Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

QUELLE POLICE POUR QUELLE RÉPUBLIQUE ? A QUAND LE DROIT DE TUER?

12 Juin 2020, 16:44pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

La technique de placage ventral ou le droit d'étrangler ! LBD40 et Taser  légalisé en France; A quand la légalisation de se servir de l'arme de service?
La technique de placage ventral ou le droit d'étrangler ! LBD40 et Taser  légalisé en France; A quand la légalisation de se servir de l'arme de service?
La technique de placage ventral ou le droit d'étrangler ! LBD40 et Taser  légalisé en France; A quand la légalisation de se servir de l'arme de service?
La technique de placage ventral ou le droit d'étrangler ! LBD40 et Taser  légalisé en France; A quand la légalisation de se servir de l'arme de service?

La technique de placage ventral ou le droit d'étrangler ! LBD40 et Taser légalisé en France; A quand la légalisation de se servir de l'arme de service?

​​​​​

Par Franck Jakubek - Liberté Hebdo

Le gouvernement est-il encore en capacité de contrôler la police ? La question mérite d’être posée. Et la place des fonctionnaires doit être étudiée aussi.


La mort de George Floyd, faisant écho avec le décès d’Adama Traoré il y a quatre ans, a amené à prendre la décision de ne plus enseigner la technique d’interpellation par étranglement. Mais est-ce la technique ou l’homme qui l’applique qui a tué un autre homme ?

 

Souvenez-vous.

Il y a quelques années à peine, lors de rapatriements forcés par avion, les policiers accompagnateurs utilisaient des « techniques » tout aussi dangereuses pour la vie humaine. De nombreux passagers se sont insurgés lors de telles scènes allant jusqu’à empêcher le départ de l’avion ou l’expulsion de la personne menottée.

La technique n’est pas tout. L’humanité oui. Les syndicats de police les plus virulents invitent les policiers « à ne plus aller au casse-pipe ». D’autres ou les mêmes réclament des tasers. Nous ne sortons pas, malgré les deux mois complets de confinement total, des différents épisodes violents qui ont émaillé la vie publique depuis Nicolas Sarkozy. Mais nous pourrions aller plus loin dans les remugles de l’histoire des bavures policières.


La peine de mort a été abolie en France.

 

* La loi « Badinter » est votée à l'Assemblée le 18 septembre 1981 par 363 voix contre 117.

* Le 30 septembre 1981 plusieurs amendements du Sénat sont rejetés et la loi est officiellement adoptée par les sénateurs par 161 voix pour 126 contre.

* Le 9 octobre 1981, la loi est promulguée..

 

Mais des citoyens peuvent mourir du fait d’une intervention démesurément musclée des forces de l’ordre. Nous rejetons toute la violence imposée aux fonctionnaires de police parce qu’ils remplissent des missions délicates en lien avec la protection de leurs concitoyens.


La violence d’État à l’encontre des opposants, des manifestants, a pris des proportions monstrueuses depuis les manifestations contre la réforme des retraites avec un paroxysme hideux lors du mouvement des Gilets jaunes.

La police est un instrument du pouvoir. Son équilibre dépend du respect des institutions et des fonctionnaires.

Nous l’avons déjà dit, nous le répétons. La police française est confrontée maintenant à la concurrence des sociétés privées de sécurité, aux polices municipales armées.

Il est temps de refonder sur des bases républicaines la formation des jeunes fonctionnaires, de redéfinir les degrés d’intervention et l’usage de la force ou pas. Le respect entre la population et les fonctionnaires doit être rétabli.


Les indications alarmantes d’un racisme libéré sur les réseaux sociaux doivent être sanctionnées mais ce sont surtout les indicateurs d’un mal profond, de l’influence nocive de sectaires anti-républicains auprès des policiers.

Là aussi, le gouvernement n’a rien à inventer que de reprendre le contrôle de ses troupes.

 

Le contraire nous amènerait à répondre à la question posée à la première ligne de ce texte par la négative.

Rappel du Métro Charonne 1962 et les brutalités sur les femmes lors de la journée Internationale des Femmes à Paris le 8 mars 2020
Rappel du Métro Charonne 1962 et les brutalités sur les femmes lors de la journée Internationale des Femmes à Paris le 8 mars 2020Rappel du Métro Charonne 1962 et les brutalités sur les femmes lors de la journée Internationale des Femmes à Paris le 8 mars 2020
Rappel du Métro Charonne 1962 et les brutalités sur les femmes lors de la journée Internationale des Femmes à Paris le 8 mars 2020

Rappel du Métro Charonne 1962 et les brutalités sur les femmes lors de la journée Internationale des Femmes à Paris le 8 mars 2020

La police française pratiquerait à grande échelle des « contrôles au faciès » depuis de nombreuses années. Une étude scientifique, conduite dans la plus grande confidentialité par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et financée par « l'Open Society Institute », une fondation américaine créée par le milliardaire George Soros, montre que les forces de l'ordre effectuent des contrôles d'identité discriminatoires vis-à-vis des arabes et des noirs.

 

Pour les premiers, la probabilité d'être contrôlés est en moyenne 8 fois plus élevée que pour des blancs ; pour les seconds, elle est 6 fois plus importante. Un exemple, à la station Châtelet à Paris la probabilité de contrôle des noirs est 11 fois et demie plus grande que celle des blancs.

 

En cette période de troubles dus au décès George Floyd aux USA, assassiné par un policier blanc et l'imbroglio voulu politiquement par l'Etat français sur la mort d'Adama Traoré.

E . Macron a fustigé mercredi 10 juin « le racisme et la discrimination ; ce fléau qui est une trahison de l'universalisme républicain » tout en défendant les forces de l'ordre « dont l'écrasante majorité ne saurait-être salie »a rapporté la porte – parole Sibeth Ndiaye. Le racismes est une « maladie de plus qui touche toute la société » aurait déclaré le chef de l'Etat en Conseil des ministres » appelant à être intraitable sur le sujet.

 

Rappelons-nous les 9 morts du métro Charonne à Paris, le 8 février 1962, c'était sous le « règne » du préfet de police Maurice Papon (ex-secrétaire général de la préfecture de Bordeaux sous Pétain, complice de la déportation de près de 1500 juifs.) et de Roger Frey ministre de l'Intérieur.

 

Ceux en place aujourd'hui, veulent-ils leur faire concurrence ? Ils peuvent toujours faire mieux, après les morts et blessés graves des Gilets jaunes et la brutalité excessive exercée sur les femmes lors de la Journée Internationale de la Femme.

Commenter cet article