Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Lorsque nos agriculteurs se laissent mener par le bout du nez par des faussaires de la politique française et européenne!

12 Septembre 2016, 11:22am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Encore mieux, au sud de Tour, un projet d'extension d'une exploitation laitière où pourraient être concentrés 2200 animaux! Encore mieux, au sud de Tour, un projet d'extension d'une exploitation laitière où pourraient être concentrés 2200 animaux!

Encore mieux, au sud de Tour, un projet d'extension d'une exploitation laitière où pourraient être concentrés 2200 animaux!

Nos agriculteurs céréaliers, éleveurs laitiers ou de viande bovine, ovine, porcine et autres, se trompent-ils de cible ?

 

* Rappelons nous les « bonnets rouges » qui ont combattu les portiques routiers qui devaient imposer un péage aux transporteurs. Ceux-là mêmes qui défonçaient routes et autoroutes par des transports de bétail sur pieds ou les volailles vers l’Allemagne et autres destinations.

Les dégradations occasionnées par ces bonnets rouges (démolitions des portiques métalliques, routes défoncées et brûlées par les pneus sur les barrages etc.) ces travaux de réfection sont restés au frais des contribuables et le trafic continue toujours.              

Des transports d’animaux sur pieds, qui se terminait dans les usines allemandes ou autres, l’abattage se faisant à bas prix par des personnels d’anciens pays de l’Est.

Après préparation et mise sous emballage, ces transporteurs revenaient en France fournir nos grandes surfaces, alors que les abattoirs et usines de préparation fermaient les unes après les autres en Bretagne.                                                                                       

Aujourd’hui, les professionnels de la filière agricole se retournent  tous vers l’Etat .

Un Etat qui ne pèse pas lourd devant le businessman de l’industrie laitière ou animalière.

 

Il est certain que E. Besnier, le tout puissant PDG de « lactalis » premier groupe mondial laitier, prend ses éleveurs pour des métayers asservis à son business, comme au temps de l’ancien régime.

Il est un des premiers à profiter de la situation en s’appuyant sur les fermes de grand élevage intensif comme la ferme des mille vaches : exploitation bovine laitière industrielle, construite près de l’aérodrome d’Abbeville dans la Somme propriété de la famille « Ramery BTP » qui vend le lait sans calcul de rentabilité, mais qui produit surtout le méthane transformé et revendu à EDF pour 1.338 MW soit 1,338 millions de Watts.

D’autres installations, ne serait-ce que pour l’élevage porcin dit « élevages évolutifs » existent surtout en Bretagne. Les lisiers nontraités sont renvoyés sur les terres et polluent jusqu’aux plages bretonnes et autres avec les algues vertes. 

Alors oui, nos producteurs  se trompent !

Ils sont à ce jour en déficit sur le prix de vente du lait que « Lactalis » leur impose, le travail rendu sur la journée pour les soins et la nourriture des animaux ne sont pas rentabilisés.

Mais n’est-ce pas aussi le prix de l'alimentation animale?
Alimentation vendue par le groupe agroalimentaire Sofiprotéol; devenu le groupe Avril et ses milliards de bénéfices; dont le PDG n’est autre que Xavier Beulin grand patron de la FNSEA qui pose aussi problème sur la rentabilité de leurs exploitations ?
Monsieur Beulin ne devrait-il pas revoir aussi ses prix de vente de l’alimentation animale à la baisse? Baisse qui permettrait aux éleveurs d'équilibrer ainsi leur prix de revient. Cela lui éviterait  d'envoyer  ces travailleurs gagnant moins que le SMIC au "casse pipe" dans les "manifs, pour sauver son empire et celui de Besnier.  
 

Xavier Beulin, président de Sofiprotéol, préside la société commanditée « Avril Gestion »

Le Groupe Avril en bref :

  • 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013.
  • 8 200 collaborateurs repartis àtravers 22 pays.
  • N°1 de la trituration de graines oléagineuses en France, un des leaders en Europe.
  • N°1 de la production d’huiles de table en France, au Maroc et en Roumanie.
  • N°1 de la production de bio diesel à partir d’oléagineux en Europe dont 7% de ces produits rentrent ainsi dans le mélange su diesel automobile, est un produit non taxé, mais taxé à la pompe !
  • N°1 de la nutrition animale en France.
  • N°1 des œufs en France.
  • N°1 de l’oléochimie en Europe.

 

Comment expliquer cela ? La mondialisation a brisé ces marchés locaux et a ainsi favorisé la monoculture au détriment de la polyculture afin de maximiser ses profits. Elles ont tué l’énorme diversité des variétés, de façon à « garantir » au consommateur la même tomate hybride insipide sur tous les étals du monde, en Australie, en France ou en Californie.

Aujourd’hui, plus de 50% des semences commercialisées dans le monde et 100% des OGM sont contrôlées par dix multinationales de l’agrochimie.

OGM aujourd’hui importé en gros des USA et dont l’UE a grande peur d'interdire sans froisser l’Oncle Sam !

 

Conforté par le processus de dérégulation du commerce, ces géants de « l’agrobusiness » n’ont cessé d’usurper les savoirs accumulés depuis des siècles par les paysans du monde entier.

Ces groupes qui imposent des droits de propriété intellectuelle sur les nouvelles technologies des semences hybrides et stériles, font voter des lois  « des droits de propriété intellectuelle » et imposent l’interdiction aux producteurs  de replanter leurs récoltes ou leurs semences d’une année à l’autre sans passer parleur « terrorisme alimentaire »  qui est une véritable dictature commerciale imposée à tous les  producteurs agricoles.

Commenter cet article