Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Lorsque la gauche française part divisée contre les partis du patronat et des banquiers!

6 Juin 2017, 17:38pm

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Les casseurs d'une République en solidarité avec le peuple des travailleurs
Les casseurs d'une République en solidarité avec le peuple des travailleursLes casseurs d'une République en solidarité avec le peuple des travailleurs
Les casseurs d'une République en solidarité avec le peuple des travailleurs

Les casseurs d'une République en solidarité avec le peuple des travailleurs

Après le lâchage des nouveaux princes du P S qui ont viré leur « cuti à droite toute » et qui ont renié leur appartenance à la gauche ouvrière.

 

La présidence « socialiste » de François Hollande, qui a fait de quinquennat celui de la liquidation des avoirs sociaux des travailleurs et des retraités, a poursuivi le travail de sape de nos acquis sociaux que Sarkozy et Fillon avaient déjà bien élagué.

Nous voici avec un nouveau président, ancien ministre de Hollande qui lui n’est « ni gauche –ni gauche » mais qui rassemble la droite, partant avec des L R de Barroin/Sarkozy et le bygmalion etc., l’U D I de J-L Borloo, le déçu de son « loupé » de chef de gouvernement de Macron, le Modem de Bayrou, celui aux vestes interchangeables, ainsi que les anciens extrémistes du mouvement « Occident » de Madelin, condamnés en leur temps par la justice française pour « violence et voies de fait avec armes et préméditations en juillet 1967.

Les socialistes déserteurs du P S, Colomb, Valls, et beaucoup d’autres, ont eu vite fait de rejoindre le « Mouvement Macron » par peur de perdre leurs revenus salariaux de politiciens de profession.

Le P S s’est éclaté de l’intérieur, avec aux commandes un secrétaire général incapable de faire respecter les principes d'une gauche unie, représentante des salariés, travailleurs et retraités, sans laisser le problème des sans travail et des travailleurs pauvres. Catégories qui n'a fait que croître pendant le quinquennat. 

Malgré les coups de « butoirs » d’une partie de « frondeurs », eux, qui n’ont pas eu le courage politique de voter les différentes motions de censures présentées à l’Assemblée nationale suite au 49-3 et d’autres possibilités, seule condition de débarrasser le peuple d’un gouvernement vendu au patronat.

Voici la France des salariés qui se retrouve sans « pilote à bord » et qui patauge dans la gadoue avec un quinquennat ni gauche, ni gauche, mais à droite toute.

Ce que la gauche a amené dans le Social pour les travailleurs, ce que la droite de Macron veut enlever par ordonnances.
Ce que la gauche a amené dans le Social pour les travailleurs, ce que la droite de Macron veut enlever par ordonnances.

Ce que la gauche a amené dans le Social pour les travailleurs, ce que la droite de Macron veut enlever par ordonnances.

Une exception dans cette mélasse politicienne, c’est celle du P C F, qui a toujours tenu le même cap pour la défense du travailleur ; et ce, depuis 1936, par les Accords de Matignon, signés par la CGT et le patronat les 11 et 12 juin 1936, qui accorda l’augmentation des salaires de 15%, la semaine de 40 heures, les congés payés, les Conventions collectives etc.

Ou encore sous le Conseil National de la Résistance dès 1943 sous Jean Moulin, et ensuite à la Libération repris par le Gouvernement Provisoire de Gaulle, communistes, socialistes et autres Républicains qui avaient œuvré à la victoire sur le fascisme.

Avec Ambroise Croizat, le père oublié de la protection sociale qui rédigea les ordonnances les 4 et 19 octobre 1945 les droits à la Sécurité Sociale pour tous, aux remboursements des frais médicaux et de soins, aux Allocations Familiales, indemnités chômage et autres.

Accompagné de François Billoux, Marcel Paul, ou Charles Tillon, dans le gouvernement provisoire de Ch De Gaule, ils provoquent ainsi le droit de vote pour les Femmes ou encore la nationalisation des banques, d’EDF/GDF, amenant en cette période une véritable cassure dans la manière d'envisager une nouvelle politique au service de l'HUMAIN.

Ou encore le passage de la loi des 35 heures de travail, votée en 1998/2000 et mise en œuvre par Martine Aubry sous le gouvernement Lionel Jospin, toujours aussi décrié par les affameurs du peuple du travail.

Ces acquis sociaux sont détricotés au fil du temps par la droite au pouvoir et aujourd’hui sont encore remis en cause par Macron et ses courtisans la gauche caviar, des droites et tous les rampants qui cherchent une place au soleil, même avec des casseroles !

Le tout, et aujourd'hui de faire des acquis ouvrières de l'histoire, un d’effacement de ces droits afin de faire le « beurre » des grandes compagnies d’assurances et revenir comme au USA de Trump à pouvoir se faire soigner, à la condition d’avoir l’argent pour payer les soins ! Ca, c’est la politique Macron dès le début de son quinquennat.

A ce jour, le P S décomposé refuse les alliances à gauche, à l’exception de « quelques frondeurs » qui ont pris des décisions nettes et claires ; les E E L V sont divisés de droite à gauche tel les Cohn Bendit ou encore François Goullet de Rugy qui, après s’être présenté à la primaire socialiste, a vite fait de rallier E M sans aucun respect de ses électeurs. Trop d’entre eux avaient d’ailleurs rallié les deux gouvernements Eyrault et Valls, ces démolisseurs du code du travail à la botte du Medef.

Aujourd’hui encore, ils mettent des bâtons dans les roues des partis de gauche en lisse pour combattre les représentants des banquiers et des patrons du CAC 40

 

Monsieur Mélanchon, à-il oublié que les 19% de voix qu'il eu à la présidentielle, provenait des partis de Travailleurs?  Monsieur Mélanchon, à-il oublié que les 19% de voix qu'il eu à la présidentielle, provenait des partis de Travailleurs?

Monsieur Mélanchon, à-il oublié que les 19% de voix qu'il eu à la présidentielle, provenait des partis de Travailleurs?

La Section Française de l'Internationale Ouvrière ( SFIO) de Monsieur Mélanchon, nous l'avons connue, mais à lui seul: veut-il en refaire un parti unique représentant les salariés?

 

 Aujourd’hui, la  S F I O ressuscite-t-elle de ses cendres, comme le « phénix ». Je parle ici de F.I de J-Luc Mélanchon, qui n’est autre aujourd'hui que le représentant des nouveaux Socialistes d’une France Insoumise Obtuse.

Un homme de grand talant d’orateur, qui a, par son spectacle, endormi bon nombre de travailleurs et de retraités, tout comme les Le pen et qui pour finir, en revient à la bonne méthode de l’ancienne S F I O : chercher les voix des travailleurs pour se faire élire lui et les collaborateurs de son mouvement, mais surtout ne pas partager les places d’investitures à la législative pour contrer le macronisme et l’extrémisme du Fn.

 

Croit-il réellement, lui et son mouvement F.I que les électeurs de gauche, qui lui ont apporté leurs voix à la présidentielle, contre la droite et l’extrême droite lui sont acquis sans aucune réserve ?

 

Sont-ils arrivés à l'Elysée et dan nos assemblées pour préparer le lit du fascisme en France?
Sont-ils arrivés à l'Elysée et dan nos assemblées pour préparer le lit du fascisme en France?

Sont-ils arrivés à l'Elysée et dan nos assemblées pour préparer le lit du fascisme en France?

Commenter cet article