Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cellule PCF ''Plantive'' de Saint-Saulve

Lorsque Jupiter et l'Exécutif gouvernemental préfèrent avec le Medef, faire la trêve des confiseurs pour s'en mettre plein la panse et laisser les Français dans le merde pour les fêtes de fin d'année...

26 Décembre 2019, 10:05am

Publié par Cellule PCF de Saint-Saulve

Le pauvre, après son « séjour en côte d’Ivoire » il n'aura même été privé de descendre les pentes du « Fort de Brégançon en skis -tout schuss »
Le pauvre, après son « séjour en côte d’Ivoire » il n'aura même été privé de descendre les pentes du « Fort de Brégançon en skis -tout schuss »
Le pauvre, après son « séjour en côte d’Ivoire » il n'aura même été privé de descendre les pentes du « Fort de Brégançon en skis -tout schuss »

Le pauvre, après son « séjour en côte d’Ivoire » il n'aura même été privé de descendre les pentes du « Fort de Brégançon en skis -tout schuss »

Élisabeth Borne sur le plateau des 4 Vérités, sur France 2, le 16

décembre 2019.


>

L'ancienne patronne de la RATP et ex-ministre des Transports, Élisabeth Borne a fustigé l’attitude des cheminots CGT le 16 décembre dernier, au 12e jour de grève contre la Réforme des retraites.

 

Pour la ministre de la Transition écologique et solidaire, invitée des Quatre Vérités, sur France 2, les Français aspirent à retrouver un peu de sérénité, en particulier pour les vacances de Noël. Ceux qui ont appelé, donla CGT SNCF, à gâcher les vacances des Français, ça c’est clairement irresponsable.

 

Un plan de la SNCF pour Noël et Nouvel an très attendu…


Pour Élisabeth Borne, ce syndicat CGT, syndicat qui lui sort par les oreilles, nous dit défendre le service public. « Défendre le service public, c’est d’abord penser à ceux qui veulent se déplacer. »

 

Ce qui est loin de l'empêcher de partir en vacances « Travail et Famille » à Marrakech au Maroc, ( il ne manque plus que « Patrie » pour compléter le modèle du régime macroniste ) afin d'éviter comme son chef de file Macron, celui qui après une tournée en Côte d'Ivoire, où il a préféré dégoiser comme à son habitude, en sol étranger, sur les affaires internes de la France, alors qu'il reste sourd et muet lorsqu’il est rarement à Paris.


Il se prépare au fort de Brégançon, par un repos bien mérité pendant les fêtes. Il travaille « d’arrache-pied » sur les futurs mensonges qu'il va pouvoir sortir aux Français au soir du 31 décembre prochain.

 

Ne soyons pas dupe, ce ne seront pas de bons vœux de santé, de prospérité pour tous et de travail, (peut-être quand même envers ses amis banquiers et ceux du Medef !) Ils évitent ainsi, l'un et l'autre, les manifestants contre la sinistre loi des retraites, comme Macron a évité de prendre position pendant plus d'une année de manifestations des Gilets jaunes.


Macron et Delevoye ont mis en place pendant plus de deux ans, sinon plus, car l'un a toujours été un politicien de métier, quant à l'autre, il était bien aux « affaires » sous Hollande à l'Elysée et ensuite à Bercy.


Ils ont préparé leur coup, en bon « Jésuites » qu'ils sont l'un et l'autre sans regarder les gens en face. Après la réduction des allocations chômage, les calculs d'APL repris sur l'année en cours et non sur la déclaration d'impôts de l'année fiscale, la réduction de cinq euros de l'APL aux allocataires. Celle qui met en péril financier les petits salaires, les étudiants et même jusqu'aux sociétés de HLM à qui ils ont eu l’outrecuidance de demander la prise en compte de cette diminution-60 euros par an, c’est tellement peu pour ces nantis de l’exécutif etc...


Aujourd'hui, ils veulent vendre aux américains de chez « BlackRock », le leader des fonds de pensions US et à ses représentants français ; ceux-là même qui tirent les cordons de la bourse avec le Medef et les grandes compagnies d’assurances.


Celles,qui ont été conseillées pendant des années par leur « mentor » Delevoye, le politicard de métier, qui au sein de l’école supérieure de l'assurance a tout préparé en douce. Tout cela s'est passé longtemps avant qu'il ne présente son « rapport sur les retraites » à l’Exécutif et à Macron.


Dossier, il faut savoir, qui n'a pas été « retoqué » comme le fut le rapport « d'un autre temps » de Jean-louis Borloo sur les Banlieues, ce qui prouve bien la complicité sur la chose entre ces deux personnages.

 

Commenter cet article