Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Les Faits et Méfaits en Macronie

15 Octobre 2022, 17:29pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Les Faits et Méfaits en Macronie

Éducation nationale : Le pire est-il seulement à venir ?

Pap Ndiaye, le nouveau ministère de l'Education nationale est un choix de la macronie politique en place aussi lumineux que celui de Blanquer qui a cassé les enseignants et les jeunes pendant cinq années.

On peut s'attendre au pire pour la profession d’enseignant, mais aussi pour l'ensemble de notre jeunesse, bacheliers, licenciés, masters 1 et 2 qui attendent toujours leur affectation dans les universités!

Alors que 138 865 jeunes bacheliers inscrits sur la plateforme « Parcoursup » n'ont pu à ce jour trouver place pour la poursuite de leurs études dans l'enseignement supérieur, (soit 1/4 des bacheliers 2022), ils sont 45 000 à n'avoir reçu aucune proposition de leur région académique.

Aujourd’hui, le nouveau promu d'E. Borne au ministère de l'Education nationale décide d'une nouvelle mission pour le « pacte enseignant », en comptant proposer aux professeurs de surveiller la cour de récréation pendant la pause méridienne. « les nouveaux garde- chiourmes en papauté »

Chez Macron , il faut choisir entre « manger et gagner plus »… 

Les Faits et Méfaits en Macronie

Du « quoi qu'il en coûte » à « l'euro près »


 

Dans « leur France », après le '' quoi qu'il en coûte '' on en revient au  '' col roulé '' de Le Maire, mais surtout l'annonce d'un budget « à l'euro près »

Pour venir en aide aux femmes victimes de féminicide et de violence, M Schiappa avait essayé de mettre en place un service téléphonique « 3919 » lors de son passage de secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes dans le gouvernement Philippe de 2017 à 2020.

Ce service trop coûteux en période « de l'euro près », l'exécutif de M Borne et Le Maire, prévoit d'en revoir le financement à la baisse (entre 85 à 75 %).

Cette ligne d’écoute pour les femmes victimes de violence ''devient trop onéreuse'' : motif - 150.000 appels au secours en 2021 (contre 97.000 en 2019), c’est trop. Et comme c’est « la fin de l’abondance » et qu’il n’y a pas de petites économies, plutôt que de mettre les moyens supplémentaires nécessaires, l’équipe gouvernementale propose qu’un appel de femme sur quatre ne soit pas pris en charge.

Il faut rappeler ici, que malgré ces « services d’État » les féminicides depuis 2017 n'ont jamais subi de baisse significative et que les mains-courantes restent souvent sans suite (sauf dans certains cas)

Année 2017 : 130 cas de féminicide - 2018 : 121 cas – 2019 : 146 cas -

2020 : 102 cas – 2021 : 113 cas et au 5 septembre 2022 : 122 cas (plus 20%)

Alors, ce « lâchage » au nom d'un budget à l'euro près, ne serait-ce pas de la non-assistance à personne en danger ?

A écouter Véran ( l'ancien PS gauche caviar ), passé à la macronie pour le bien de sa « superbe » concernant la Taxe des superprofits «  On ne va pas casser une dynamique fiscale sur les entreprises »A écouter Véran ( l'ancien PS gauche caviar ), passé à la macronie pour le bien de sa « superbe » concernant la Taxe des superprofits «  On ne va pas casser une dynamique fiscale sur les entreprises »
A écouter Véran ( l'ancien PS gauche caviar ), passé à la macronie pour le bien de sa « superbe » concernant la Taxe des superprofits «  On ne va pas casser une dynamique fiscale sur les entreprises »

A écouter Véran ( l'ancien PS gauche caviar ), passé à la macronie pour le bien de sa « superbe » concernant la Taxe des superprofits «  On ne va pas casser une dynamique fiscale sur les entreprises »

Ils ont supprimé l'ISF, et encore aujourd'hui l'exécutif Borne et Le Maire en tête ne veulent pas entendre parler de taxer les « superprofits »de leurs amis milliardaires…

* Les grandes fortunes enfin imposées...

C’est, en quelque sorte, le retour de l’ISF. Sauf que c’est en Espagne que cela se passe, ni en France, ni en Belgique où Bernard Arnault a domicilié l’essentiel de son énorme magot. Le gouvernement espagnol a, en effet, décidé de mettre en place un impôt sur les grandes fortunes au nom de «  la justice sociale et de l’efficience économique  ».

Il prendra effet en 2023, et fait suite à une taxe instaurée sur les superprofits en juillet dernier.

Seuls 0,1 % des contribuables seront mis à contribution. Ils n’en mourront pas. D’autant que la mesure est prévue pour durer deux ans seulement. Cela rapportera 1,5 milliard d’euros.

En revanche, les personnes gagnant moins de 21 000 euros bruts par an, devraient bénéficier d’une réduction d’impôts. Cela aidera les 27,8 % de la population espagnole « en risque de pauvreté et d’exclusion sociale  » à faire face. Mais pourquoi diable les grands médias français n’en ont-ils pas parlé ?

Commenter cet article