Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Les promesses de l'État français qui est resté amorphe à l’annonce du coronavirus qui s'est déclaré début décembre 2019 en Chine...

17 Mars 2020, 18:12pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

N'ayons crainte, les banques françaises seront présentes pour suivre l'idée de dirigeants inconscients depuis plusieurs mois de la gravité de la pandémie.   N'ayons crainte, les banques françaises seront présentes pour suivre l'idée de dirigeants inconscients depuis plusieurs mois de la gravité de la pandémie.   
N'ayons crainte, les banques françaises seront présentes pour suivre l'idée de dirigeants inconscients depuis plusieurs mois de la gravité de la pandémie.   

N'ayons crainte, les banques françaises seront présentes pour suivre l'idée de dirigeants inconscients depuis plusieurs mois de la gravité de la pandémie.  

Il faut avouer que Madame Kristalina Georgieva le directrice générale du FMI à Washington et Christine Lagarde directrice de la BCE à Francfort-sur-le-Main sont bien silencieuses sur les aides qu'elles pourraient accordées. Attendent-elles que le coronavirus atteigne la Maison Blanche?

 

* Suivant une publication de l'AFP du 17 mars 2020, le gouvernement a déclaré « la guerre économique » au coronavirus et n'exclut pas de nationaliser certaines grandes entreprises en danger dans une économie française qui va tomber en récession avec des Français confinés et des entreprises au bord de la faillite.

Que penser d'un tel gouvernement d'amateurs, qui après avoir fait des cadeaux de plusieurs milliards aux grands patrons, veut voler au secours de ces mêmes personnages qui ont bien profité de la situation pour délocaliser l'outil France et arrondir ainsi les dividendes de leurs actionnaires (Vallourec et beaucoup d'autres malheureusement)

 

Entreprises et patrons véreux qui se sont installées dans les pays émergents pour se servir de la main-d’œuvre à bas prix, comme au temps de la colonisation ou de l'esclavage. Des travailleurs qui sont touchés les premiers par le coronavirus, mais qui ne fournissent plus les matériels industriels, les matières premières qui ont été ainsi délocalisées, mais qui sont indispensables aux industries d'assemblages restées en France.

 

Cela touche malheureusement les produits pharmaceutiques fabriqués en Asie et dont ont trouve les médicaments au prix maximum revendus par les labos de France.

On peut attendre les gels hydroalcooliques tant préconisés par les responsables gouvernementaux, ainsi que les masques de protections dont la Région Grand-Est en est encore dépourvue dans ses hôpitaux alors qu’elle est reconnue de tous comme un centre de contagion.

Commenter cet article