Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Publié depuis Overblog et Twitter

13 Novembre 2021, 16:42pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

C’est la traduction de l’adoption à l’unanimité, fin juin 2020, de la loi Chassaigne qui relève les retraites des anciens chefs d’exploitation agricole à un niveau plancher de 85 % du Smic net (au lieu de 75 % auparavant), soit 1 035 €.

C’est la traduction de l’adoption à l’unanimité, fin juin 2020, de la loi Chassaigne qui relève les retraites des anciens chefs d’exploitation agricole à un niveau plancher de 85 % du Smic net (au lieu de 75 % auparavant), soit 1 035 €.

CEUX QUI SÈMENT, CEUX QUI RÉCOLTENT

  

Un événement récent n’a pas fait la Une des journaux, le 1er novembre dernier, il s’agit de la revalorisation des retraites des agriculteurs.

En effet, son montant est passé de 75 % à 85 % du Smic. Jusqu’à ce jour, leur retraite mensuelle avoisinait les 600 euros dans le meilleur des cas, dont 67 % de femmes, désormais pour 227 000 chefs d’exploitation, ça représentera en moyenne 100 euros de plus par mois.

Cette annonce est le résultat de la mise en œuvre d’une proposition de loi déposée par les députés communistes à l’Assemblée nationale, votée le 3 juillet 2020, elle s’appelle « loi Chassaigne », du nom de l’auteur de la proposition, André Chassaigne, député communiste du Puy-de-Dôme, président de notre groupe à l’Assemblée nationale.
Cette proposition avait été adoptée au Sénat dans les mêmes termes fin juin 2020.

Ce n’est pas la révolution, mais une simple mesure de justice sociale, un pas en avant dans la bonne direction pour toutes celles et tous ceux qui sèment afin de nourrir l’humanité.

Ceux qui récoltent, ils sont ailleurs, nous allons en dire deux mots. C’est la lecture récente d’un article dans une revue économique qui m’en a donné l’idée, voici son titre : « Une poignée de traders font la pluie et le beau temps sur les matières premières agricoles. »

En effet, le texte nous raconte comment une poignée d’intervenants, essentiellement américains, fixent les cours des denrées agricoles.

Sur 3 854 traders sur les matières premières agricoles (blé, maïs, soja), 197, soit 5 %, représentent l’essentiel de l’activité quotidienne sur les marchés de Chicago, là où les prix mondiaux se règlent, loin, très loin de Marquillies, Norrent-Fontes ou Lecelles. Il y a d’abord les géants du négoce, comme Cargill, bien connu dans notre région pour avoir sacrifié des emplois à Haubourdin.

À la mi-octobre cette année, les spéculateurs pariaient sur la hausse des cours du maïs et du sucre, et dans une moindre mesure, du soja. Ils estimaient en revanche que les cours du blé avaient un potentiel de hausse limité.

Les « hedge funds » (fonds spéculatifs) spécialisés sur toutes les grandes matières premières ont gagné 22 % sur les neuf premiers mois de l’année, deux fois plus que les actions…

Oxfam indique que onze personnes meurent de faim chaque minute dans le monde !

Deux faces du monde de l’agriculture mondiale, inacceptable, révoltant, indécent…
Qui sème le vent…

                                                                      Par Eric Bocquet - Sénateur PCF du Nord

Commenter cet article