabassages au sol et amputations par dizaines de manifestants, par armes de guerre fournies par l'Intérieur.Trop c’est trop ! Voilà la nouvelle "démocratie " de Macron  !!
Les croche-pieds, coups de bottes contre des manifestantes, emprisonnement d'Amélie 21 ans pour avoir pris des photos,mise en joue au flash-ball des reporters, tabassages au sol et amputations par dizaines de manifestants, par armes de guerre fournies par l'Intérieur.Trop c’est trop ! Voilà la nouvelle "démocratie " de Macron  !!

Les croche-pieds, coups de bottes contre des manifestantes, emprisonnement d'Amélie 21 ans pour avoir pris des photos,mise en joue au flash-ball des reporters, tabassages au sol et amputations par dizaines de manifestants, par armes de guerre fournies par l'Intérieur.Trop c’est trop ! Voilà la nouvelle "démocratie " de Macron !!

UN CROCHE-PIED ET HOP !

 

par Franck JAKUBEK

Comme il doit être mal dans ses pompes, l’officier de police auteur du croche-pied dont les images tournent en boucle sur les chaînes de télévision. Et, pas seulement lui, sa famille, ses ami(e)s. En attendant, sa hiérarchie ne sait plus sur quel pied danser.

 

Du côté du gouvernement, de LREM, la condamnation est (presque) unanime, ou pour le moins embarrassée. Pourtant, au regard des nombreuses occasions d’affrontement que le gouvernement n’a pas voulu enrayer, d’autres faits sont encore plus traumatisants.

Non pas que le policier incriminé ne mérite pas une sanction. Mais tellement de vidéos, de photos montrent des comportements bien plus graves, qu’on s’étonne du déploiement médiatique sur celui-ci.

 

Les blessés, les mutilés des manifestations des Gilets jaunes apprécieront. La famille du livreur décédé suite à une interpellation musclée également. Et tant d’autres encore... Combien de plaintes classées sans suite ou d’enquêtes de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) non abouties faute d’identification formelle des auteurs ?

Comment en sommes-nous arrivés là ? Dans le même pays, dans la même administration capable de produire des fonctionnaires courageux et dévoués jusqu’à la mort comme Ahmed Merabet (1), Franck Brinsoralo (2) ou Arnaud Beltrame (3). Nous l’avons déjà exprimé dans ces pages. La police doit être au service des citoyens, pour leur sécurité.


 

Et le respect doit être implicite. Lors des manifestations, le rôle politique des forces de l’ordre est plus visible que jamais. Les actions menées, le mode d’opération sont fixés par les ordres et les directives données par la hiérarchie. Au plus haut niveau, c’est bien le ministre de l’Intérieur qui est responsable à la fois de la mise en œuvre des doctrines d’engagement, comme du matériel et des techniques utilisées.

Nous ne devons jamais perdre de vue qu’un changement de société passe par un changement de formation, d’éducation. Les ministres passent, les fonctionnaires restent.

Des réformes successives ont modifié profondément les conditions de travail des policiers. N’empêche, « frapper un homme à terre, c’est se frapper soi-même » écrivait à ses troupes le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, en mai 1968.

Quel chemin parcouru...

Le renforcement de la répression tient lieu de réponse aux revendications des manifestants. La violence de certains groupes dans les manifestations n’est pas imputable aux organisateurs comme tend à le faire croire l’administration. Elle est le prétexte à l’utilisation de la force publique.

 

Elle n’est pas la réaction digne d’un Etat démocratique.

Pour la macronie : démocratie et dictature, pas de difference... les mots commencent par la même lettre (D) ! Castaner et Lallemant le préfet de police de Paris: Cherchent-ils faire un meilleur palmarès que Frey et Papon au niveau de la répression meurtrière ?
Pour la macronie : démocratie et dictature, pas de difference... les mots commencent par la même lettre (D) ! Castaner et Lallemant le préfet de police de Paris: Cherchent-ils faire un meilleur palmarès que Frey et Papon au niveau de la répression meurtrière ?

Pour la macronie : démocratie et dictature, pas de difference... les mots commencent par la même lettre (D) ! Castaner et Lallemant le préfet de police de Paris: Cherchent-ils faire un meilleur palmarès que Frey et Papon au niveau de la répression meurtrière ?

(1) Intervenu lors d’une patrouille à pied le 7 janvier 2015 juste après l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, il est d’abord blessé grièvement, puis achevé au sol par un des malfaiteurs.
 
(2) Officier de sécurité de Charb, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, il est abattu en remplissant sa mission de protection.

(3) Il se substitue à une otage lors de l’attaque du Super U de Trèbes (11), le 23 mars 2018. En tentant de neutraliser son adversaire, il est blessé mortellement.

                                                                                                             Partager cet article

 

Commenter cet article