Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

  Pour la dernière année de son mandat avant la prochaine présidentielle - Va-t-il faire comme son «ami Trump », se débarrasser des ministres et personnels qui ne marchent pas dans ses pas?

17 Janvier 2021, 21:15pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Mise ne garde envers ses ministres; comme sur les journalistes: lui seul à droit à la parole!
Mise ne garde envers ses ministres; comme sur les journalistes: lui seul à droit à la parole!

Mise ne garde envers ses ministres; comme sur les journalistes: lui seul à droit à la parole!

« Qui est le chef » ? ou :
Les colères de Jupiter !
 
Coronavirus : le sujet dont les ministres n'ont
absolument pas le droit de vous parler...

 

Le président de la République est furieux. Certains ministres, estime-t-il, se montrent parfois trop bavards. C'est pourquoi il a tenu à leur rappeler les deux sujets qu'il leur est interdit d'aborder. 
Comme il verrouille déjà tout ce qui se dit en conseil de défense sanitaire: décisions tenus « secret défense » par quelques pantins à sa solde; silence total sur les décisions prises, tant envers le Conseil des ministres que des Assemblées élues par le peuple : Emmanuel Macron en rajoute une couche... car très en colère : il va verrouiller sa communication .
 

« Ça a beaucoup secoué », explique l’un des ministres présent lors du dernier coup de sang d’Emmanuel Macron. Très en colère, le président de la République a une fois encore tapé du poing sur la table et est allé jusqu’à menacer les membres de son gouvernement, rapporte le quotidien régional Sud-Ouest.

Et pour cause ! Il les trouve, pour beaucoup, bien trop bavards. Il a donc tenu à leur rappeler ce qu’ils étaient en droit de dire… et ce qui, au contraire, pourrait leur coûter leur poste.

C’est à l'occasion d’un séminaire gouvernemental, organisé le mercredi 13 janvier 2021, que le chef de l’Etat a dit tout son agacement ; fruit de plusieurs semaines de frustration. En cause ? Un défaut dans la communication ministérielle.

Et pas des moindres. « Ce qui s’est passé dimanche est inadmissible », a en effet accusé l’homme le plus puissant de France, qui a taclé tous ses soldats avec la même ardeur, mais pas sans en viser un en particulier. 


C’est Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué chargé des Transports qu’Emmanuel Macron - lequel « ne tolère plus aucun faux pas », d’après le tabloïd Gala - avait dans le viseur. Une information qui n’aura échappé à aucun des individus présents.

* Emmanuel Macron très en colère : il va verrouiller sa communication.

Le ministre délégué a, de fait, eu le malheur d’en dire trop sur certains sujets jugés sensibles par l’Elysée - relatifs, évidemment, à la gestion du coronavirus Covid-19 - alors qu’il s’exprimait sur BFMTV.

Charge à lui, désormais, de se montrer plus discret s’il espère demeurer au gouvernement.  « On ne peut pas avoir un ministre qui n'y connaît rien, qui donne des chiffres à la télévision », s’est d’ailleurs emporté le président.

* Il est un fait que tout « délégué au transport », s'il se trompe sur la logistique du transport des vaccins, que Véran nous assure tous les jours qui passent que les centres de vaccinations seront approvisionnés « en temps et en heure » et dont ces derniers jours, ils se trouvent dans l'obligation de reporter, voir d’annuler les rendez-vous des plus de 75 ans, «  ça la fout mal ! »

Le tour de vis, c’est le cas de le dire, est désormais inévitable.

 

Coronavirus : quel est le sujet que les ministres n’ont pas le droit d’aborder ?

Les propos de Jean-Baptiste Djebbari qui lui ont valu « l’ire » du président n’avaient rien d’anodin. Invité à s’exprimer sur la crise sanitaire et la campagne de vaccination, le ministre délégué chargé des Transports affirme, devant les caméras de BFMTV, que le gouvernement entend vacciner « 26 millions de Français d’ici à l’été ».

Des chiffres en contradiction totale avec ceux avancés publiquement par Olivier Véran, qui se contenterait bien volontiers de 15 millions.

« Outre le Premier ministre, trois membres du gouvernement seulement sont autorisés à parler de la vaccination », s’est énervé le président de la République, devant l’intégralité de l’équipe exécutive.

Il poursuit, listant les trois individus a bénéficier d’un passe-droit :  

« Le ministre de la santé, la ministre déléguée à l’Industrie et le porte-parole ». Olivier Véran, Agnès Pannier-Runacher et Gabriel Attal, respectivement.

La « Troïka » est désignée !

A bien comprendre : Castex – Blanquer et les autres, ont le droit de la fermer !

Mais Emmanuel Macron ne s’arrête pas là. Il n’hésite pas à menacer, à demi-mot, ses ministres. « Si j'en entends un autre en parler dans les médias, je suis à sa disposition pour recevoir sa lettre de démission », assène-t-il encore… 

 

Coronavirus : l’autre sujet interdit

Les interdits ne se limitent cependant pas à la seule crise sanitaire, note encore « Sud-Ouest ». Certes, il est plusieurs sujet qui agacent ( ou ont agacé le chef de l’État, dont la « lenteur injustifiée » de la campagne de vaccination anti-coronavirus. Mais c’est une autre thématique qui aura su l’énerver récemment. 

*-Le mensonge gouvernemental sur le « manque de masques » du début de la pandémie, serait-il une nouvelle culture du mensonge imposée à l'exécutif par Jupiter, concernant les vaccins ???  

En effet, le président se désole de la façon dont les ministres évoquent leurs camarades gouvernementaux sur les plateaux, indique le journal régional. Et lui de faire peser la même menace sur celles et ceux qui pourraient se montrer mauvaise langue…

« Si j'en prends un à dire du mal des autres dans la presse... », a-t-il en effet averti. (c'est la fessée, na !) 

Dans cette caste dirigée par « le Chef », LE SILENCE EST D'OR !

  Pour la dernière année de son mandat avant la prochaine présidentielle - Va-t-il faire comme son «ami Trump », se débarrasser des ministres et personnels qui ne marchent pas dans ses pas?
Commenter cet article