Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Pas de trompette

4 Novembre 2020, 23:40pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Chez les Rilley à Pontivy, on est républicain, mais Trump leur fait honte !s
Chez les Rilley à Pontivy, on est républicain, mais Trump leur fait honte !s

Chez les Rilley à Pontivy, on est républicain, mais Trump leur fait honte !s

Puisqu’il faut en parler, parlons-en. À l’heure où est écrit cet éditorial, il semble que Donald Trump se dirige vers une défaite, défaite serrée certes, défaite bien moins lourde que celle que l’on nous avait annoncé, mais défaite tout de même. La facho-sphère, qui piaffait dans l’attente de la dégustation du doux nectar des larmes de gauchistes, va devoir sécher les siennes.

 

Pourtant, ce revers n’est pas une si mauvaise nouvelle.

À vrai dire, nous étions quelque peu exaspérés de ce qu’une bonne partie de la droite française, européenne, se remette à regarder avec des yeux enamourés vers l’autre rive de l’Atlantique. Nous ne sommes plus en 1952, tout atlantisme est désuet.

Alors, je sais, Donald Trump c’est le retour de la nation contre le mondialisme, d’un certain bon sens populaire contre les délires sociétaux des élites américaines. Il n’aime pas les immigrés et les Chinois, et juste le dire suffit à faire frôler l’orgasme à une bonne partie d’entre nous.

 

Malgré tout, je vais sûrement en énerver plus d’un, la nation n’est pas désirable en elle-même. Elle n’est désirable qu’en tant que cadre social, que communauté socio-politico-affective, qui permet un développement harmonieux des personnes, qu’en tant que composant d’un ordre fondateur de l’épanouissement qui passe par la famille et la corporation de métier et s’étend jusqu’à l’aire civilisationnelle, pour nous, l’Europe.

Une nation de marchands, d’hommes d’affaires instinctifs et brutaux comme l’était Trump, cela n’a pas grande valeur.

 

Bien sûr, c’est mieux qu’un gloubiboulga mondialiste de communautés hystériques qui se regardent en chien de faïence, le pays que préparent les Démocrates.

Pour nous, Européens, Français, Trump avait certes un immense avantage, il était relativement isolationniste. Il ne voulait pas tellement s’occuper de nos affaires ni nous protéger, et c’était un plaisir si extatique qu’on en avait un peu honte que de le voir dédaigneusement bolosser cette triste catin de Merkel pour qu’elle augmente son budget de la défense.

Dans cet espace, la France avait un rôle à jouer, celui de protecteur militaire du continent en l’absence du grand frère Ricain. Maintenant que le maître revient, cet opportunité semble disparaître. Mais n’était-il pas triste de devoir seulement compter sur un président américain si particulier que Donald Trump pour rêver à l’indépendance ?

 

Leur indépendance, les Européens doivent la conquérir eux-mêmes, contre les Américains qui voudraient la contester.

 Et notre indépendance commence par une indépendance mentale, par un splendide dédain pour les vilaines affaires d’outre-Atlantique, qui ne doivent nous concerner que quand il est question des douces rives du Saint-Laurent. Trump a perdu, il est remplacé par un demi-pédophile sénile, qu’à cela ne tienne, l’Amérique a trouvé un président plus à son image, elle ne méritait pas un homme comme celui qu’elle vient de désavouer.

 

Allez, plus de larme, seulement une volonté encore endurcie de construire notre destin comme Européens et comme Français, et non comme lointain sujets de l’empire américain.

 

Par Ange Appino

Commenter cet article