Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Des lits : Le billet du Dr Christophe Prudhomme MÉDECIN AU SAMU 93

24 Avril 2020, 11:02am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Des réquisitions de lits et de personnels pour le Covid 19 et après : ??? « des promesses »

Des réquisitions de lits et de personnels pour le Covid 19 et après : ??? « des promesses »

DES LITS ET DES PERSONNELS  ...

«Alors que la première vague commence à refluer, l'urgence est de reprendre l’activité normale pour nos patients hors Covid. Mais à l'instar du directeur général de l'ARS Grand Est, qui a énoncé que rien n'avait changé sur les restructurations hospitalières, la plupart des directions continuent leur casse de l'hôpital.

La crise semble être pour elles une simple parenthèse à refermer, sans que soit remise en cause la politique poursuivie depuis vingt ans de diminution du nombre de lits. Nos collègues des hôpitaux psychiatriques, comme celui du Vinatier à Lyon, en font l’expérience ces jours-ci.

 

Les services fermés ou transformés en structures d’accueil pour les patients atteints par le Covid-19 ne retrouveront pas leur mission d'origine et les capacités d'accueil seront amputées.

Heureusement, en lutte avant la crise, ils ne baissent pas les bras et, malgré le confinement, ont manifesté ces derniers jours dans l’enceinte de l’hôpital pour refuser ce retour au «monde d’avant».

 

Depuis des années, nous protestons contre le défaut de moyens de la psychiatrie. La crise actuelle va encore augmenter les besoins.

Les urgentistes le dénoncent crûment : faute de prise en charge, une bonne partie des patients présentant des troubles sont abandonnés dans la rue ou en prison. Le plan d’urgence pour ce secteur est encore plus d'actualité aujourd'hui.

D’autant qu'il n’est pas le seul touché. Les arguments sont toujours les mêmes: faute de personnel, impossible de rouvrir tous les lits. Les services fermés soi-disant temporairement le restent trop souvent.

 

C’est pourquoi nous demandons un plan d’embauche et de formation de personnel, toutes catégories confondues.

Sur les médecins, dont la pénurie est souvent l’argument pour fermer des structures, il existe deux solutions immédiates, au-delà de l’augmentation de leur nombre en formation, dont les effets sont à objectif de dix ans :

« Une régulation de leur installation tant en ville qu’à l’hôpital, pour une meilleure répartition sur le territoire, et l’appel à des médecins étrangers, dans le cadre d'un appel à candidatures international auquel certains pays, dont Cuba, sont capables de répondre. » 

 
                                                                                      Partager cet article
Commenter cet article