Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Une intrusion profonde du privé dans la sphère publique.

1 Avril 2022, 09:02am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

La défense de Macron et de son gouvernement sur McKinsey est pathétique !
La défense de Macron et de son gouvernement sur McKinsey est pathétique !La défense de Macron et de son gouvernement sur McKinsey est pathétique !

La défense de Macron et de son gouvernement sur McKinsey est pathétique !

Entretien avec Éliane Assassi, rapporteuse de la commission

d'enquête parlementaire.

Il est urgent de « remettre de l'ordre » prévient la rapporteuse de la commission d'enquête parlementaire. L'influence croissante des cabinets privés est un système installé qui menace la haute fonction publique d’État, la démocratie.

* Quelles ont été vos plus grandes surprises lors de cette enquête ?

Ce qui nous a sauté au visage, c'est d'abord l'opacité totale et le manque de transparence qui règnent sur le recours aux cabinets privés.

L’État lui-même n'a pas de vision globale su ses commandes. L'autre aspect qui nous a le plus alertés, c'est l'ampleur des montants. Plus d'un milliard d'euros ont été dépensés en 2021 par l’État auprès des cabinets.

Et encore, il s'agit d'une estimation minimale concernant les dépenses qui ont plus que doublé depuis 2018. Elles ont même été multipliées par 3,7 concernant les conseils en stratégie et organisation. Ce qui ressort de notre enquête est au final assez vertigineux : des pans entiers des politiques publiques sont confiés à des consultants qui n'ont aucune légitimité démocratique et qui influent sur les décisions.

Il s'agit d'une intrusion en profondeur du secteur privé dans la sphère publique.

 

* Pourquoi l’État fait-il autant appel aux cabinets privés ?

Il est tombé dans une véritable dépendance, comme s'il ne savait plus , faire autrement. Pendant la crise sanitaire, le cabinet américain McKinsey s'est occupé de la campagne vaccinale. Citwell de la logistique pour les masques et médicaments et Accenture de l'architecture du passe sanitaire.

Mais ce n'est que l'arbre qui cache la forêt. En 2021, les cabinets ont été rémunérés 41 millions d'euros concernant la crise sanitaire, quand les autres commande qui leur ont été faites augmentées d'environ 500 millions d'euros.

La réalité c'est que ce recours relève de choix politique : l'objectif est d’éteindre la haute fonction publique d’État.

Notre enquête démontre qu’un système se met en place pour le remplacer. C'est pourtant plus cher : un consultant coûte en moyenne 2 168,38 euros par jour.

Mais certains sont d'ores et déjà assimilés à des « agents publics » : ils rédigent des notes administratives, interviennent sur les réformes et disposent d’adresses électroniques au ministère dans la plus grande confusion.

 

* Que faire ?

Remettre de l'ordre. Redévelopper et faire confiance à la heurta fonction publique. Le cabinet Wavestone fait actuellement pression sur les agents de l'Ofpra pour réduire le délai de traitements des demandes d'asile.
Le gouvernement préfère fonctionner ainsi plutôt que de répondre aux besoins de l'Ofpra. Quatre millions ont été versés à McKinsey pour la réforme des APL. Or, cela pourrait très bien être traité en interne.

560 000 euros ont été payés à EY et BCG pour une convention des managers de l 'État qui a finalement été annulée... Il y a une forme de gaspillage. Et puis McKinsey, en étant payé pour servir l’État, ne paie même pas ses impôts en France depuis dix ans grâce à un montage fiscal avec la maison mère au Delaware.

Comment peut-on accepter cela ? Ce qu'il faut, c'est aussi mettre fin au pro.bono, ces prestations gratuites qui permettent aux cabinets de mettre le pied dans les ministères. Et mettre des consultants sous le contrôle de la HATVP (Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ) : on ne peut pas servir l’État d'un côté et un groupe privé de l'autre, sinon, qui sert-on ?

Il faut aussi un contrôle déontologique systématique en cas de pantouflage et de rétro-pantouflage, lorsqu'un responsable public part chez un cabinet ou revient.

Nous déposeront bientôt une proposition de loi pour que le Parlement puisse débattre de ces préconisations.

 

                                                    ********************

 

LES AMIS DE MES AMIS SONT MES AMIS ...

Voyons ci-après ces cabinets privés, « le plus souvent des cabinets américains », qui « pompent » joyeusement l'argent des les contribuables Français en accord parfait avec la macronie et ses sbires ! 
Une intrusion profonde du privé dans la sphère publique.
Citwell - siège social – Paris – Bureaux à Lyon – Nantes – Lille – Crossway,
Queensway Birmingham UK (Royaume-Uni) – ou Lincoln Park New Jersey         

( USA )

Une intrusion profonde du privé dans la sphère publique.

Accenture - 

siège en Irlande ( autre paradis fiscal de l'UE ), mais c’est à New York et Chicago que

le centre de gravité d’Accenture se trouve. 

Une intrusion profonde du privé dans la sphère publique.

Wavestone - Côté à la bourse de Paris -. 12 bureaux en France et à

l'international : Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Casablanca, Londres, Bruxelles,

Genève, Luxembourg, New York, Philadelphie, Hong Kong.

Une intrusion profonde du privé dans la sphère publique.

BGC – ( Boston Consulting Group )

 

Créé en 1963 à Boston, « The Boston Consulting Group » (le BCG) est l’un des leaders

du secteur avec 90 bureaux dans 51 pays, 22 000 salariés, 1 500 associés et un chiffre

d’affaires de 8,6 milliards de dollars (chiffres 2020).

 

Une intrusion profonde du privé dans la sphère publique.

EY, aussi connu sous son ancien nom Ernst & Young et associés, membre du « Big

Four » ( les quatre grands). Les Big Four sont les quatre plus grands groupes d'audit

financier et de conseil au niveau mondial : Deloitte – Touche Tohmatsu – EY -KPMG -

PwC ( PrincewaterhouseCoopers ). Régulièrement mis en cause dans des

scandales comptables et financiers (notamment les accusations de

participations et de fraude fiscale les visant), ils sont aussi controversés pour

les conditions de travail de leurs salariés.

Big Four succèdent aux « Big Five », qui comprenaient, outre les entreprises citées ci-

dessus, la firme Arthur Andersen. Celle-ci a disparu en 2002 à la suite de l'affaire

des fraudes « Enron », qui a mené à des procédures pénales contre les dirigeants de

l'entreprise. Elles-mêmes ont succédé aux Big Six après la fusion de Coopers &

Lybrand et de Price Waterhouse en 1998.

Commenter cet article