Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

A deux mois de l'élection présidentielle les « promesses de Jupiter » sont gratuites sur tout le territoire !

4 Février 2022, 12:12pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Les promesses de fin de mandat :On connaît -

Rappelons-nous la visite de Bernard Cazeneuve le Premier ministre de François

Hollande le 7 mars 2017 à Oignies (62) ; il avait signé un plan « Engagement

pour le renouveau du bassin minier » ; permettant d'améliorer le développement

économique et les conditions. Mais « Jupiter est arrivé -é-é . sans préssé -é-é... »

Les promesses avant les élections dans deux mois...
Les promesses avant les élections dans deux mois...

Les promesses avant les élections dans deux mois...

200 MILLIONS D’EUROS POUR LE BASSIN MINIER

LES ÉLUS LOCAUX N’ONT PAS ATTENDU LE PRÉSIDENT

En visite officielle dans le Pas-de-Calais ce mercredi 2 février, le président de la République a promis une enveloppe de 200 millions d’euros (*) pour le renouveau du Bassin minier. Si cette mesure était certes attendue, les élus locaux ne sont pourtant pas dupes.

Ainsi, Jean-Claude Leroy, président du Département, a annoncé « prendre acte » de cette « première avancée » qu’il attendait cependant depuis... 2017 ! « Une longue attente donc » rappelle-t-il, mais qui ne l’a pas empêché de prendre des mesures concrètes, sans attendre le président.

« En l’espace de quatre ans, [le Département] a investi plus de 70 millions d’euros pour le Bassin minier, ses habitants, ses projets » détaille-t-il. « Alors, oui, ces 200 millions d’euros sont bien évidemment les bienvenus pour poursuivre ce que les acteurs locaux ont... déjà enclenché. »


Un avis partagé par le président de Région, Xavier Bertrand, qui se réjouit « que le Président de la République ait enfin, à deux mois de la fin de son mandat, décidé de s’intéresser au bassin minier. Heureusement, nous ne l’avons pas attendu ».

Il a rappelé que depuis 2017, la Région avait investi 236 millions d’euros dans le cadre de l’Engagement pour le renouveau du Bassin minier, et prévoyait d’en investir 100 millions de plus à l’avenir.

(*) dont 100 millions au compte de la Région...

A deux mois de l'élection présidentielle les « promesses de Jupiter » sont gratuites sur tout le territoire !
A deux mois de l'élection présidentielle les « promesses de Jupiter » sont gratuites sur tout le territoire !A deux mois de l'élection présidentielle les « promesses de Jupiter » sont gratuites sur tout le territoire !

VERKOR ANNONCE L’IMPLANTATION D’UNE « GIGAFACTORY »

DE BATTERIES À DUNKERQUE

 

Avant le président de la République, c’est d’abord le maire de la ville, Patrice Vergriete, qui s’est félicité de l’arrivée de la start-up française sur son territoire, pour un investissement total de près de 2,5 milliards d’euros. Avec plus de 2 000 emplois directs à la clé, il faut dire que la nouvelle avait de quoi redonner le sourire aux élus, plus habitués aux fermetures et délocalisations.


Dès 2024, l’usine devrait produire 300 000 batteries de voitures par an, soit 16 GWh, avant de progressivement monter en capacité pour atteindre 32 GWh « et même potentiellement 50 GWh en 2030, avec des batteries destinées à d’autres fonctions (scooters, avions, camions, data centers...) » détaille le maire qui table sur la création de 1 000 emplois directs dès 2024 puis 1 000 supplémentaires d’ici 2030.

« Tous les habitants de la communauté urbaine pourront tirer profit de cette nouvelle grande implantation industrielle » s’enthousiasme le maire qui espère une « montée en compétence des habitants du territoire afin que cette implantation industrielle majeure puisse bénéficier directement aux personnes éloignées de l’emploi ».


« Cette annonce conforte ainsi notre stratégie de projection dans les énergies du futur et dans l’écologie industrielle » s’est aussi réjoui Patrice Vergriete qui rappelle que la production de ces batteries dans le Nord de la France permettra de réduire de quatre à cinq fois l’empreinte carbone des batteries aujourd’hui produites en Chine.

L'édile annonce déjà sa volonté de « construire un pôle de compétitivité de la batterie » sur le littoral dunkerquois en prenant en compte l’ensemble du cycle de vie des batteries, du choix des composants à leur recyclage. Enfin, cette annonce renforce encore un peu la dynamique portuaire puisque le Grand port maritime de Dunkerque devrait lui aussi profiter de cette hausse de l’activité industrielle.


De son côté, Xavier Bertrand, président de la Région, considère que «  la création de cette 3e usine de batteries dans la région va permettre de constituer un véritable cluster et de faire émerger une “vallée de la batterie” Dunkerque-Douvrin-Douai » avec, à terme, 5 000 emplois indirects créés rien qu’avec le site dunkerquois.

                                                                        Justine Frémy - Liberté Hebdo

Ne soyons pas naïfs !
Ne soyons pas naïfs !Ne soyons pas naïfs !
Ne soyons pas naïfs !Ne soyons pas naïfs !

Ne soyons pas naïfs !

Le danger pour les véhicules propres dans le monde et en Europe, restera certainement les « lobbyistes pétroliers » toujours en place auprès des présidents et commissaires de l'UE !

Le lobbying bat son plein à Bruxelles.

D’après un rapport des ONG environnementales - Corporate Europe Observatory - Food and Water Europe – Friends of the Earth Europe - et Greenpeace EU, rendu public le jeudi 24 octobre 2019, dévoile les dessous du lobbying des énergies fossiles auprès des institutions européennes les cinq plus grandes compagnies du pétrole ont dépensé, en neuf ans, le quart d’un milliard d’euros, pour influencer les décisions prises par l’Union européenne.

Plus d’une entrevue par semaine

Depuis la nomination de Jean-Claude Junker ( qui a remplacé en 2014 J-M Durão Barrosso ) à la tète de la Commission européenne, 327 rencontres ont eu lieu entre des commissaires européens ou membres de leurs cabinets et les PDG de ces entreprises, soit plus d’une par semaine.

Le fonctionnaire européen qui enregistra le plus grand nombre d’entrevues avec ces directeurs généraux fut le Français Dominique Ristori, ancien directeur général Énergie à la Commission européenne.

* 250  millions d’euros, presque autant que les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables en 2018. C’est ce qu’auraient dépensé depuis 2010, les cinq géants du pétrole, BP – Chevron – ExxonMobil – Shell et Total directement ou via leurs groupes de pression, pour peser dans les décisions prises par Bruxelles.

Cette étude ne fait pas qu’avancer des chiffres effarants sur ces pratiques douteuses, elle révèle également les multiples tactiques et stratégies de ces groupes pour « retarder, affaiblir, et saboter l’action climatique ».

Alors, qui nous dit aujourd'hui que ces  lobbyistes ne continuent pas leur surenchère auprès de ces commissaires ultralibéraux, avec la nouvelle présidence d'Ursula Van Der Leyen ou du belge Charles Michel depuis 2019 ; dans le seul but de « sabrer » les études et usines de production à propulsion électrique ou à combustion hydrogène ? 

Commenter cet article