Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

LES DÉRIVES DE SANDRINE ROUSSEAU

1 Octobre 2022, 11:40am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

LES DÉRIVES DE SANDRINE ROUSSEAU

JE SUIS TOMBÉE PAR TERRE, C’EST LA FAUTE À VOLTAIRE...

PAR LYDIE LYMER

Candidate à la primaire écologiste, Sandrine Rousseau confiait en septembre 2021 «  j’ai conscience que ça va être très violent  ». En effet, c’est avec fracas que cette économiste a fait son entrée sur la scène politique. Ayant rapidement percé dans l’art de susciter et alimenter les polémiques, elle occupe bruyamment l’espace médiatique.

Cet été, elle a jeté de l’huile sur le feu du barbecue qui serait «  un symbole de virilité ». En mars dernier, elle proposait pourtant de créer un «  délit de non partage des tâches domestiques ».
Donc l’homme doit cuisiner, mais sans faire griller le bifteck que défend Fabien Roussel.

Le 22 septembre, l’Ifop publiait une enquête menée avec « Darwin nutrition  » auprès de la population masculine française. 62 % des interrogés sont conscients de la représentation virile de la viande cuite au barbecue, et veulent majoritairement la combattre. Une tendance qui ne pourrait que satisfaire Sandrine Rousseau qui prône la déconstruction de l’homme.

Est-ce le rôle d’une députée ?

Les agressions régulières de Sandrine Rousseau envers les symboles de la virilité posent question. Veut-elle sauver la planète, ou sauver la planète de la présence des hommes ? Celle qui se prévaut de promouvoir l’éco-féminisme semble oublier que c’est moins le patriarcat que le capitalisme qui essore la planète, comme le démontrent de nombreuses études scientifiques.

Depuis quelques semaines, Sandrine Rousseau multiplie les attaques envers tout ce qui porte un chromosome Y, dénonçant le démon qui l’habite.

En août, elle réclamait une sanction envers Aurélien Pradié au titre d’«  homophobie manifeste  », suite à sa remarque concernant la variole du singe. Plus récemment, Adrien Quatennens lui a tendu la perche en révélant lui-même avoir giflé sa compagne. Alors que Céline et Adrien Quatennens demandent « le respect de leur vie privée  », leurs relations sont décortiquées et commentées sur la place publique. Une violence est évidemment toujours condamnable. Et Sandrine Rousseau ne se prive pas : Adrien Quatennens « doit se retirer de toute parole publique ».

Est-ce le rôle d’une députée que de s’investir en procureure générale, de porter un jugement et de prononcer une sentence ? N’est-ce pas le rôle de la justice ?

Situation intenable

Le 19 septembre, Sandrine Rousseau était invitée de l’émission « C’est à vous », diffusée en direct. Rapportant les confidences que lui aurait dévoilées une ex-compagne de Julien Bayou, elle dénonçait «  une attitude qui fragilise la santé morale des femmes ».

Pour Natacha Polony, directrice de la rédaction de Marianne, « il s’agit avant tout pour elle de nettoyer des adversaires politiques et de le faire en instrumentalisant le féminisme ». Elle « ne pense vraiment pas que les femmes y gagnent quoi que ce soit  ».

Même si aucun signalement au parquet ne semble avoir été effectué par la victime présumée, Julien Bayou démissionne le 26 septembre de son poste de secrétaire général d’Europe Écologie Les Verts et de la présidence de son groupe à l’Assemblée nationale. Dans un communiqué, il fait part d’une « situation intenable  ».

Le mouvement MeToo a libéré la parole des femmes victimes de violences sexuelles et sexistes. Mais la perversion n’a pas de sexe. Alors que cherche réellement Sandrine Rousseau ? Défendre les droits des femmes ou répandre la détestation des hommes ?

Les enjeux actuels ne peuvent se résumer à des buzz caricaturaux sur les réseaux sociaux. L’urgence environnementale mérite de monter bien plus haut le niveau des débats. Dans le climat que crée et maintient Sandrine Rousseau, les sujets de fond atteignent des profondeurs abyssales.
Le combat contre la domination masculine doit-il se transformer en chasse à l’homme ?

Comme le disait Aragon, «  la femme est l’avenir de l’homme  ». Est-elle pour autant l’avenir tout court ? Les projets de société qui impacteront les générations futures ne doivent-ils pas être construits en partenariat avec les hommes ?

                                                                               Lydie Lymer

 

LES DÉRIVES DE SANDRINE ROUSSEAU

Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau

Commenter cet article