Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

COURSES AUX ANTI-VIRAUX : PFIZER RELANCE LA MISE !

12 Novembre 2021, 17:59pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Pour le PDG de Pfizer, la levée des brevets n'est ni réaliste ni utile...

Le PDG du laboratoire américain Pfizer, Albert Bourla, a déclaré qu'il n'était « pas du tout » favorable à la proposition américaine d'une levée des brevets de vaccins anti-Covid, estimant dans un entretien à l'AFP qu'il fallait plutôt accroître la production des sites existants.

Un vaccin basé sur la technologie inédite de l'ARN messager, ( sur les bases d'études faites en amont par des laboratoires publics, payées par les  contribuables )  comme celui mis au point par Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, suppose un processus « très long » et une « expertise technique » pointue pour mettre sur pied un site de fabrication, explique Albert Bourla.

Ce dernier a revu à la hausse ses estimations de recettes annuelles pour le Comirnaty, son vaccin anti-Covid, tablant notamment sur la forte demande de nouvelles doses en dehors des Etats-Unis, d’empocher 36 milliards de dollars en 2021

Pour Bourla (Pfizer) le multi milliardaire de la pandémie, la levée des brevets n'est pas utile,  ''ce serait une perte « énorme » dans ses finances " ! Quant aux laboratoires Merck, déjà  poursuivi par 3500 plaignants et assigné en justice par 100 malades concernant l'affaire du  « Levothyrox » la pilule « anti-Covid » à 600€ l'unité commandée par le ministre Véran, est certainement une solution pour relever leurs finances, mais avec quels risques pour les utilisateurs ?
Pour Bourla (Pfizer) le multi milliardaire de la pandémie, la levée des brevets n'est pas utile,  ''ce serait une perte « énorme » dans ses finances " ! Quant aux laboratoires Merck, déjà  poursuivi par 3500 plaignants et assigné en justice par 100 malades concernant l'affaire du  « Levothyrox » la pilule « anti-Covid » à 600€ l'unité commandée par le ministre Véran, est certainement une solution pour relever leurs finances, mais avec quels risques pour les utilisateurs ? Pour Bourla (Pfizer) le multi milliardaire de la pandémie, la levée des brevets n'est pas utile,  ''ce serait une perte « énorme » dans ses finances " ! Quant aux laboratoires Merck, déjà  poursuivi par 3500 plaignants et assigné en justice par 100 malades concernant l'affaire du  « Levothyrox » la pilule « anti-Covid » à 600€ l'unité commandée par le ministre Véran, est certainement une solution pour relever leurs finances, mais avec quels risques pour les utilisateurs ?
Pour Bourla (Pfizer) le multi milliardaire de la pandémie, la levée des brevets n'est pas utile,  ''ce serait une perte « énorme » dans ses finances " ! Quant aux laboratoires Merck, déjà  poursuivi par 3500 plaignants et assigné en justice par 100 malades concernant l'affaire du  « Levothyrox » la pilule « anti-Covid » à 600€ l'unité commandée par le ministre Véran, est certainement une solution pour relever leurs finances, mais avec quels risques pour les utilisateurs ?

Pour Bourla (Pfizer) le multi milliardaire de la pandémie, la levée des brevets n'est pas utile,  ''ce serait une perte « énorme » dans ses finances " ! Quant aux laboratoires Merck, déjà poursuivi par 3500 plaignants et assigné en justice par 100 malades concernant l'affaire du « Levothyrox » la pilule « anti-Covid » à 600€ l'unité commandée par le ministre Véran, est certainement une solution pour relever leurs finances, mais avec quels risques pour les utilisateurs ?

Le 4 novembre, le Royaume-Uni a annoncé être le premier pays à autoriser le molnupiravir dans le traitement contre le Covid-19. Le médicament est toujours « en cours d’évaluation » par l’Organisation mondiale de la santé qui appelle le laboratoire Merck à lui « fournir dès que possible les données des essais cliniques ».

Mais la firme a déjà signé un accord avec la Medicines Patent Pool, soutenue par les Nations unies, pour accorder des sous-licences aux fabricants de médicaments génériques. On pourrait penser que la digue des brevets cède sous la nouvelle vague annoncée.

Mais la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont à eux seuls déjà commandé 2,23 millions de doses, à 700 dollars l’unité. Merck revend sa pilule 40 fois son prix de production, garantissant des bénéfices de plus de 1,5 milliard d’euros.

De quoi essuyer un grain. « La licence exclut de son territoire les principaux pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure comme la Chine et le Brésil, où il existe une capacité solide et établie pour produire et distribuer des médicaments antiviraux », comme le déplore Médecins sans frontières. Les affaires sont les affaires.

Merck est serré de près dans la ligne droite par Pfizer ! Premier à avoir sorti un vaccin récompensé de plus de 33 milliards de bénéfices, le concurrent sort à son tour sa « pilule anti-Covid » !

Toujours selon un communiqué de presse, la prise de ce médicament dès les premiers symptômes permettrait de réduire de 89 % les hospitalisations et les décès. Mais il ne se substitue pas à la vaccination, sauf dans les pays pauvres dont la couverture vaccinale est quasi inexistante.

Pfizer est charitable : le tarif de son traitement sera indexé sur le revenu de chaque pays, et non celui de son coût de production.

Après tout, la santé n’a pas de prix. Mais elle a un coût, que tout le monde ne peut pas s’offrir mais qui rapporte à certains.

                                                                                                                par la Dr Lydie Lymer

Commenter cet article