Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

APRÈS LE CONFINEMENT, LA NÉCESSITÉ DE CONSTRUIRE POUR L’AVENIR

21 Mai 2020, 18:59pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Ils sont sur le " pont du Covid " depuis  six mois, tous incapables de prendre une décision nette et claire, avec tous les risques qui peuvent en résulter ! Et dire qu'on en a encore pour deux ans ...Ils sont sur le " pont du Covid " depuis  six mois, tous incapables de prendre une décision nette et claire, avec tous les risques qui peuvent en résulter ! Et dire qu'on en a encore pour deux ans ...
Ils sont sur le " pont du Covid " depuis  six mois, tous incapables de prendre une décision nette et claire, avec tous les risques qui peuvent en résulter ! Et dire qu'on en a encore pour deux ans ...

Ils sont sur le " pont du Covid " depuis six mois, tous incapables de prendre une décision nette et claire, avec tous les risques qui peuvent en résulter ! Et dire qu'on en a encore pour deux ans ...

 

Par Franck Jakubek -Liberté Hebdo

Il a toutes sortes de saillies en bouche, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Après a voir souligné que les élèves couraient moins de risques à l’école que chez eux confinés, le voilà qui tente de minimiser les contaminations constatées dans les écoles.


 

À Roubaix, à Hem ou à Neuville-en-Ferrain les élus, le personnel municipal, les enseignants, les parents et les enfants, voudraient bien être plus en sécurité qu’à la maison.

Ce n’est pour l’instant pas prouvé, malheureusement.                                                      Bien sûr que tout le monde aspire à un retour à une vie normale. Tout le monde a envie de serrer sa mamie dans ses bras, de câliner ses enfants, d’embrasser ses ami(e)s. Seulement voilà, nous sommes dans une phase intermédiaire pendant laquelle, après nous avoir confinés faute de pouvoir nous offrir un accès aux soins égal pour tous sur tout le territoire, le gouvernement veut que l’économie reprenne, quitte à laisser quelques-uns d’entre nous en perdre la santé, ou la vie.


C’est ainsi que ces gens veulent que l’on vive l’après Covid-19. Un virus qui garde sa virulence et qui prend appui dans de nouveaux lieux de contamination dans des établissements de l’industrie agro-alimentaire en Bretagne, dans le Centre, mais aussi près de Cambrai. La circulation des personnes est le meilleur vecteur de propagation du virus tant que nous ne savons ni le traiter ni nous vacciner.

Et pourtant, il faudrait que nous tous citoyens soyons responsables. Le président Macron ose même nous faire croire qu’il n’y a jamais eu de pénurie de masques à l’heure où les profiteurs à l’affût tentent du profit à moindre coût, spéculant sur nos craintes.


Bientôt, après avoir lancé le « déconfinement » à marche forcée le 11 mai, les (ir)responsables au pouvoir démontreront avec force tableaux et caution scientifique qu’une deuxième vague ne pourrait être due qu’à la somme de nos imprudences.

Il y a une défaite de la pensée qui s’ajoute avec l’avis « officiel » du Conseil scientifique qui n’ose pas dire qu’il n’ose pas contrarier le président qui veut clore la question des municipales au plus tôt. Bref, pour eux, pourquoi pas en juin, mais... aux politiques de décider.


Nous avons donc un défilé de brillants démonstrateurs mais il va bien falloir trancher. Ceux qui disposent de toutes les informations sont ceux qui sont autour de la table du gouvernement. La prudence et l’intérêt collectif ne sont pas leurs priorités.

 

Avant de décider, il leur faut trouver un fusible, un bouc émissaire éventuel ? Il reste moins de deux ans avant l’élection présidentielle. Combien de dégâts peuvent-ils encore commettre ?

L’ensemble des forces de gauche ont la grosse responsabilité de permettre une alternative solide face à la plasticité de LREM.

 

Deux ans, c’est un court délai pour convaincre que le rassemblement est l’unique solution.

APRÈS LE CONFINEMENT, LA NÉCESSITÉ DE CONSTRUIRE POUR L’AVENIR
Commenter cet article