Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Le scandale Orpea …

7 Juin 2022, 09:09am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Emmanuel Macron a, en compagnie d’autres dirigeants de fonds a rencontré son patron larry Fink , à l'Elysée le 10 juillet 2019.Emmanuel Macron a, en compagnie d’autres dirigeants de fonds a rencontré son patron larry Fink , à l'Elysée le 10 juillet 2019.
Emmanuel Macron a, en compagnie d’autres dirigeants de fonds a rencontré son patron larry Fink , à l'Elysée le 10 juillet 2019.

Emmanuel Macron a, en compagnie d’autres dirigeants de fonds a rencontré son patron larry Fink , à l'Elysée le 10 juillet 2019.

Les rats quittent le bateau ; les requins les remplacent !

Après la sortie du livre fin janvier 2022 « Les Fossoyeurs », écrit par le journaliste Victor Castanet, dénonçant le scandale Orpéa ; ou en sont les sanctions prises par l’État, ainsi que les « investigations » judiciaires ?

Cinq mois après la publication du livre choc sur la magouille financière organisée, concernant les soins et le bien être des résidents âgés et dépendants dans les Ehpad du groupe privé Orpea, le journaliste assure toujours recevoir de nouveaux témoignages.

Après la revente en juillet par le directeur général du groupe de 600 000 euros d'actions qu'il détenait, trois semaines après que la direction d'Orpea fut informée de la parution du livre « Les fossoyeurs » ; ce fut le temps, des gérants d'actifs pour ajuster leurs positions .

A l'exemple du troisième actionnaire du groupe, « Comgest » qui a vendu toutes ses parts, ce qui à permis à l'américain BlackRock ( * )

BlackRock devient un des principaux investisseurs d'Orpea. Le gestionnaire d'actifs, géant mondial de la finance, possède désormais plus de 5% du capital du groupe de Ehpad privé Orpea, dans la tourmente depuis des accusations sur les pratiques dans ses établissements, a annoncé mercredi le gendarme boursier. BlackRock détient 5,27% du capital d'Orpea après avoir notamment acquis des actions « hors et sur le marché », selon un document transmis à l'Autorité des marchés financiers ( AMF ).

Le gestionnaire BlackRock devient dès lors l'un des principaux actionnaires de la société. Orpea qui a perdu plus de 60% de sa valeur en Bourse depuis le début de l'année en grande partie après les accusations relayées dans le livre « Les Fossoyeurs »  qui a mis en lumière les pratiques dans les établissements du groupe. La société a mandaté deux cabinets indépendants pour évaluer « en toute indépendance les allégations publiées » dans le livre-enquête.

Aujourd'hui, on parle de « Korian » ! Le gouvernement français lance des enquêtes ... ( ou en sont-elles ? ) Quand va-t-i nationaliser ces rats de la hautes finances qui spolient les personnes âgées handicapées ainsi que leurs familles ?

 

BlackRock, gourou de la finance qui murmure à l’oreille

de la macronie.

BlackRock indique à « Capital » que « sa participation dans Orpéa était historiquement juste en dessous de 5% et que l'augmentation de sa participation, cette semaine, n'est pas le résultat d'une stratégie d'investissement, mais provient d'actions qui lui ont été transférées par des contreparties ». La société précise également que « sa participation dans le capital d'une société est fréquemment amenée à fluctuer de manière mécanique ».

Il faut savoir aussi que la société « Kauforg » est la centrale d'achats située en Suisse où se fournissait Orpea pour nourrir ses pensionnaires (avec 4 euros par personne pour trois repas plus le goûter)

Elle centralise les factures et permet de faire des économies grâce aux volumes plus importants des commandes.

La  « cellule investigation de Radio France » a établi qu'elle est en fait une filiale d'Orpea dirigée par trois cadres du groupe. Ils sont salariés chez Kauforg seulement pour un tiers-temps. Deux de ces directeurs, salariés par ailleurs au siège d'Orpea à Puteaux, percevaient chez la société Suisse, 148 000 euros de salaires annuels doublés par un bonus du même montant, voire plus.

L'un de ces cadres aurait ainsi touché 400 000 euros sur une année, soit 33 000 euros par mois pour un tiers-temps, c'est-à-dire, même pas deux jours par semaine.

Les pensionnaires d'Orpea et leurs familles seront sûrement ravis de connaître l'information.

Pendant ce temps ; 120 services d'urgence hospitaliers ( soit un sur cinq) ne fonctionnent plus normalement en France. Les professionnels parlent d’une situation alarmante. Aucun territoire n’est épargné. À Bordeaux, le CHU vient de mettre en place le tri nocturne des patients.

BlackRock - McKinsey et combien d'autres ? Y a-t-il corrélation dans les financements d'études offertes aux cabinets milliardaires américains par le gouvernement français???
BlackRock - McKinsey et combien d'autres ? Y a-t-il corrélation dans les financements d'études offertes aux cabinets milliardaires américains par le gouvernement français???

BlackRock - McKinsey et combien d'autres ? Y a-t-il corrélation dans les financements d'études offertes aux cabinets milliardaires américains par le gouvernement français???

( * ) BlackRock : dirigé par son PDG le multimilliardaires américain Laurence Douglas Fink dit Laurence Douglas  ( dit Larry Fink ), gère au total plus de 10 000 milliards de dollars d'actifs pour le compte d'investisseurs institutionnels, de fonds de pension ou de clients fortunés au 31 décembre 2021, en hausse de 15% sur un an.

C'est ce groupe américain dont le dirigeant français Jean-François Cirelli a été nommé officier de la Légion d'honneur, par décret du président Macron en date du 31 décembre 2019. Ces personnages se rapprochèrent de Macron et Delevoye au moment de la « préparation » de la réforme des retraites que ce dernier devait mettre en œuvre.

Le groupe plaide régulièrement, dans un document de 16 pages pour la mise en place de conditions plus favorables aux régimes de retraites par capitalisation gérés par des intérêts privés, qui viendraient « s’ajouter au régime par répartition ».

Alors, faut-il voir la main des fonds privés derrière la réforme des retraites ? Ou faut-il voir le début de la prise en main des sociétés étrangères de « conseils » auprès des administrations françaises de type McKinsey, dont Macron et sa bande raffolent, a des tarifs forts, réglés sans aucune contrepartie imposable ?

Commenter cet article