Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

AFFAIRE GENEVIÈVE LEGAY : Maître Arié Alimi veut relancer l'enquête sur la chute de cette manifestante lors d'un rassemblement interdit de soutien aux « gilets jaunes », en mars 2019, à Nice .

14 Juin 2020, 21:49pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

La vérité n'est pas toujours appréciée par les dirigeants, surtout par images ou vidéos. La vérité n'est pas toujours appréciée par les dirigeants, surtout par images ou vidéos.
La vérité n'est pas toujours appréciée par les dirigeants, surtout par images ou vidéos.

La vérité n'est pas toujours appréciée par les dirigeants, surtout par images ou vidéos.

 
Geneviève Legay a été Bousculée par un policier, lors d'une manifestation de soutien aux « gilets jaunes », le 23 mars 2019, à Nice. ( VALERY HACHE / AFP )

 

Deux nouvelles plaintes avaient été déposées par l'avocat de Geneviève Legay, afin de relancer l'enquête sur la chute de cette militante d'ATTAC de 73 ans, lors d'une manifestation interdite de soutien aux « gilets jaunes », le 23 mars 2019, à Nice.

Alors que des policiers chargeaient les manifestants, Geneviève Legay, 73 ans, été tombée et avait heurtée un plot en béton. Gravement blessée, elle a été hospitalisée avec fractures du crâne et multiples contusions.

Une plainte vise l'ex-procureur de Nice

Le vendredi 29 mai 2019Me Arié Alimi affirme à Franceinfo que la première plainte qu'il a déposée après les faits n'a jamais eu de suite. Il veut donc relancer l'enquête en déposant une plainte avec constitution de partie civile pour dissimulation de preuves et une autre pour violation du secret de l'enquête visant le procureur de Nice de l'époque.

Procureur menteur pour la protection "du président
Procureur menteur pour la protection "du président Procureur menteur pour la protection "du président

Procureur menteur pour la protection "du président

La septuagénaire avait bien été poussée par un policier.

 

Jean-Michel Prêtre  alors procureur de la République de Nice, avait affirmé à la presse qu'il n'y avait eu aucun contact physique entre les policiers et Geneviève Legay, une version qui avait été reprise par Emmanuel Macron.

Pourtant, après l'exploitation des images de vidéosurveillance, le dit procureur avait reconnu avoir menti et, avoir minimisé la blessure de la septuagénaire lors de la manifestation de Gilets jaunes le 23 mars pour éviter d’embarrasser le Président. 

Quant à Nicole Belloubet, ministre de la « Justice », elle n'a pas souhaiter de procédure disciplinaire envers le procureur menteur.

Depuis, ce dernier a quitté son poste de procureur de la République à Nice.                             Il a été muté en tant qu'avocat général près la cour d'appel de Lyon, selon un décret paru mercredi « 9 octobre 2019 » au Journal officiel.

Trop de vérités, c'est la censure et les poursuites en justice comme dans les Républiques bananières...
Trop de vérités, c'est la censure et les poursuites en justice comme dans les Républiques bananières...Trop de vérités, c'est la censure et les poursuites en justice comme dans les Républiques bananières...
Trop de vérités, c'est la censure et les poursuites en justice comme dans les Républiques bananières...

Trop de vérités, c'est la censure et les poursuites en justice comme dans les Républiques bananières...

Une Justice TOTALEMENT dictatoriale EST en cours, DANS

CETTE RÉPUBLIQUE MACRONienne.

 

Affaire Legay : la police des polices ( IGPN ) traque les sources de

Mediapart et la journaliste qui a dévoilé l’affaire (AFP)

 

En effet, la liberté de la Presse est en Danger ! 

Sous la présidence d’Emmanuel Macron, la chasse aux sources des journalistes s’inscrit au fil des mois dans une récurrence de plus en plus inquiétante.

Le mardi 26 mai 2020, la reporter de Mediapart Pascale Pascariello, qui avait permis de démontrer les mensonges du président de la République et du procureur de Nice dans le dossier Geneviève Legay, une retentissante affaire de violences policières, a été entendue comme suspecte,  par un commissaire général et une capitaine de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) à Paris.

C’est la quatrième fois en moins de 18 mois que la justice essaye de s’en prendre aux sources de Mediapart à la suite d’enquêtes embarrassantes pour l’exécutif.

Sous la présidence d’Emmanuel Macron, la chasse aux sources des journalistes s’inscrit au fil des mois dans une récurrence de plus en plus inquiétante.

 

*******

 

Déclaration des devoirs et des droits des
journalistes
 
La charte de Munich Munich de 1971

 

(Il est certain que beaucoup de dirigeants actuels ne doivent pas connaître ces textes, n'étant pas nés à l’époque !)

* Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain.

* Ce droit du public de connaître les faits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes.

* La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

* La mission d’information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s’imposent spontanément. Tel est l’objet de la déclaration des devoirs formulés ici.

* Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l’exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l’indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l’objet de la déclaration des droits qui suit.

( voir l'ensemble de la charte à la fin de cette page )

Le matraquage et le gazage y compris sur les soignants et sauveteurs ! La police de Castaner -Nuñez et Lallement est vraiment trop bonne "sire"

Le matraquage et le gazage y compris sur les soignants et sauveteurs ! La police de Castaner -Nuñez et Lallement est vraiment trop bonne "sire"

L'affaire Geneviève Legay :

 

C'et aussi le matraquage et le gazage des personnels de soins aux blessés...

Une « médic » témoigne de la brutalité policière, ce qui l'a empêchée de sauver la vieille femme

Mélissa, une Jeune « street médic » de 18 ans raconte comment elle a été violemment battue par des CRS après une tentative de son équipe pour secourir Geneviève Legay.

« Mon équipe a tenté de lui porter secours, mais le commissaire nous en a empêchés. « Mes médics » ont voulu reculer mais ils ont été gazés (un a même été bousculé) et 7 d’entre nous ont été interpellés. Le gaz était très violent, d’habitude il ne me rend pas malade, mais là je ne me sentais pas bien du tout ».

"La Censure  En Marche" comme dans les République bananière.
"La Censure  En Marche" comme dans les République bananière. "La Censure  En Marche" comme dans les République bananière.
"La Censure  En Marche" comme dans les République bananière.

"La Censure En Marche" comme dans les République bananière.

AFFAIRE GENEVIÈVE LEGAY : Maître Arié Alimi veut relancer l'enquête sur la chute de cette manifestante lors d'un rassemblement interdit de soutien aux « gilets jaunes », en mars 2019, à Nice .
AFFAIRE GENEVIÈVE LEGAY : Maître Arié Alimi veut relancer l'enquête sur la chute de cette manifestante lors d'un rassemblement interdit de soutien aux « gilets jaunes », en mars 2019, à Nice .
Commenter cet article