Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

DES ÊTRES HUMAINS BLOQUÉS ET MALTRAITÉS A LA FRONTIÈRE ANGLAISE DE CALAIS et GRANDE-SYNTHE PAR L’ÉTAT FRANÇAIS.

17 Avril 2021, 09:43am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Quand certaines villes, gouvernées par des « enfants d'émigrés » ceux qui ont oublié ! Mais qui sont appuyés par un régime français qui joue sa « survie » politique, dans une concurrence avec l'extrême droite ? Tout ça, sur le dos d'êtres humains migrants, bloqués à la frontière de Calais par les polices franco-anglaises ! arde   "

Quand certaines villes, gouvernées par des « enfants d'émigrés » ceux qui ont oublié ! Mais qui sont appuyés par un régime français qui joue sa « survie » politique, dans une concurrence avec l'extrême droite ? Tout ça, sur le dos d'êtres humains migrants, bloqués à la frontière de Calais par les polices franco-anglaises ! arde "

« HUMAN RIGHTS OBSERVERS » DRESSE SON BILAN ANNUEL

DU TRAITEMENT DES EXILÉS

 

« L’ensemble des politiques sécuritaires menées par l’État aux frontières, dont fait partie la politique de lutte contre les points de fixation à Calais et Grande-Synthe, viole constamment les droits fondamentaux des personnes qui s’y retrouvent bloquées. »

Dans son rapport annuel paru le 15 avril, HRO dresse un état des lieux alarmant sur la situation des exilés à la frontière franco-britannique en 2020.

Selon leurs observations, au moins 967 expulsions de lieux de vie informels auraient eu lieu à Calais l’année dernière et 91 à Grande-Synthe. Elle dénonce par ailleurs une « volonté d’invisibiliser les expulsions » en empêchant les observateurs d’y assister via la mise en place d’un périmètre infranchissable, avec 191 tentatives d’intimidation recensées à leur encontre entre Grande-Synthe et Calais.

L’association dénombre également de multiples vols et destructions de biens personnels et dénonce des « actes de violence » au quotidien commises par les forces de l’ordre dans une « culture de l’impunité ».

Enfin, les exilés seraient victimes de racisme et de discrimination dans l’accès aux bus et centres commerciaux.

 

Commenter cet article