Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Après le Covid, le déconfinement va se faire au sein des entreprises par les licenciements et autres. Quant à la « normes de 4 m² par employé », elle disparaît au seul profit du rendement et non de la Santé.

23 Juin 2020, 22:18pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Malgré les aides de l’État et les prêts à faible taux accordés aux grandes entreprises par ce dernier et ses banquiers (et non aux artisans et PME en difficultés après la pandémie du Covid 19) Airbus veut profiter de la situation pour éliminer des sous-traitants,  des emplois, des CDD  mais aussi pense à faire baisser les salaires...
Malgré les aides de l’État et les prêts à faible taux accordés aux grandes entreprises par ce dernier et ses banquiers (et non aux artisans et PME en difficultés après la pandémie du Covid 19) Airbus veut profiter de la situation pour éliminer des sous-traitants,  des emplois, des CDD  mais aussi pense à faire baisser les salaires...

Malgré les aides de l’État et les prêts à faible taux accordés aux grandes entreprises par ce dernier et ses banquiers (et non aux artisans et PME en difficultés après la pandémie du Covid 19) Airbus veut profiter de la situation pour éliminer des sous-traitants, des emplois, des CDD mais aussi pense à faire baisser les salaires...

Le géant de l’aéronautique, Airbus, compte sur ses salariés pour payer la crise financière liée au coronavirus. Les inquiétudes sont vives du côté de Marignane.

La direction centrale a pro­posé le fiel des salaires, des embauches et la réduction im­portante des intérimaires et des sous-traitants », dénonce François Roche, de la CGT Airbus Hélicoptère du site de Marignane.

 

Si cette annonce n’est qu’une « préconisation » pour le moment, le syndicaliste redoute que le groupe « aille jusqu'au bout ». Car la crise du Covid-19 a fait office de séisme pour le secteur de l’aéronautique. Faute d’avions qui volent, la production est au ralenti. « Airbus rencontre de réelles difficultés mais ce n 'est pas la PME du coin, ils sont sous perfusion d'argent public », nuance François Roche.

 

Avant de s’inquiéter : « Ils préparent le terrain pour des suppressions de postes. » Et quand Airbus vacille, c’est toute la filière qui est en danger.

« Les sous-traitants sont dans l’angoisse, des plans de licenciements sont envisagés pour plusieurs grosses boites », poursuit François Roche.

 

Preuve en est, la demande de la direction centrale à ses filiales de réfléchir à la réduction des sous-traitants.

 

L’un d’eux, Derichebourg Aéronautiques, qui a une base à Vitrolles, a déjà ouvert les               né­gociations pour un APC.

C’est- à-dire un accord de perfor­mance collective, visant à ré­duire les salaires.

 

Et sans ex­clure la possibilité de procé­der à un plan de licenciements par la suite.

 

En clair, les salariés risquent de payer de leurs em­plois la crise économique du secteur. « Tous les arguments économiques existent mais au­cun ne parle des bénéfices qu 'ils ont eus l'année dernière », con­clut François Roche.

 

 

 

Commenter cet article